Apothéose de Corelli.  Apothéose de Lully.

François COUPERIN : Apothéose de Corelli.  Apothéose de Lully.  Anne Fuzeau Classique : n°35 – Réf. 2218.Bien qu’il ne s’agisse pas d’une nouveauté, il est important de rappeler ces trésors des fac-similés Fuzeau. Même si on n’a pas l’occasion de les jouer soi-même, quel plaisir de les écouter en suivant sur la partition originale, parfaitement lisible. Et il s’agit là de deux œuvres maîtresses du compositeur. Il s’agit d’œuvres en trio pour deux dessus et basse continue. La première

Interlude Maya

Bruno ROSSIGNOL : Interlude Maya  pour alto & guitare. Delatour : DLT1892.

Créée en 1997, cette pièce doit son titre à un restaurant parisien, lieu de la genèse de l’œuvre. L’auteur joue sur les complémentarités de timbre et de tessiture des deux instruments. Courte, cette pièce est de niveau moyen.

Mascarade

Régis CARROUGE : Mascarade   pour dixtuor de cuivres. Delatour : DLT1890.

Écrite pour trompette piccolo sib, 3 trompettes sib, cor en fa, 3 trombones, trombone basse et tuba, cette pièce assez difficile s’attache à décrire les différents aspects d’un carnaval. La première partie, tragi-comique, évoque les courses des masques, la seconde partie commence plutôt comme un lendemain de fête, mais celle-ci reprend le dessus dans un rythme endiablé.

Trois esquisses

Régis CARROUGE : Trois esquisses  pour trompette, cor, trombone, tuba. Delatour : DLT1889.

L’auteur s’efforce dans ses œuvres actuelles, de « décrire ou d’illustrer musicalement une scène, un personnage, un état d’esprit, un sentiment ou un lieu ». Il nous raconte donc ici une histoire (ou trois histoires ?). Les interprètes de ces esquisses devront donc développer un imaginaire commun pour jouer cette œuvre assez difficile mais pleine de vie et de surprises.

 Le Fantôme de l’Étrange Opéra

Roland CHAGNON : Le Fantôme de l’Étrange Opéra, pour quintette à vent.  Delatour : DLT1353.

Un fantôme taquin a détourné quatorze thèmes de la Carmen de Bizet…  Ce joyeux quintette n’est certes pas très difficile techniquement ; mais, pour livrer tout son humour, demande une parfaite liberté avec son instrument. Il suppose aussi des jeux de scène indispensables à l’exécution.  Bref, il demandera un travail sérieux pour un résultat plein d’humour et de vraie musique.

Mon ami Chopin

Frédéric CHOPIN (arrangements de Francis Coiteux) : Mon ami Chopin, pour piano & cordes (2 violons, violoncelle & contrebasse)Delatour : DLT1838.

Cet hommage à Chopin est constitué de quatre extraits d’œuvres célèbres (dont le 1er Concerto), soutenus par un discret accompagnement des cordes.  C’est fait avec beaucoup de goût.  Si le pianiste doit être expérimenté et avoir, surtout, le sens de cette musique, les parties de cordes sont, elles, assez faciles.

Concerto pour orgue & orchestre à cordes

Félicien WOLFF : Concerto pour orgue & orchestre à cordes (2 trompettes ad libitum) sur le Veni Creator.  Delatour.  Conducteur : DLT1000.  Orgue : DLT1000D.

Félicien Wolff a longtemps cessé de composer avant de donner quelques œuvres majeures.  Ce Concerto en est une.  Orgue, orchestre & trompette échangent et concertent longuement autour du Veni Creator dans deux mouvements : « Prélude et Andante en trio », « Passacaille et Fugue ».  Bien que déclarées ad libitum, les trompettes sont indispensables : elles assurent souvent l’énoncé du thème en valeurs longues au dessus de la polyphonie.

 Oréade

Jean-François PAULÉAT : Oréade, pour bande de hautbois, clavecin, timbales & batterie.  « Les bandes de hautbois », Delatour : DLT1748.

Composée pour 3 hautbois, hautbois d'amour, 3 cors anglais, 2 bassons, clavecin, timbales & batterie, cette œuvre originale évoque les nymphes des grottes et des montagnes.  Dynamisme et gaieté dans un langage où l’ancien et le moderne font bon ménage… Construite sur trois mélodies et une base rythmique récurrente, cette partition nous entraîne dans un univers de rêves et de folie.

 

Roland CHAGNON : Le Fantôme de l’Étrange Opéra

pour quintette à vent.  Delatour : DLT1353.

Un fantôme taquin a détourné quatorze thèmes de la Carmen de Bizet…  Ce joyeux quintette n’est certes pas très difficile techniquement ; mais, pour livrer tout son humour, demande une parfaite liberté avec son instrument. Il suppose aussi des jeux de scène indispensables à l’exécution.  Bref, il demandera un travail sérieux pour un résultat plein d’humour et de vraie musique.

Frédéric CHOPIN (arrangements de Francis Coiteux) : Mon ami Chopin

pour piano & cordes (2 violons, violoncelle & contrebasse)Delatour : DLT1838.

Cet hommage à Chopin est constitué de quatre extraits d’œuvres célèbres (dont le 1er Concerto), soutenus par un discret accompagnement des cordes.  C’est fait avec beaucoup de goût.  Si le pianiste doit être expérimenté et avoir, surtout, le sens de cette musique, les parties de cordes sont, elles, assez faciles.