Avec son petit air exotique, cette œuvre permettra au débutant d’utiliser les ressources encore limitées dont il dispose à l’instrument pour interpréter quelque chose d’original Si le rythme reste assez sage au saxophone, le piano donne la note « créole » annoncée par le titre. Le pianiste aura d’ailleurs à faire la preuve qu’il n’est pas seulement un « accompagnateur rythmique » : il a aussi une part originale dans le discours. Aux deux instrumentistes de nous faire sentir l’odeur des iles et le déhanchement des danseurs.
D.B.

Elle n’engendre pas la mélancolie, c’est le moins qu’on puisse dire, cette polka déjantée ! Si la structure est bien celle d’une polka, elle surprend immédiatement par son aspect « jazzy », ses modulations et sa grille peu conventionnelle, même si le rythme un peu canaille de la polka se trouve scrupuleusement respecté. C’est ce décalage qui fait toute l’originalité et tout l’intérêt de cette pièce. Les interprètes mais aussi les auditeurs devraient y prendre un grand plaisir.
Daniel Blackstone

Ces trois Nocturnes en hommage à Debussy s’adressent aux élèves de 3ème cycle. « Ils auront plaisir à développer une véritable relation de musique de chambre avec leur partenaire pianiste pour acquérir calme et vigilance dans une conscience commune de l’équilibre des tempos ». Il utilise des matériaux musicaux présents dans les Préludes de Debussy « Des pas sur la neige », « la fille aux cheveux de lin » ainsi que dans sa rapsodie pour saxophone et orchestre pour composer cette allégorie de la nuit. Ces trois Nocturnes sont dédiés à Claude Delangle et Odile Catelin-Delangle. Le premier utilise des illustrations comme « Lontano, Evocativo, Arcaico, Luminoso », le second, «Misterioso, Capriccioso, Sarcastico ». Le dernier, « Evocativo et Lontano » nous accompagne tranquillement vers le calme lumineux du silence qu’on entend la nuit à la campagne.
Marie Fraschini

Certes, le propos pourra étonner, mais on sera surpris de voir comme elles se suffisent. Les différentes pièces sont présentées succinctement. Il sera expédient de présenter l’auteur aux saxophonistes, peut-être même de leur faire voir le film Tous les matins du monde… et surtout de leur faire écouter de la musique de Marin Marais. Faire jouer ces pièces sans un travail préliminaire d’écoute et de mise en condition serait un non-sens. En revanche, elles peuvent contribuer à ouvrir les élèves sur d’autres musiques, et ces adaptations très respectueuses du texte peuvent y contribuer grandement. On peut voir un extrait de la partition sur le site de l’éditeur.
Daniel Blackstone

Nous retrouvons toujours avec plaisir ces enquêtes du commissaire Léonard dont les rebondissements humoristiques devraient faire la joie des élèves. On trouvera parmi les personnages un certain Ludwig van B., touriste allemand. On ne s’étonnera pas qu’à son arrivée le destin frappe à la porte… Comme d’habitude, l’œuvre laisse une place importante à l’improvisation et à la composition, et ce n’est pas le moindre de ses intérêts. Ajoutons que l’auteur guide évidemment ce travail avec des conseils réutilisables pour d’autres compositions. Bref, l’ensemble possède l’intérêt habituel des œuvres de C.H. Joubert.
Daniel Blackstone

Il y a beaucoup de variété rythmique et mélodique dans ce « tour de table » à la tonalité toujours fluctuante. La première partie, en mineur, à trois temps, a une allure un peu chaloupée. Elle débouche sur un vigoureux 2/4 au rythme entrainant, toujours en mineur mais se transforme en un majeur de plus en plus triomphant jusqu’à une terminaison tonitruante dans les hauteurs du saxophone. Le tout est aussi varié qu’intéressant, permettant aux deux instrumentistes de montrer à la fois leur sens musical et leur virtuosité.
Daniel Blackstone

Créée à l’Auditorium Jean Cocteau de Noisiel le 14 Janvier 2017 par l’Ensemble de Saxophones du Grand Paris sous la direction d’Antonino Mollica, cette œuvre nous plonge dans une ambiance sonore on ne peut plus urbaine. On pourra s’en rendre compte en allant l’écouter sur You Tube lors de sa création https://www.youtube.com/watch?v=xjNXdUTErN8
Il s’agit d’une brève pièce dansante, dans un mouvement 3/8 obstiné, entre tonalité et atonalité. Elle est de niveau 2° cycle. Dans cette danse lancinante, on pourra imaginer à loisir tous les bruits et les sons de la ville, devenue bien sauvage depuis Un américain à Paris ! C’est vraiment à découvrir et à faire jouer.

l est bien badin ce « mister » qui se dandine sur un rythme syncopé et une ambiance pentatonique. Il y a beaucoup de variété aussi : refrains et couplets se succèdent, aboutissant à une cadence « ad libitum », comme il se doit avant de revenir au thème principal et de conclure sur une note éclatante ponctuée par les accents martiaux du piano. On appréciera aussi le côté polyphonique de la pièce, les échanges entre les deux instruments qui en font de la vraie musique de chambre. Voici donc une bien agréable et roborative badinerie qui devrait procurer beaucoup de plaisir à ses interprètes et les mettre, espérons-le, de très bonne humeur.

La première pièce, Lucile, au tempo maestoso, surprend par les larges harmonies dissonantes de son accompagnement. La deuxième pièce, Marinette, de forme ABA est plus agitée par sa rythmique et ses différents changements de tempo. La troisième, Melusina, offre une deuxième partie « jazzy » sur un accompagnement en contretemps. L’édition présente deux versions, l’une en sib et l’autre en mib.  Notons que la partie d’accompagnement (assez difficile) contient la partie de saxophone en sons rééls.

Yves PIGNOT : Sonate pour saxophone soprano, Les Editions Buissonnières : EB-2-310.

Cette sonate est composée de trois mouvements : Mise en bouche, Dans mes cordes et Tu viens danser. Le premier, à la fois répétitif et assez rythmique, à 2/4, puis 7/16 présente de longs passages de travail à l’unisson entre les deux instruments. Le deuxième Lamentant joue sur la couleur avec un long enchaînement d’accords de neuvième en guise d’introduction à la cadence de saxophone. Certaines notes sont à jouer dans les cordes du piano. Ce mouvement doit être interprété « lié, enveloppé de beaucoup de pédale ». Le duo reprend en sextolets communs, agrémentés de quartes à la partie supérieure au piano jusqu’ à la brève coda qui rappelle l’introduction. Le troisième, beaucoup plus long et très rapide, demande une grande précision rythmique entre les deux instruments.
Cette sonate très technique s’adresse à des élèves de troisième cycle, voire de cycle spécialisé.