Reprise à Genève d'une production mythique de Juliette de Martinů

Reprise à Genève d'une production mythique de Juliette de Martinů

Bohuslav MARTINŮ : Juliette ou la clef des songes.  Opéra lyrique en trois actes. Livret du compositeur et de Bronislaw Horowicz, d'après la pièce éponyme de Georges Neveux.  Nataliya Kovalova, Steve Davislim, Emilio Pons, Marc Scoffoni, Richard Wiegold, Léa Pasquel, Khachik Matevosyan, Jeannette Fischer, Doris Lamprecht, René Schirrer, Fabrice Farina, Jean Lottaz. Chœur du Grand Théâtre de Genève. Orchestre de la Suisse romande, dir. Jiří Bělohlávek. Mise en scène : Richard Jones, réglée par Philippe Giraudeau.

 

Au sein de la prolifique production de Bohuslav Martinů, qui a pour jalons célèbres, à l'opéra, La Passion grecque et Les jeux de MarieJuliette ou la clef des songes représente le meilleur exemple du surréalisme sur la scène lyrique.  Installé à Paris depuis les années 1920, Martinů allait vite être séduit par le mouvement dadaïste, qui flattait chez lui une fibre profonde, aussi bien représentée dans sa Tchécoslovaquie natale. La rencontre avec la pièce de Georges Neveux suscita d'emblée l'idée qu'il y avait matière à en tirer un opéra, ce dont il s'ouvrit à l'auteur en lui proposant de lui jouer le

Une Tosca pleine de passion  au Théâtre des Champs-Élysées.

Une Tosca pleine de passion  au Théâtre des Champs-Élysées.  

Tosca.  Opéra en trois actes (1900) de Giacomo Puccini, sur un livret de Luigi Illica & Giuseppe Giacosa, d’après la pièce de Victorien Sardou.  Orchestre et Chœur du Teatro Regio de Turin, Maîtrise de Radio France, dir. Gianandrea Noseda.  Svetla Vassileva, Riccardo Massi, Lado Ataneli, Francesco Palmieri, Matteo Peirone, Luca Casalin, Federico Longhi, Marco Sportelli, Esther Zaglia.  Version de concert.

Il est des concerts qui resteront gravés au fond de notre mémoire, la Tosca, représentée, ici, en version de concert, en fera indiscutablement partie, par la subtile alchimie des notes et des mots, et par

Max Emanuel Cencic, éblouissant Farnace, au Théâtre des Champs-Élysées.

Max Emanuel Cencic, éblouissant Farnace, au Théâtre des Champs-Élysées.

Antonio VIVALDI : Farnace.  Dramma per musica en trois actes (version Ferrare 1738).  Livret d’Antonio Maria Lucchini.  I Barocchisti, dir. Andrea Marchiol.  Max Emanuel Cencic, Ruxandra Donose, Blandine Staskiewicz, Daniel Behle, Mary-Ellen Nesi, Hilke Andersen, Emiliano Gonzalez-Toro.

Version de concert « live » du Farnace de Vivaldi (1678-1741), enregistré il y a quelques mois sous le label Virgin Classics par les mêmes acteurs, à quelques différences près, puisqu’ici,

Les Maîtres Chanteurs de Nuremberg font un triomphe au Royal Opera

Les Maîtres Chanteurs de Nuremberg font un triomphe au Royal Opera

Richard WAGNER : Die Meistersinger von Nürnberg.  Drame musical en trois actes. Libretto du compositeur.  Wolfgang Koch, John Tomlinson, Simon O'Neill, Peter Coleman-Wright, Toby Spence, Peter Maxwell, Barbara Haveman-Emma Bell, Heather Shipp, Colin Judson, Nicholas Folwell, Jihoon Kim, Martyn Hill, Pablo Bemsch, Andrew Rees, Jeremy White, Richard Wiegold, Robert Lloyd.  Royal Opera Chorus. Orchestra of the Royal Opera House, dir. Sir Antonio Pappano.  Mise en scène : Graham Vick.

 

Quel plaisir de revoir cette production du Royal Opera des Maîtres-Chanteurs.  Certes, elle n'est pas neuve, puisque datant de 1993, mais elle garde tout son prestige.  La mise en scène de

Une première : Amadis de Gaule à l'Opéra-Comique

Une première : Amadis de Gaule à l'Opéra-Comique

Jean-Chrétien BACH : Amadis de Gaule.  Tragédie lyrique en trois actes.  Livret d'Alphonse de Vismes, d'après Philippe Quinault.  Philippe Do, Hélène Guilmette, Allyson McHardy, Franco Pomponi, Julie Fuchs, Alix Le Saux, Peter Matincic.  Compagnie Les Cavatines.  Les Chantres du Centre de musique baroque de Versailles. Le Cercle de l'Harmonie, dir. Jérémie Rhorer.  Mise en scène : Marcel Bozonnet. 

