Il s’agit de la même œuvre que celle, pour alto et piano, recensée à la rubrique Alto.