Sur la fameuse comptine « Do ré mi la perdrix », Marcel Chapuis nous propose des variations de difficultés variables, à proposer pourquoi pas à une audition de classe en alternance partagée par les élèves de niveaux différents.
Le thème bien connu (à noire=88) peut être joué par un élève de 1ère année, la 1ère variation par un élève de 2ème année, tandis que pour la 2ème variation, on passerait le relais directement à un élève de 2èmecycle : nous voici face à de nombreux arpèges en doubles croches allant du ré grave au si aigu. La 3ème variation en FA Majeur peut revenir aux 1er cycle (1ère ou 2ème année) avant de retrouver un 2ème cycle (3ème année) pour la 4ème variation rapide et rythmique (noire=120) en si♭ majeur et fa majeur. Nous retrouvons un tempo d’andantino pour cette 5ème variation plus lyrique dans le grave, abordable par des élèves de fin de 1er cycle. Les grands arrivent pour la 6ème variation, idéale pour une fin de 2ème cycle : vivace blanche=126, graves Forte et rythmiques, gammes lyriques liées. Notre perdrix qui semblait s’être perdue depuis quelques variations revient d’une manière plus reconnaissable dans la suivante, cette fois-ci en do mineur au tempo d’andantino, jouable par des 1ère année de 2ème cycle, qui pourraient poursuivre la suivante, dans le même esprit.
Le clou final arrive avec un agitato très rythmique à noire=142, en sol mineur : montées chromatiques, flatterzunge. Challenge pour un élève de fin de 2ème cycle mais si vous avez un 3ème cycle, ce sera le moment de le faire entrer en scène. La coda de conclusion revient en DO Majeur à un élève de fin de 1er cycle, ou bien aussi en tutti avec tous les participants.
En résumé, pour un filage complet, cette pièce ne pourrait pas être abordée avant une fin de 2ème cycle. En 5’20’’ notre perdrix a beaucoup voyagé et ce ne fut pas de tout repos. Tantôt dans son vol, tantôt au bord de l’eau et quelques fois même poursuivie, elle a vécu de nombreuses aventures. Invitons-là à rester sagement dans son pré …

Yua SOUVERBIE
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2021

 

Cette pièce de 3’30’’ est idéale pour une fin de 1er cycle.

Tous les éléments sont là pour passer un agréable moment à la fête foraine : le poum tcha tcha de l’orgue de barbarie sur lequel nous trouvons en clin d’œil à la flûte le rythme de padam padam d’Edith Piaf, dans la 1ère partie en si mineur à la blanche pointée, la tête qui tourne à la sortie du carrousel, et la fête dans une 2ème partie bien rythmique à 4/4, aux accents de la grande parade du cirque et ses réconfortantes basses en V-I. A la flûte : quelques mesures sont proposées en flatterzunge optionnel, 3 différents détachés (points, traits, accents) devront être réalisés pour respecter le caractère de cette partie, et il faudra veiller à la souplesse de l’annulaire droit afin de contrôler la différence entre 4 doubles croches et triolet de doubles croches-croche sur fa# sol fa mi.
Vivement l’été et ses fêtes foraines !
Yua SOUVERBIE
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2021

 

Niveau: fin de 1er cycle

Dominique Patteyn nous présente l’œuvre de la manière suivante : « La pièce "Nuance Zen" est une véritable balade alternant élégamment entre mouvement serein et contemplation teintée de mélancolie. Un pièce très intéressante pour le travail des grands intervalles, qui demande une bonne souplesse des lèvres et une attention particulière à porter sur la justesse d'intonation. "Nuance Zen" permet aussi d'aborder les équivalences métriques du binaire au ternaire. L’accompagnement au piano se fait par un pianiste de fin de 1er cycle. »
Cette charmante pièce en 3 parties peut être abordée par un jeune flûtiste en fin de 3ème année de premier cycle suffisamment à l’aise avec la notion de soutien. En effet, les nombreux fa# aigus (note hantise des flûtistes), nécessitent une certaine maîtrise de la colonne d’air et comme le dit lui-même le compositeur, de souplesse des lèvres, notamment dans la 1ère partie en si mineur. Celle-ci est constituée d’arpèges chantés en phrases de 8 mesures binaires, laissant place à une 2ème partie ternaire en majeur déroulant une grande phrase progessive du grave Piano à un sommet fa# aigu forte, avant que ne revienne en écho à la 1ère partie, une dernière phrase binaire arpégée, cette fois-ci en majeur.
Comme bien souvent, nous nous trouvons face à l’image que l’Occident se fait du zen, bien loin de la vraie définition japonaise, mais la balade reste toutefois apaisante.
Yua SOUVERBIE
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2021

 

Cette courte pièce d’à peine 2 minutes en do majeur (do médium - aigu), toute en légèreté, répond à un schéma classique carrure de 4 mesures, ABA’, pendant laquelle le jeune flûtiste débutant de 1ère année pourra facilement sentir le 1er des 3 temps de la mesure et chanter la mélancolie des jolies phrases mélodiques propres à Alexandre Carlin. Dans la 1ère partie celles-ci sont simplement constituées de blanches, noires, croches détachées, avec 2 petites liaisons sur 2 puis 3 noires, puis dans la 2ème de 2 phrases de 4 mesures liées ; à noire = 88 (ça ne tient qu’à un fil que notre funambule se déséquilibre et s’essoufle !), puis nous retrouvons une variation de la partie A. La partie de piano peut être jouée par un élève de 3ème année.
Cette pièce d’Alexandre Carlin est également proposée pour hautbois, clarinette, saxophone sib et saxophine alto
Yua SOUVERBIE
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2021

 

Jean-Pierre LEGUAY, Trois esquisses pour flûte (avec ou sans piano), Lemoine, 29399 H.L.