 

 

 

Jean-Chrétien Bach se vit commander, par l'Académie de Musique, un opéra sur le sujet d'Amadis de Gaule, déjà immortalisé par Lully sur un livret de Quinault, en 1684. Mais aussi par Haendel dans

À La Péniche Opéra : Rita ou le mari battu

À La Péniche Opéra : Rita ou le mari battu

 

 

 

 Gaetano DONIZETTI : Rita ou le mari battu.  Opéra-comique en un acte. Livret de Gustave Vaëz.  Vincent BOUCHOT : Elle est pas belle la vie ? Demi-opéra. Livret du compositeur, d'après les Nouvelles brèves de Jean-Marie Gourio (Commande La Péniche Opéra, création).  Amira Selim, Christophe Crapez, Paul-Alexandre Dubois. Caroline Dubost, piano.

 

Dans ce nouveau spectacle de La Péniche Opéra, on a voulu faire se rencontrer deux époques. L'opéra-comique de Donizetti tend la main à notre époque, à travers un « demi-opéra » de

  Une Botte secrète bien décochée à l'Athénée

Une Botte secrète bien décochée à l'Athénée

Claude TERRASSE : La Botte secrète.  Opéra bouffe en un acte. Livret de Franc-Nohain.  Compagnie Les Brigands, dir. Christophe Grapperon.  Mise en scène : Pierre Guillois.

Contemporain de Henri Christiné et de Reynaldo Hahn, Claude Terrasse (1867-1923) appartient à ces maîtres qui ont fait jubiler l'opérette française dans le dernier quart du XIXe siècle.  Il doit sa célébrité à une première collaboration avec Alfred Jarry dont il écrit la musique de scène pour Ubu Roi (1896), ce qui l'installe à l'avant-garde du renouveau d'un genre qui n'en finissait pas de regretter

Prodaná nevesta - Die verkaufte Braut.

Bedrich SMETANA : Prodaná nevesta - Die verkaufte Braut.  Chant & piano dans l’arrangement du compositeur.  Bärenreiter Urtext : BA9534-90.

Conducteur et matériel d’orchestre en location.

C’est à l’âge de trente-huit ans que Smetana se consacra à cette œuvre sur un livret du poète et journaliste Karel Sabina.  Écrit entre 1863 et 1865, joué pour la première fois le 30 mai 1866, l’opéra fut remanié jusqu’en 1870, et c’est à ce moment que Smetana réalisa lui-même la version chant & piano ici reproduite.  L’œuvre est publiée en tchèque et en allemand.  On lira avec beaucoup d’intérêt la préface très documentée de Maria Ottlová.

L’Étoile.

Emmanuel CHABRIER : L’Étoile.  Opéra bouffe en trois actes. Partition chant & piano. Bärenreiter : BA8708-90.

Le conducteur est en vente sous le n° 8708, le matériel d’orchestre est en location.

C’est toujours un plaisir de découvrir les œuvres présentées dans la collection « L’Opéra français » de Karl-Heinz Müller.  La réduction de piano a été refaite par l’éditeur sur la base de la partition orchestrale.  Elle diffère beaucoup de celle imprimée jadis chez Enoch.  La partition piano-chant contient l’intégralité du livret ainsi qu’une préface rappelant l’histoire de l’œuvre et un résumé de l’argument acte par acte.  Cette édition comporte également une adaptation allemande (chant et livret) qui pourra contribuer à une meilleure connaissance de cette œuvre outre-Rhin. En tout cas, félicitons Bärenreiter Urtext pour cette remarquable réalisation.

 

Cendrillon.

Jules MASSENET : Cendrillon.  Conte de fées en quatre actes et six tableaux.  Livret de Henri Cain, d'après Charles Perrault.  Anne-Catherine Gillet, Frédéric Antoun, Nora Gubisch, Eglise Gutiérrez, Ilse Eerens, Angélique Noldus, Lionel Lhote, Yves Saelens, Quirijn de Lang, Donal Byrne, Patrick Bolleire.  Orchestre symphonique et chœurs de La Monnaie, dir. Alain Altinoglu.  Mise en scène : Laurent Pelly.

On franchit avec Massenet un large pas dans le temps. Peut-être pas dans le sens attendu. Car le retour à Perrault est net. Mais comme le conte n'est pas assez riche pour en faire une intrigue d'opéra, Massenet et son librettiste l'ont corsé de plusieurs touches nouvelles puisées, entre autres, chez les frères Grimm.  Ainsi, étoffent-il le père, Pandolfe, qui se voit assigner une rôle essentiel, à la fois souffre-douleur de sa mégère de femme, mais aussi confident de sa fille, le meilleur ami de celle-ci.  Surtout, ils renforcent la partie de la Fée, la bonne marraine de Lucette-Cucendron.  Fin dramaturge, à l'égal d'un Verdi, Massenet peint ses caractères avec lucidité, leurs émotions, leurs passions pudiques, la douceur de l'amour naissant entre