Michel Amoric, Santa Rosa pour guitare, Pierre Lafitan, P.L 3854.

 

Niveau : 2e cycle

A travers cette pièce, le compositeur et musicologue français Michel Amoric rend hommage à la patronne des guitaristes qui se nomme Santa Rosa de Lima. Cette pièce est dans un style d’écriture atonal. Le compositeur s’est servi d’un logiciel conçu par l’IRCAM pour la développer. Cela produit une sensation de brouillard et d'intemporalité et permet d'exploiter davantage les possibilités de la guitare.
Après une première partie introductive, une autre porte s’ouvre laissant place à un flot continu de doubles croches. Il s'ensuit une autre partie caractérisée par des harmoniques.
Une petite cascade d’arpèges rapides nous conduira à la partie finale. Celle-ci se distingue par une série de vagues allant du registre médium au registre aigu. Cette dernière est ponctuée par des percussions et laisse également entrevoir des syncopettes. Ce dernier point, d’ordre rythmique, fait référence à la musique d’Amérique du Sud, ce qui jusque-là n'était pas aussi perceptible.
Cette pièce de deux minutes vingt ne présente pas de grosses difficultés et pourra être abordée en milieu de deuxième Cycle. Il faudra néanmoins être vigilant aux altérations accidentelles. Cette œuvre s'inscrit dans un registre d’écriture musicale contemporaine. Elle permettra aux élèves de s’imprégner d’un nouveau langage où le traitement de la masse sonore et de l’imperceptible sont de mise.
Lionel FRASCHINI
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2021

 

Philippe Goby, La Ligérienne pour guitare, Pierre Lafitan, P.L.3932.

 

Niveau : fin 1er cycle

Voici une charmante petite valse d’une minute trente en mi mineur de Philippe Goby.
Elle est structurée en trois parties. La mélodie est gracieuse et bien dégagée de la partie d’accompagnement. Elle est composée de notes conjointes. Il règne dans cette musique une atmosphère de nostalgie, laissant libre recours au rêve et à l’expression. L’accompagnement est marqué par l’emploi de mélismes. La ligne de basse comprend beaucoup de cordes à vides. Tout est fait pour que l’on puisse rendre ce chant obstinant de par sa beauté. Elle pourra être abordée en fin de premier cycle et servira de support pour travailler facilement le phrasé, l'élasticité et le son.
Lionel FRASCHINI
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2021

 

Orestis Kalampalikis, Ara pour guitare, Henry Lemoine, 29 528 H.L.

 

Répertoire

Cette pièce nommée Ara du compositeur grecque Orestis Kalampalikis se compose de 3 mouvements. Elle est dédiée à Gabriel Bianco. Il est précisé qu’il y a une scordatura: la corde de mi grave devient do♯ et le la, sol♯. Cela permet d’avoir des résonances intéressantes et ouvre de multiples possibilités d’utilisation du mode de jeu en campanelles. La pièce est empreinte de la mythologie grecque. Nous avons affaire à une écriture contemporaine qui utilise un ambitus large. Le premier mouvement, Ara du nom éponyme de la pièce se caractérise par une atmosphère mystérieuse et méditative. Il donne l’humeur de toute la pièce. Vous y trouverez de petites cellules lapidaires et flottantes. On notera également l’emploi de tierces mineures et de 7èmes majeures avec des intervalles éclatés et des harmoniques. Il y a également beaucoup de changements de mesures, ainsi qu’une écriture de plus en plus étoffée tout du long de ce premier mouvement. Les phrases s’élargissent et la polyphonie se déploie. Le compositeur est très précis dans l’écriture : utilisation du staccato, nuances, jeu avec la main gauche seule, timbre métallique. Il y a beaucoup d’altérations accidentelles et la dernière partie de ce mouvement comprend une armure avec 6 dièses.
Le deuxième mouvement est beaucoup plus linéaire et dansant. Il s’intitule le concours et comprend beaucoup de changements d’armures. Il commence avec une armure composée de 5 bémols puis de 5 dièses. Le chant est également plus clair et moins tournoyant, en opposition au premier mouvement. L’accompagnement est également plus décroché en dessous de la ligne mélodique.
Le troisième mouvement Nemesis s’articule autour d’un développement continu de notes répétées qui s’amorce déjà dans le premier et le deuxième mouvement, mais de manière anecdotique. La polyphonie est également déployée à travers des strates bien espacées. On notera l’emploi de dissonances que l’on retrouvera tout au long de la pièce.
En définitive, cette pièce est très mélodieuse et singulière. Elle est également pleine de surprises et de poésie. Elle suit toujours dans chacune de ses 3 parties une progression logique et ordonnée. Il s’agit d’une pièce de concert qui s’adresse plutôt à des professionnels.
Vous pouvez l’écouter sur YouTube jouée par Gabriel Bianco en personne :
https://youtu.be/xAYFpqz9Txo
Lionel FRASCHINI
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2021