Ces trois courtes pièces évoquent trois paysages divers. Il ne faudrait pas déduire de la mention « avec ou sans piano » que le piano ne joue qu’un rôle accessoire. Simplement, ces pièces prendront un caractère différent selon l’absence ou la présence du clavier. L’ensemble, très poétique et très varié est plein de fantaisie, de liberté, de couleurs diverses. Techniquement, ces pièces sont difficiles, mais le plaisir sera au rendez-vous.
Daniel BLACKSTONE
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2021

 

James RAE, Citysnapshots Flûte, pour une ou deux flûtes avec accompagnement de piano ou de CD, niveau débutant, 1 vol. 1 CD, Universal, UE 21742

Signalons d’abord que le recueil contient les parties de flûte, la partition de piano est disponible sur le CD ou téléchargeable sur le site de l’éditeur… où on peut aussi l’acheter en version papier. Cette promenade à travers le monde comporte douze pièces de styles très variés. De New-York à Shangaï en passant par Montmartre, les principales capitales du monde sont ainsi évoquées avec beaucoup de charme. On trouve aussi sur la partition de piano les symboles d’accords, permettant ainsi des formations diverses. Les accompagnements du CD (également en play-back) sont des orchestrations fort agréables. L’ensemble est donc à recommander à la fois pour sa qualité musicale et par sa souplesse d’utilisation.
Daniel BLACKSTONE
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2021

 

Aleksey IGUDESMAN, Magical Spells, 10 pièces magiques pour flûte solo, Universal, 38041

Pièces magiques ? Pièces envoutantes en tous cas. L’auteur est un poète, et cela s’entend. Certes certaines pièces ne sont pas faciles, mais toutes ont un charme fou. On ne peut que conseiller d’aller écouter sur YouTube l’auteur nous jouer l’ensemble du recueil. Comment ne pas tomber sous le charme de ce recueil aussi varié qu’intéressant. En résumé, c’est de l’excellente musique qu’il faut absolument découvrir. Décidément, la flûte est faite pour nous enchanter ! https://www.youtube.com/watch?v=NPyaD0e3P_M
Daniel BLACKSTONE
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2021

 

Tilman DEHNHARD, 16 miniatures pour flûte et piano, 1 vol. 1 CD, Universal, UE 38040

L’auteur présente ainsi ces pièces : « Courtes, simples et belles : c’est ainsi que j’ai voulu les 16 miniatures pour flûte et piano réunies dans ce recueil. J’espère que vous aurez plaisir à les jouer, et qu’elles trouveront la place qu’elles méritent en cours aussi bien qu’en concert ». L’écoute du CD permet de penser que les ambitions du compositeur sont bien à la hauteur de son œuvre. Ces pièces, à la fois classiques et teintées de jazz sont effectivement pleines de charme et ne pourront que séduire leurs interprètes. L’ensemble est de difficulté moyenne mais demande une parfaite entente entre les instrumentistes. C’est de la vraie musique de chambre. Bien entendu, le CD comporte pour chaque pièce la version complète et le play-back.
Daniel BLACKSTONE
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2021

 

James RAE, Sounds Irish pour flûte et piano, Universal, UE 21750

Ces dix pièces originales ou traditionnelles sont de difficulté moyenne. Les arrangements et les compositions originales sont faits dans l’esprit de cette musique si attachante. L’accompagnement de piano, également de difficulté moyenne, soutient la flûte dans le même style. La partition comporte aussi la mention des accords de guitare, ce qui laisse le champ ouvert à d’autres interprétation. Qu’ils soient joyeux ou nostalgiques, ces airs traditionnels ou composés dans le style irlandais promettent bien du plaisir à ceux qui se lanceront dans cette aventure pleine d’attraits.
Daniel BLACKSTONE
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2021

 

André TELMAN : Une petite romance pour flûte et piano. 1er cycle. Lafitan : P.L.3555.

Cette romance n’est pas si petite puisqu’elle dure 4 minutes 35, ce qui constitue une oeuvre copieuse pour une fin de premier cycle. Cela lui vaut d’être variée : elle est composée en effet de pas moins de huit sections, possédant chacune leur caractère mais dans une grande unité de style et d’harmonie, ce qui confère à l’oeuvre à la fois variété et cohérence. Si le tempo varie parfois selon les sections, c’est en raison de leur caractère. Si cette romance est un brin mélancolique, elle est pourtant pleine de vie et de joie contenue, très lyrique et soutenue par un piano qui a sa place à part entière. Ce sera donc un plaisir pour les interprètes de découvrir cette pièce mélodieuse, variée, qui sollicitera leur sens du phrasé, l’écoute mutuelle, bref, leur sens musical.

Daniel Blackstone
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2020