pour quintette à vent. Delatour : DLT2647.

Là encore, il s'agit d'explorer des sonorités nouvelles, de créer des ambiances sonores. Le quintette est formé d'une flûte, d'un hautbois, d'une clarinette en si bémol, d'un cor en fa et d'un basson français (version disponible pour basson allemand). C'est avec le quintette à vent « Gustatori », commanditaire de cette pièce, que l'œuvre a été réalisée. Voici comment l'auteur décrit son projet : « Le mot Mandala, forme symbolique universelle, renvoie à une notion forte de permanence, d'intériorité et d'équilibre. Le mot sable désigne un sol par nature instable. Ainsi ai-je imaginé le tracé d'un mandala sur le sable, probablement appelé à être déformé, voire effacé par le vent ou la mer ».