 

Niveau : 2ème cycle

Cette courte pièce de Caspar de Gruil de 2 minutes intitulée For Stephanie pour un niveau de deuxième cycle se joue à 90 à la noire. On y trouve des harmoniques, des coulés, des arpèges et des chromatismes. Le thème, d’allure méditative et mystérieuse commence en se balançant grâce à des notes à contretemps. Une deuxième voix le rejoint ensuite en ostinato de croches arpégées et apporte une touche lumineuse à l’ensemble. Il en résulte un contraste harmonieux de part le caractère rythmique déstructuré par les contretemps du thème lorsqu’il est à nu au départ et l’ostinato de croches qui se succèdent après la première exposition du thème. Cela donne l’atmosphère holistique de la pièce. Le thème va également connaître des mutations rythmiques et mélodiques au fur et à mesure de sa progression dans le morceau.
Lionel FRASCHINI
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2021

 

Niveau : 2ème cycle

Cette nouvelle parution du compositeur et guitariste Jean-Max Frézignac vient enrichir les belles pages de la littérature pour guitare seule. Cette musique à la particularité d’être écrite par un guitariste qui connaît visiblement bien les rouages que l’on rencontre lorsque l’on écrit pour cet instrument. Il en résulte une magnifique suite en trois mouvements, qui incarnent chacun une atmosphère bien contrastée. Le compositeur utilise à travers une écriture idiomatique moulée sur mesure pour le manche de la guitare, des mécanismes d’écritures flatteurs, ce qui produit des effets de surprise.
Le premier mouvement est marqué par une mélodie pleine de poésie et d’élégance. La partie centrale est plutôt harmonique. Elle se caractérise par un contre-chant orné de retards dans le registre medium de la guitare. Cette même partie centrale repose sur une marche harmonique. Le développement de cette deuxième partie est marqué par l’utilisation de campanelles.
Le deuxième mouvement se démarque à travers une atmosphère obscure. Celle-ci se matérialise par l’emploi de notes répétées qui aboutissent sur un motif thématique qui entremêle mélisme avec l’utilisation de chromatisme et accords de septièmes qui donnent un côté éclaté.
Le troisième mouvement se caractérise par des pédales de quintes et de tierces en alternances et laissent entrevoir furtivement la quinte ou la septième de l’accord en fin de mesure, ce qui produit un décor féérique un peu comme un ciel étoilé. Ce dernier mouvement laisse également entendre un motif agité faisant référence à la musique Rock ‘n’ roll de part des accords de 2 sons de quintes et de quartes.
Cette pièce de presque huit minutes, se destine aux élèves de second cycle. Elle permettra de s’immerger dans un langage guitaristique plein de finesse et d’expressivité. Elle montre la palette de couleurs infinies qu’offre la guitare.
Lionel FRASCHINI
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2021

 

Niveau : 2ème cycle

Voici une très jolie suite de danses en cinq mouvements du compositeur Argentin Máximo Diego Pujol. Elle ne manquera pas de ravir les guitaristes. On ressent immédiatement à la première lecture une profonde connaissance de l’instrument et du folklore sud-américain. On notera également l’emploi de combinaisons d’accords remarquablement bien dispatchés sur le manche de la guitare. Cette musique se distingue par son caractère dansant, rythmée et syncopée, le tout entremêlé de très belles mélodies. On y trouvera entre autres : un tango déganté à l’image d’une grande ville en pleine ébullition ou encore une milonga paisible et pleine de souvenirs lointains. Cette œuvre dépeint la vie, les coutumes et les traditions dans la région de « La Cuenca del Plata » avec Buenos Aires au sud. On pourra y trouver une invitation au voyage. Il est également question de sentiment : la joie, la tristesse, l’euphorie, la nostalgie.
Tous les ingrédients que l’on traverse dans un parcours de vie sont présents. Cette pièce pourra être abordée en milieu de deuxième Cycle. Elle nécessite une solide assise rythmique et une bonne connaissance du manche.
Lionel FRASCHINI
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2021

 

Roland DYENS, Air ascendant Terre pour flûte et ensemble de guitares, Lemoine, 29514 H.L.

