Michel CORRETTE : XII Offertoires

Édités par Yves Jaffrès. Symétrie. Lyon.

Il semble bien que ce recueil inédit et retrouvé par hasard dans des circonstances qu’on lira dans la préface soit le dernier ouvrage de Corrette qui nous manquait. Rien qu’à ce titre, c’est déjà un évènement. On découvrira donc avec beaucoup de plaisir ces pièces d’un genre spécifique et qui se veut en lien avec la liturgie du jour. Toutes les explications en sont données de façon très précise dans la très copieuse introduction d’Yves Jaffrès qui ouvre ce recueil. Ce sera un grand plaisir pour les organistes et leurs auditeurs de découvrir ces pièces de Corrette qu’on croyait perdues.

 

WAGNER : Pilgerchor – Chœur des Pélerins

pour orgue par Frantz Liszt. Schott : ED 21321.

Il est vrai que Liszt apporta au jeu de l’orgue des éléments spécifiques qui en font un véritable instrument de concert et un orchestre à lui tout seul. C’est bien sûr ce qui ressort de cette transcription que les organistes auront beaucoup de plaisir à jouer même si, à certains moments elle est tout sauf facile ! Bien sûr, il y faudra un instrument riche en couleurs et en timbres.

Pierre-Richard DESHAYS : Petite suite française

pour orgue. Elémentaire. Lafitan : P.L.2596.

Rien de plus français que cette Petite Suite où on est prié d’inégaliser les croches, au moins dans les pièces où cela s’impose comme l’Ouverture et le Rigaudon. Suivent Gigue, Sicilienne et Fermeture, aussi pimpants que non dénués d’une pointe d’humour. Ce sera l’occasion de faire découvrir aux jeunes organistes le style français classique pour ceux qui ne l’aurait pas encore abordé. Chaque petit tableau peut être l’occasion de beaucoup de découvertes.

 Quasi una fantasia

Franck VILLARD : Quasi una fantasia. Symétrie. 30, rue Jean-Baptiste Say

 

69001 LYON. http://symetrie.com/fr

 

Saluons d’abord cette maison d’édition et de diffusion dont on aura tout intérêt à consulter le catalogue riche et varié.

 

Voici un titre qui ne manque pas de résonnances… mais sans rapport avec une certaine sonate sinon la liberté de ton, de couleur. L’auteur nous précise que la pièce doit être exécutée « avec fougue, emportement et parfois avec un certain sens dramatique ». La pièce est dédiée à Denis Comtet, titulaire des grandes orgues de Saint François Xavier (Paris) qui en a assuré la création. Riche autant par ses rythmes que par ses harmonies, cette pièce essentiellement modale foisonne de trouvailles qu’il faut découvrir.

 

 

 

Daniel ROTH : Christus factus

est pour orgue. Compositeurs Alsaciens vol. 28. Delatour : DLT2117.

Ecrite pour un orgue romantique comportant deux claviers, dont un récit expressif, et pédalier, cette Fantaisie sur le Graduel de la Messe du Jeudi Saint in memoriam Albert Schweitzer est une véritable méditation qui suit de très près l’admirable pièce grégorienne. C’est une œuvre à découvrir absolument, à méditer et à faire partager…

 

Jean LEGOUPIL : Quatre pièces

pour grand orgue. Op. 1, 14, 20 et 54. Delatour : DLT1580.

Ces pièces constituent un panorama de l’évolution de ce compositeur organiste normand. Elles supposent un instrument à deux ou trois claviers et pédalier. On retiendra particulièrement La Nativité de Notre Seigneur, prélude à l’introït de la messe du jour, sur le thème du « Puer natus est… », mais toutes méritent d’être découvertes et méditées. Ce sont des œuvres d’une grande intériorité et d’une grande beauté.

Yves LAFARGUE : Choral

pour grand orgue. Delatour : DLT2084.

Qu’on ne s’y trompe surtout pas : le Con morbidezza par lequel l’auteur caractérise son œuvre n’a rien de morbide ! Il s’agit de délicatesse, de tendresse. Et c’est bien ainsi qu’on peut caractériser cette œuvre qui évoque, mais sans les pasticher, les grands Chorals de la musique française d’orgue Franck, Vierne… Tendresse, délicatesse qui persiste y compris dans les parties les plus animées.

 

Loïg DELANOY : Thème et variations

pour orgue. Delatour : DLT1275.

Encore étudiant, exerçant par ailleurs la fonction de pianiste accompagnateur du chœur de Meudon, et passionné de toutes les musiques, Loïg Delanoy a été vainqueur en 2009 du 1er concours Joseph Merklin de composition pour orgue. Ce concours, était en particulier patronné par les éditions Delatour qui publient donc cette œuvre. L’auteur s’est appliqué à tirer de l’orgue Merklin des ressources insoupçonnées de timbres, ce qui ne veut pas dire qu’il a utilisé des procédés compliqués. Bref, une œuvre intéressante mais dont on souhaiterait un enregistrement sur l’instrument pour lequel elle a été conçue.

Chaconne pour violon

ORGUE

 

Johann Sebastian BACH : Chaconne pour violon adaptée au grand-orgue par Henri Messerer (1838-1923). Delatour : DLT1267.

 

On aime… ou on n’aime pas !

Funérailles.

Franz LISZT : Funérailles.  Transcription pour orgue de Jeanne Demessieux.  Delatour : DLT0787.

Jeanne Demessieux avait improvisé cette transcription sur le grand Cavaillé-Coll de l’abbatiale Saint-Ouen de Rouen le 17 mai 1961.  Elle a écrit cette transcription qui nous est présentée ici dans la reconstitution réalisée par Pierre Labric, qui assistait à ce concert et a interprété cette transcription sur ce même orgue.  Enregistrée, cette version peut être entendue sur certains sites bien connus. Jeanne Demessieux écrivait à Pierre Labric : « Oui, je suis l’auteur de la transcription des Funérailles. […] Liszt ayant coutume de transcrire volontiers ses œuvres de piano pour l’orgue ou l’orchestre, je n’ai pas eu de scrupule à envisager ce développement ». L’œuvre de Liszt prend dans cette transcription une profondeur et une intensité nouvelles qu’il faut absolument découvrir.