Intermezzo  pour 3 flûtes

Paul STERNE : Intermezzo  pour 3 flûtes. Assez facile. Delatour : DLT2495.

Il s'agit d'un très agréable et poétique entrelacement des trois flûtes qui font penser à un vol de papillons ou de libellules. C'est plein de fraicheur et de charme.

Azur  pour flûte en ut et piano

Alexandre CARLIN : Azur  pour flûte en ut et piano. Débutant. Lafitan : P.L.2924.

 

Sur un rythme obstiné du piano, la flûte déroule une jolie mélodie qui évolue peu à peu vers une modulation un peu inattendue qui termine le morceau.

Wilhelm POPP (1828 – 1903) : Idylle tzigane pour flûte et piano. Restitution Philippe Lesgourgues. 2ème cycle. Sempre più : SP0124.

L'auteur, grand flûtiste allemand, a surtout écrit pour son instrument. Cette idylle est-elle vraiment tzigane ? Peu importe. C'est une « pièce de genre » qui permettra à son jeune interprète de faire montre de la sûreté de sa technique car, pour amusante qu'elle soit, elle est loin d'être facile.

 

Bernard de VIENNE : Vignette IX  Duo de flûtes. Moyenne difficulté. Dhalmann : FD0452.

Cette Vignette est une sorte de miniature mettant en jeu tous les paramètres du son et la manière de les obtenir : la palette de timbres va du son pur au bruit en passant par toutes les recherches acoustiques possibles. La partition est précédée par une explication précise qui permettra de tirer le meilleur parti de cette expérience sonore et de l'affinement de l'audition qu'elle procure.

Gérard HILPIPRE : Trois incantations pour flûte seule. Delatour : DLT2222.

Précisons tout de suite que la première de ces incantations est écrite pour flûte alto en sol. Ces trois pièces, même si elles peuvent être données séparément forment un tout. Elles explorent avec bonheur le caractère poétique et quasi magique que peut revêtir l'instrument. Si le langage est contemporain, la poésie qui s'en dégage n'a pas d'âge. Ce côté « exploration » fait que ces pièces, même si ce n'est pas leur destination première, peuvent constituer de remarquables morceaux d'étude car, bien qu'assez difficiles, ce ne sont pas des pièces de virtuosité mais de recherche de son, de souffle, d'articulation et de phrasé.

 

Sophie Lacaze : L'espace et la flûte. Variations sur des textes de Jean Tardieu pour récitant et ensemble de flûtes. Delatour : DLT2440.

Composée à l'intention de Pierre-Yves Artaud, de l'Orchestre de Flûtes Français, et d'Alain Carré, cette œuvre a été créée en 2010 par les dédicataires sons la direction de Paul Méfano. Il s'agit d'une sorte de méditation sur les très beaux textes de Jean Tardieu. On pourra juger du résultat en écoutant l'œuvre dans son intégralité sur le site de l'éditeur (ou directement sur YouTube).

 

 

 

Guy MIAILLE : Premières musiques d'ensemble. « Entrons dans la danse ». 19 canons pour flûtes à bec (autres instruments mélodiques). Flûtes seules. Livre d'accompagnement. Santilly, Éditions Les Escholiers (17 rue du Bois, 28310 SANTILLY) gmiv.esg@wanadoo.fr , 2014 (+ CD encarté). ESG EDLD. GM. Vol. 1 (24 p.) : 5 €, Vol. 2 (41 p.) : 18 €.

Grâce à son écriture en canon (même thème, entrées successives), ce recueil permettra aux débutants d'interpréter rapidement des morceaux polyphoniques, de caractères variés, avec titres de danses (Musette, Habanera, Farandole…) et accrocheurs : Pas chinois…, Sérénade mexicaine…, Menuet rustique…. L'accompagnement est assuré au clavecin ou au piano. Dans la première série, sont mises en jeu cinq notes : Sol La Si Do . La seconde prévoit un ajout de notes graves Do Ré Mi Fa#. Chaque pièce tient sur une page. Les mélodies chatoyantes sont agréables à entendre. La partie supérieure est interprétée par la flûte à bec soprano (pour les pièces suivantes : flûte à bec alto, puis ténor). Guy Miaille — avec un indéniable sens pédagogique et pratique — permet ainsi aux enfants, même très jeunes, de réaliser un programme de petits concerts pour la plus grande joie des flûtistes et de l'assistance.

 

Jean-Christophe ROSAZ : Windway pour flûte à bec soprano.

Difficile. Delatour : DLT2352.

« Que cette musique soit pour toi un souffle de paix ». Telle est la phrase mise en exergue par l’auteur pour sa dédicataire, Mieke van Weddingen, remarquable flûtiste trop tôt disparue.

Jean-François PAULÉAT : Kaotès pour flûte à bec soprano et piano

Assez difficile. Delatour : DLT2218.

Il s’agit, dans cette pièce d’une « rencontre » entre une flûte à bec et un piano, rencontre d’abord harmonieuse puis plus conflictuelle, ce qui se traduit par d’amusantes dissonances et un discours un peu heurté entre la flûte virevoltante et le sage piano pour revenir à la fin sur une entente cordiale,

Antonio VIVALDI : Six sonates pour flûte à bec.

D’après les originaux conservés à Cambridge, Upsala, Stockholm, Leipzig, Venise et Berlin. Edition établie et présentée par Patrick Blanc. Dhalmann : FD0402.

On lira avec beaucoup d’intérêt la présentation que l’éditeur fait de son travail qui est autant un travail de reconstitution que d’édition. Le résultat est tout à fait convainquant. Signalons que ces sonates sont écrites pour la flûte alto et que les basses, la plupart du temps chiffrées, ne sont pas réalisées. Mais c’est maintenant un exercice auquel sont rompus les clavecinistes et même… quelques pianistes !