Nous retrouvons toujours avec plaisir ces enquêtes du commissaire Léonard dont les rebondissements humoristiques devraient faire la joie des élèves. On trouvera parmi les personnages un certain Ludwig van B., touriste allemand. On ne s’étonnera pas qu’à son arrivée le destin frappe à la porte… Comme d’habitude, l’œuvre laisse une place importante à l’improvisation et à la composition, et ce n’est pas le moindre de ses intérêts. Ajoutons que l’auteur guide évidemment ce travail avec des conseils réutilisables pour d’autres compositions. Bref, l’ensemble possède l’intérêt habituel des œuvres de C.H. Joubert.
Daniel Blackstone

Il y a beaucoup de variété rythmique et mélodique dans ce « tour de table » à la tonalité toujours fluctuante. La première partie, en mineur, à trois temps, a une allure un peu chaloupée. Elle débouche sur un vigoureux 2/4 au rythme entrainant, toujours en mineur mais se transforme en un majeur de plus en plus triomphant jusqu’à une terminaison tonitruante dans les hauteurs du saxophone. Le tout est aussi varié qu’intéressant, permettant aux deux instrumentistes de montrer à la fois leur sens musical et leur virtuosité.
Daniel Blackstone

Créée à l’Auditorium Jean Cocteau de Noisiel le 14 Janvier 2017 par l’Ensemble de Saxophones du Grand Paris sous la direction d’Antonino Mollica, cette œuvre nous plonge dans une ambiance sonore on ne peut plus urbaine. On pourra s’en rendre compte en allant l’écouter sur You Tube lors de sa création https://www.youtube.com/watch?v=xjNXdUTErN8
Il s’agit d’une brève pièce dansante, dans un mouvement 3/8 obstiné, entre tonalité et atonalité. Elle est de niveau 2° cycle. Dans cette danse lancinante, on pourra imaginer à loisir tous les bruits et les sons de la ville, devenue bien sauvage depuis Un américain à Paris ! C’est vraiment à découvrir et à faire jouer.

l est bien badin ce « mister » qui se dandine sur un rythme syncopé et une ambiance pentatonique. Il y a beaucoup de variété aussi : refrains et couplets se succèdent, aboutissant à une cadence « ad libitum », comme il se doit avant de revenir au thème principal et de conclure sur une note éclatante ponctuée par les accents martiaux du piano. On appréciera aussi le côté polyphonique de la pièce, les échanges entre les deux instruments qui en font de la vraie musique de chambre. Voici donc une bien agréable et roborative badinerie qui devrait procurer beaucoup de plaisir à ses interprètes et les mettre, espérons-le, de très bonne humeur.

La première pièce, Lucile, au tempo maestoso, surprend par les larges harmonies dissonantes de son accompagnement. La deuxième pièce, Marinette, de forme ABA est plus agitée par sa rythmique et ses différents changements de tempo. La troisième, Melusina, offre une deuxième partie « jazzy » sur un accompagnement en contretemps. L’édition présente deux versions, l’une en sib et l’autre en mib.  Notons que la partie d’accompagnement (assez difficile) contient la partie de saxophone en sons rééls.

Yves PIGNOT : Sonate pour saxophone soprano, Les Editions Buissonnières : EB-2-310.

Cette sonate est composée de trois mouvements : Mise en bouche, Dans mes cordes et Tu viens danser. Le premier, à la fois répétitif et assez rythmique, à 2/4, puis 7/16 présente de longs passages de travail à l’unisson entre les deux instruments. Le deuxième Lamentant joue sur la couleur avec un long enchaînement d’accords de neuvième en guise d’introduction à la cadence de saxophone. Certaines notes sont à jouer dans les cordes du piano. Ce mouvement doit être interprété « lié, enveloppé de beaucoup de pédale ». Le duo reprend en sextolets communs, agrémentés de quartes à la partie supérieure au piano jusqu’ à la brève coda qui rappelle l’introduction. Le troisième, beaucoup plus long et très rapide, demande une grande précision rythmique entre les deux instruments.
Cette sonate très technique s’adresse à des élèves de troisième cycle, voire de cycle spécialisé.

Jean-Pierre SIMON : 24 pièces pittoresques en pays de Loire, pour saxophone. Lemoine : HL 29288

En forme d’études faciles et progressives pour les cycle 1 et 2. Chaque pièce, de courte durée, est présentée sur une seule page. La variété de style, d’écriture, de caractère en fait un ouvrage intéressant ; mais de par leur tempo, leur niveau solfégique et leurs difficultés techniques, ces études aux titres pittoresques et stimulant l’imagination, conviennent plus à des élèves de fin de premier cycle et suivant qu’à des débutants. On apprécie la qualité musicale de ce recueil, qui rend hommage à la « douceur angevine », à son folklore, son passé littéraire et artistique, son histoire, ses paysages, ses « spécialités » et traditions.

Jean-Louis COUTURIER : Romance sentimentale pour saxophone alto & piano. Editions Andel, http://www.andelmusic.be/?p=1

Cette pièce, assez difficile, est tout à fait conforme à son titre. Ecrite dans la délicate tonalité de lab Majeur, elle est sentimentale et romantique à souhait, tant par sa mélodie que par ses harmonies, le tout sans mièvrerie. Elle est constituée de deux parties. Dans la première, le thème se déploie sur un rythme de valse. Survient alors une cadence expressive qui conduit à la deuxième partie. Celle-ci est une variation sur le thème de la première partie, nettement plus virtuose tant pour le saxophoniste que pour le pianiste qui, de simple accompagnateur, devient acteur concertant. L’ensemble est très agréable, très bien écrit, et devrait beaucoup plaire.

Max MÉREAUX : Badinerie pour saxophone sib et piano. Elémentaire. Lafitan : P.L.3041.

Remercions d’abord le compositeur et l’éditeur d’avoir noté la partie de saxophone en effet réel sur la partie de piano. Bien sûr, le dialogue entre le pianiste et le saxophoniste restera difficile, mais pour une fois, ce sera en sens inverse de l’habitude. Mais revenons au texte. Cette Badinerie, pour badine qu’elle soit, n’en est pas moins assez redoutable. Certes, l’ensemble est fort agréable et s’écoute avec beaucoup de plaisir, mais il demande à ses interprètes un sens du rythme d’une grande sûreté, plus d’ailleurs pour le pianiste que pour le saxophoniste. Encadrée de deux parties très toniques, une partie médiane précédée d’un solo qu’on peut voir comme une cadence donne un caractère plus lyrique à cette pièce contrastée mais fort intéressante.

Gérard LENOIR : Au fil de l’eau pour saxophone et piano. Préparatoire. Lafitan : P.L.3075.

Ecrite dans une tonalité qui réjouira le saxophoniste mais désespèrera le pianiste, cette jolie pièce comporte deux parties et une sorte de coda qui reprend la première. Cette première partie, « allant et bien rythmé », évoque une promenade tonique le long de la rivière. La deuxième partie, à 6/8, avec ses allures de barcarolle et à jouer « avec nonchalance » permet aux deux instrumentistes de s’épancher à loisir, au moins pour le saxophone, car le piano se lance dans des arabesques qui, sans être difficiles, demandent une certaine dextérité. Le retour au tempo primo clôt cette agréable promenade.