Romain TALLET : Racine  pour clarinette en sib et saxophone soprano

Moyen avancé. Delatour : DLT2589.

Les deux instruments se fondent et s'affrontent en même temps dans un paroxysme de rythmes et de sonorités qui se termine par une isorythmie fortissimo.

Romain TALLET : La lune en deuil  pour saxophone alto et violoncelle.

Facile. Delatour : DLT2602.

« Contemplation documentaire zoologique. Mélancolie discrètement perturbée. » Effectivement, on peut dire qu'il s'agit d'une Elégie où deux parties lyriques et contemplatives sont séparées par une partie agitée qui ramène à l'apaisement.

Jean-Christophe ROSAZ : Et si au-dessus des nuages

Sur un poème de Max Alhau. Moyen. Delatour : DLT2607.

Il s'agit autant d'interprétation que d'improvisation. Si récitant et interprète parcourent d'abord dans l'ordre les neuf courtes sections, ils peuvent les reprendre ensuite dans un autre ordre, en improviser d'autres y compris en ce qui concerne le texte.

Piotr TCHAÏKOVSKY : Nocturne op. 19 n° 4  pour Contrebasse et Orchestre ou Quintette à cordes.

rangement : Régis Prudhomme. Delatour : DLT2422.

Tchaïkovsky a lui-même transcrit pour violoncelle et piano cette quatrième pièce qui fait partie des six pièces op. 19 pour piano. Il rajoute à cette occasion une cadence et modifie la tonalité.

Jean-Charles GANDRILLE : Intermezzo  pour harpe et orgue. Difficile. Delatour : DLT2562.

Cette pièce est construite essentiellement sur le mariage des timbres des deux instruments et les résonnances délicates et subtiles qui peuvent naître des battements causés par les petites différences d'accord entre eux. On retiendra en particulier, dès le début de l'œuvre, les batteries de croches de la harpe faisant entendre alternativement mi naturel et fa bémol. L'orgue, de préférence à trois claviers, joue essentiellement avec les bourdons divers même si une petite mixture intervient également. L'ensemble ne manque pas de poésie.

Six moments musicaux  pour violon et violoncelle.

Delatour : DLT0866.

Ces pièces assez difficiles forment en fait une grande sonate et sont destinés à être joués à la suite. Ils furent joués en 1979 au festival d'Aspect par Nicole Coulange et Aimé Bourrié, membres de l'orchestre de chambre de Marseille, pour qui ils furent écrits. L'ensemble est très varié : pleins de feu, élégiaques, sarcastiques ou méditatifs, ils offrent de multiples facettes qu'on aura plaisir à découvrir.

Rose-Marie JOUGLA : Habanera.  Transcription pour alto solo et orchestre à cordes (ou quatuor). Assez facile. Delatour : DLT2557.

Il s'agit d'une transcription de la Habanera  pour alto et piano dont nous avons rendu compte dans la Lettre 75 de novembre 2013. Cette très jolie pièce un peu envoutante qui se déroule sur son rythme ostinato de habanera avec pour seul éclairage quelques mesures en do Majeur qui terminent l'œuvre sera certainement sublimée par cet arrangement. Précisons que le « quatuor » dont il est question est composé de deux violons et deux violoncelles. On peut entendre la version originale pour alto et piano sur YouTube ou sur le site de l'éditeur.

Jean-Christophe ROSAZ : Hommage au Tango.  Version pour guitare et violon. Moyen. Delatour : DLT2442.

Cette œuvre existe également en versions pour alto et guitare et violoncelle et guitare. Comme le titre l'indique, il s'agit moins d'un véritable tango que de pénétrer un « univers poétique en gestation » un peu comme le fait Astor Piazzola. Disons tout simplement que cela « sonne » bien et que l'ambiance est tout à fait réussie. A un moment ou les ensembles violon – guitare se multiplient, ce sera une pièce originale pour accroître leur répertoire.

 

Jean-François PAULÉAT : Première Suite en Trio  pour flûte traversière, flûtes à bec et violon. Deuxième Suite en Trio  pour flûte traversière, flûtes à bec et violon. Delatour : DLT2167 et DLT1960.

Nous réunissons en un seul compte-rendu ces deux œuvres car elles comportent beaucoup de points communs. Qu'on ne se trompe pas sur la mention « flûtes à bec » au pluriel : il y a bien un seul instrumentiste pour toute la famille des flûtes, dont il jouera parfois simultanément. Les deux suites se complètent. Il s'agit à chaque fois d'un bouquet de dix courtes pièces très variées qu'on pourra jouer à la suite, dans le désordre, séparément, au gré des humeurs et des besoins des interprètes. L'écriture est élégante, à la fois classique et inventive, fort agréable en tout cas. L'instrumentation atypique concours au piment de l'ensemble.

Jean-Christophe AURNAGUE : Suite ailée.  Transcription pour hautbois, basson et orchestre à cordes de Christian Escaffre. Delatour : DLT2555.

On se reportera, pour les commentaires sur cette œuvre, à ce qui en est dit plus haut dans la rubrique « orgue ». Il s'agit en effet d'une œuvre pour orgue. Nous n'avons pas trouvé d'explication à cette transcription, manifestement faite en plein accord avec l'auteur. Nous ne pouvons ici que redire toutes les qualités de ce triptyque.