Henry FOURÉS : Lob der Ferne

(Éloge du lointain). Duo pour alto et pédale charleston. Symétrie : ISMN 979-0-2318-0746-2.

Isabelle ABOULKER : Les arbres.

En balade avec Jules Renard, pour voix grave et quatuor à cordes. Delatour : DLT2237.

André RIOTTE : Origami.

6 pièces pour quatuor à cordes. Delatour : DLT1300.

Antonin SERVIÈRE : Trio pour flûte, alto et harpe

Delatour : DLT1260.

Cette formation rappelle évidemment Debussy. Ceci dit, il n’y a rien de commun dans le langage utilisé. Résolument contemporaine, cette pièce en un seul mouvement n’en est pas moins très expressive et très lyrique.

Marius MONNIKENDAM : Invocation pour violoncelle, harpe et orgue

Delatour : DLT1732.

Editée dans la collection Musique et Patrimoine, cette œuvre de ce compositeur néerlandais élève de Vincent d’Indy et Louis Aubert à la Schola Cantorum est fort intéressante. Ecrite pour une formation originale, cette pièce évolue dans un langage modal simple mais d’une grande beauté. Une partie plus mouvante est encadrée par un début et une fin très méditatifs. Espérons que malgré le caractère original de la formation, cette œuvre connaitra un vrai succès.

Théodore DUBOIS : Fantaisie pour trompette chromatique et quintette à cordes.

Transcription de Franck Villard. Symétrie : ISMN 979-0-2318-0748-6

Cette œuvre, primitivement pour trompette chromatique avec accompagnement de piano, a été transcrite pour quintette à cordes (avec contrebasse) à la demande du directeur du festival Ars Terra, dans la Somme. La trompette peut être également accompagnée par un orchestre à cordes. Très fidèle à l’original, la transcription met en valeur cette pièce de circonstance écrite en 1920 pour le Conservatoire de Paris. C’est un joli moment de musique écrit par un compositeur qui sort fort heureusement aujourd’hui d’un injuste oubli.

Alain LOUVIER : Herbier V.

Trois courtes pièces pour cor et percussion. Assez difficile. Dhalmann : FD0407.

Ces trois pièces qui portent des noms de fleurs sont écrites dans un langage contemporain et des techniques de jeu qui ne le sont pas moins. On appréciera les recherches de timbres et les effets sonores qui en découlent.

Félix MENDELSSOHN : Les Hébrides.

Transcription pour clarinette en la, basson, quatuor à cordes et piano à quatre mains. Delatour : DLT2256.

Cette transcription de Sophie Lacaze est tout à fait séduisante. Très fidèle à l’original, elle n’est pas d’une difficulté insurmontable et intéressera tant les ensembles professionnels que les ensembles de grands élèves de nos conservatoires ou d’amateurs avertis.

Marius MONNIKENDAM

Air pour violon et orgue. Assez difficile. Delatour : DLT2081.

Marius Monnikendam ( Haarlem , le 28 mai 1896 - Heerlen , 22 mai 1977 ) après avoir été élève du Conservatoire d’Amsterdam, se rendit à la Schola Cantorum où il fut élève de Vincent d’Indy et de Louis Aubert. Le duo violon et orgue se rencontre rarement. L’œuvre est en constante tension tant par ses chromatismes que par ses mouvements mélodiques et harmoniques qui ne sont pas sans faire penser aux grandes pièces de Franck. L’orgue n’est pas seulement accompagnement mais partenaire à part entière.

Charles BALAYER : Funky Pipes

pour quintette à vent. Assez difficile. DLT2216.

Si le quintette est classique dans sa formation (Flûte, hautbois, clarinette, cor et basson), on ne peut en dire autant de cette réjouissante pièce de style funk qui demande un solide sens du rythme pour un résultat tout à fait convaincant. Il n’est, pour s’en persuader, que d’écouter l’intégrale de l’œuvre sur le site de l’éditeur.