Ecrite en hommage à Albert Schweitzer pour le centenaire de son arrivée à Lambaréné en 1913, cette pièce marie les envolées lyriques de la flûte piccolo, allant parfois jusqu'à la stridence avec les sonorités profondes de l'orgue (ou du piano). « Ombre et lumière se disputent leur place au soleil tel que Schweitzer l'évoque dans la nombreuse correspondance relatant sa vie en terre africaine. »