Pascal PROUST : Sonate à trois pour 3 trompettes

Sempre più : SP0095.

Cette sonate en trois mouvements est dédiée aux trois créateurs de l’œuvre aux Rencontres Musicales des Monts d’Or en juillet 2012. Un premier mouvement aux rythmes joyeux de forme ABA est suivi d’un court Adagio poétique. Le tout se termine par un allegro ritmico endiablé.  Il s’agit d’une pièce pleine de charme et de dynamisme très fidèle à son titre !

Claude-Henry JOUBERT : Concert « Les moustiques »

pour trompette sib ou ut ou cornet ou bugle, avec accompagnement de piano. Fin du 1er cycle. Lafitan : P.L.2549.

On retrouve dans ce concerto toute la verve bien connue de C.-H. Joubert. A partir d’une « situation initiale » paisible (bien au chaud sous la couette), un bataillon d’éléments perturbateurs viennent troubler le repos du dormeur potentiel. La chasse commence, puis survient un repos trompeur avant que la chasse ne reprenne de plus belle pour se terminer par la victoire totale sur l’ennemi dans un « couac » final du plus bel effet. Inutile de dire que l’ensemble possède, par ailleurs, toutes les qualités musicales bien connues de leur auteur !

Jérôme NAULAIS : A l’heure d’automne

pour trompette ou cornet ou bugle et piano. Préparatoire. Lafitan : P.L.2565.

Voilà une heure qui ne nous obligera pas à modifier celle de nos montres mais qui a, en revanche, beaucoup de charme. Parfois un peu nostalgique et en demi-teinte, automne oblige, elle est parfois éclairées de rayons de soleil qui finissent par l’emporter. Bref, l’auteur nous fait partager un bien joli moment de musique.

 

Pascal PROUST : Sans paroles

pour trompette (ou cornet) et piano. 2ème cycle. Sempre più : SP0077.

On pourra imaginer ce qu’on voudra au fil de cette histoire que l’auteur nous raconte. Un départ martial se transforme en promenade nonchalante pour déboucher sur un allégro bien rythmé que suivent d’autres péripéties pour revenir à une fin plus tranquille.  Le tout est plein de charme et de fantaisie.

Claude PASCAL : Marche sans tambour

mais avec trompette pour trompette et piano. Premier cycle. Sempre più : SP0076.

Cette marche un peu déjantée – si nous osons employer cette expression – ne manque pas de charme et réserve d’agréables surprises. Ecrite en mineur, ce qui la rend un peu tragique, elle comporte un mini-passage lyrique en majeur qui éclaire le paysage.

Peter WASTALL : Learn as you play

1 vol. 1 CD. Boosey & Hawkes : BH12470.

Il s’agit d’une méthode pour débuter trompette, cornet et bugle. Destinée en particulier aux fanfares, harmonies et autres ensembles de vents, elle suit pas à pas l’apprentissage des élèves par des exercices simples et de nombreuses mélodies qui donnent lieu à des playbacks jazzy tout à fait séduisants.

Georges Kastner : Adagio et grande polonaise brillante

pour cornet Bb (ou trompette) et piano. Restitution Jean-Louis Couturier. Niveau 3ème cycle. Sempre più : SP0045.

Georges Kastner (1810 – 1867) est un compositeur et théoricien dont l’œuvre est loin d’être négligeable. On lira avec intérêt la notice qui lui est consacrée dans cette partition ainsi que celle concernant le dédicataire, Jean-Baptiste Arban. Cette œuvre est bien loin d’être sans intérêt. L’adagio, sombre, en si bémol mineur, a des accents tragiques. Il débouche, après une courte cadence, sur la polonaise, en si bémol majeur, pleine de fougue et de panache. C’est de la très bonne musique qu’on gagnera à découvrir.

Max MÉREAUX : Cantabile

pour trompette ou cornet ou bugle et piano. Préparatoire. Lafitan : P.L.2625.

Voici une œuvre dont le contenu est particulièrement conforme au titre. On se laissera charmer par ces phrases amples qui permettent de faire chanter l’instrument, y compris dans la cadence qui, si elle est un peu plus enlevée, ne déroge pas au côté chantant de l’œuvre. Le piano a également sa place dans cette œuvre pleine de charme.

 Le chant de la terre

Jean-Michel TROTOUX : Le chant de la terre pour trompette ou cornet ou bugle et piano. Débutant. Lafitan : P.L.2401.

 

L’auteur nous offre ici une jolie pièce lyrique pleine d’enthousiasme qui devrait ravir les jeunes interprètes. L’accompagnement de piano, souple et chantant, contribue beaucoup à l’atmosphère à la fois paisible et joyeuse du morceau.

 

Carmen (ouverture).

Georges BIZET : Carmen (ouverture). Transcription pour deux trompettes, cor et trombone. Arrangement de Jean-Louis Petit. Fortin-Armiane : EAL 534.

 

Ecrit, comme les suivants, à l’occasion du concours international de quatuors de cuivres de Paris/Ville d’Avray du 23-24 mars 2013, cet arrangement est réalisé avec tout le soin et la compétence musicale qu’on connait à Jean-Louis Petit. Nul doute que les quatuors de cuivre ne bouderont pas leur plaisir ! Notons qu’un deuxième trombone peut remplacer le cor en fa : la transcription nécessaire est fournie.