Voici une œuvre atypique du célèbre Roland Dyens en 3 mouvements destinée à des élèves de 3ème Cycle. Elle est écrite pour ensemble de guitares à 4 parties et flûte solo.
C’est une musique pleine de couleurs et de surprises. C’est en quelques sorte un concerto où toutes les parties demandent une certaine dextérité. On notera la scordature pour la guitare 4 qui offre une couleur très particulière avec un do# sur la 6ème corde. On ressent bien l’empreinte de Roland Dyens qui ne se fixe pas de limite et repousse même les frontières de l’au-delà.
On sent bien aussi l’influence de la musique sud-américaine avec l’emploi de rythmes syncopés, le tout fondu dans un décor impressionniste cher au compositeur.
Il y a des arpèges des gammes, des trémolos, des accords : tous les ingrédients sont là !
On notera également le parfait et judicieux équilibre entre toutes les parties. Ici, il y en a pour tout le monde et toutes les parties sont intéressantes et donnent un sentiment d’unité à la pièce. Comme dans toute la musique que nous a laissé le défunt compositeur, il y a beaucoup de détails d’articulations, de mouvements et de nuances. Les doigtés sont logiques et clairs.
Voici encore une œuvre qui va enrichir la littérature des guitaristes ! Cette musique est pleine d’humour et nécessite un travail assez conséquent.
Lionel FRASCHINI
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2021

 

Bruno GINER, Eclipse de son pour quatuor de mandoline ou trois mandolines et guitare, Delatour, DLT 2838

Il s’agit d’une pièce contemporaine à l’usage d’élèves de 3ème Cycle. On peut ressentir l’influence de la musique de Béla Bartok et d’Alberto Ginastera.
Vous y trouverez beaucoup de notes répétées propre au jeu de la mandoline et également toute une thématique chromatique avec beaucoup de changements de mesure et une grande importance accordée au rythme. La pièce se développe et prend de l’ampleur sur le plan de la chronologie pour atteindre son climax en fin de parcours, même si quelques courtes périodes d’accalmies s’interposent. Elle est écrite pour quatuor de mandolines avec pour option la possibilité de jouer la partie de mandoloncelle à la guitare.
Cette courte pièce va permettre d’enrichir le répertoire de musique de chambre de la mandoline à travers un langage contemporain. On y trouve un caractère mystérieux notamment avec les chromatismes, les silences et la dynamique générale.
Lionel FRASCHINI
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2021

 

Philippe OPRANDI : Ritournelle pour guitare. Lafitan : P.L.3629.

Voici une magnifique pièce à usage d’élèves se situant en fin de 1er Cycle. Le thème lapidaire est brave et élégant. Il est annoncé d’amblée, dans le registre grave de la guitare. Il commence sur le 1er degré de mi mineur pour s’achever à la mesure suivante sur la dominante. Puis rentre une seconde voix comme dans une fugue cette fois ci sur la dominante. Il s’agit d’une ritournelle qui par définition nous fera entendre ce thème tout au long du morceau comme un rappel qui va se déployer à travers une polyphonie parfaitement équilibrée. C’est une pièce musicalement très intéressante en raison de son caractère fugué. Du point de vue technique il y a des mélodies accompagnées, des gammes et des arpèges. On passe un très bon moment tout en travaillant beaucoup de choses. De surcroît, c’est une pièce pleine de nostalgie. Elle laisse beaucoup de place pour s’investir dans la musique. On se sent vite très concerné et captivé.
Lionel Fraschini
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2020

Philippe OPRANDI : Pouce, index, majeur pour guitare. Lafitan : P.L.3628

Cette étude de Philippe Oprandi repose sur l’utilisation des cordes à vides et sur la formule de main droite de base : pouce, index et majeur. Toutes les basses et appuis sont sur le premier temps et utilisent les cordes à vides mi, la et ré. Du point de vue de la main gauche cette petite pièce utilise les notes qui se situent sur la première case des cordes aiguës sol, si et mi avec le 1er doigt. L’élève pourra aisément jouer cette étude en fin de première année d’apprentissage.
Lionel Fraschini
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2020