pour alto et violoncelle. Supérieur. Fortin-Armiane : EFA 062.

Cette pièce est composée de huit brèves séquences où les deux instruments ne dialoguent pas vraiment mais contribuent chacun au caractère lointain, mystérieux, étrange de l’atmosphère qui se dégage.

Toutes les possibilités des instruments sont exploitées pour nous faire voyager au loin dans ce monde imaginaire et un peu inquiétant. L’œuvre date de 1992.