L’auteur ne précise pas si, pour interpréter cette pièce il faut aussi être bon nageur… Toujours est-il qu’il faudra faire toutes les preuves de sa vélocité et de sa musicalité pour interpréter les différentes nages proposées par la partition. Après un coup de sifflet annonçant le départ, l’artiste commence par un plongeon et une longue coulée : le papillon s’envole. Un commentaire présente chaque nage, qui pourra être lu discrètement par un récitant… Vient ensuite le dos, puis la brasse. Une cadence marque une tentative d’échappée et débouche sur le crawl qui mène à la victoire et bien sûr le podium ! Musicalement, on se doute que cette pièce très agréable ne manque pas de variété ! C’est à la fois une musique à programme et d’abord de la très agréable et très jolie musique. Saluons cette pièce originale et pleine de musique et d’humour.
Daniel Blackstone
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2019

Cette très agréable Soirée Cubaine permettra aux interprètes de se familiariser avec les rythmes et le langage de différentes danses cubaines d’une façon bien agréable. On pourrait imaginer un couplage avec le cours de danse… s’il existe dans le conservatoire. Tout cela est fort bien écrit et plein d’entrain. Comme toujours dans cette collection, la partie de piano peut être tenue par un élève : il s’agit d’une initiation à la musique de chambre. La difficulté ne tiendra pas tant à chacune des parties qu’à la synchronisation de l’ensemble, mais le plaisir que l’on prendra à jouer cette charmante pièce permettra de vaincre toutes les difficultés.
Daniel Blackstone
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2019

Ce volume de pièces pour « duos de mêmes niveaux », est le fruit d’une collaboration entre deux compositeurs qui se sont rencontrés lors d’une soirée choros à Paris. Tous les deux sont français, mais l’un a pourtant fait ses études au Brésil et l’autre en Suisse. On y trouve des pièces expérimentales, d’autres plus dansantes, toujours avec dans l’esprit d’apprendre en s’amusant. Il y a des pièces pour saxophone seul, d’autres pour duos de saxophones d’autres encore pour saxophone et piano. On y trouve de l’improvisation avec des signes qui appellent certains jeux corporels se rajoutant à la pièce. De quoi ravir nos jeunes interprètes en herbe !
Marie Fraschini
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2019

« Qu’y a-t-il de plus beau que de jouer ensemble en quatuor ? Saxophonistes de tous âges, ce recueil de quatuors faciles met ce plaisir à votre portée. » Comment mieux dire que Matthias Schröder dans ce début de sa préface ? Ces pièces ont été sélectionnées et arrangées par le quatuor de saxophones Pindakaas. Les pièces sont destinées le plus souvent à deux altos, un ténor et un baryton, la partie de baryton pouvant aussi être confiée à un ténor, suivant les effectifs et les disponibilités… Les pièces ont été choisies tant pour leurs qualités pédagogiques que musicales. Elles constituent un ensemble extrêmement plaisant allant du célèbre Trumpet Volontary de Jeremiah Clark à « Joyeux anniversaire » ou au « Cancan » d’Offenbach en passant par la célèbre Berceuse de Brahms et le Cavalier sauvage de Schumann bien connu des pianistes. Bref, l’ensemble est composé de « tubes » fort bien arrangés et qui devraient connaître un franc succès.
Daniel Blackstone
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2019

Avec son petit air exotique, cette œuvre permettra au débutant d’utiliser les ressources encore limitées dont il dispose à l’instrument pour interpréter quelque chose d’original Si le rythme reste assez sage au saxophone, le piano donne la note « créole » annoncée par le titre. Le pianiste aura d’ailleurs à faire la preuve qu’il n’est pas seulement un « accompagnateur rythmique » : il a aussi une part originale dans le discours. Aux deux instrumentistes de nous faire sentir l’odeur des iles et le déhanchement des danseurs.
D.B.

Elle n’engendre pas la mélancolie, c’est le moins qu’on puisse dire, cette polka déjantée ! Si la structure est bien celle d’une polka, elle surprend immédiatement par son aspect « jazzy », ses modulations et sa grille peu conventionnelle, même si le rythme un peu canaille de la polka se trouve scrupuleusement respecté. C’est ce décalage qui fait toute l’originalité et tout l’intérêt de cette pièce. Les interprètes mais aussi les auditeurs devraient y prendre un grand plaisir.
Daniel Blackstone

Avec son petit air exotique, cette œuvre permettra au débutant d’utiliser les ressources encore limitées dont il dispose à l’instrument pour interpréter quelque chose d’original Si le rythme reste assez sage au saxophone, le piano donne la note « créole » annoncée par le titre. Le pianiste aura d’ailleurs à faire la preuve qu’il n’est pas seulement un « accompagnateur rythmique » : il a aussi une part originale dans le discours. Aux deux instrumentistes de nous faire sentir l’odeur des iles et le déhanchement des danseurs.
D.B.

Elle n’engendre pas la mélancolie, c’est le moins qu’on puisse dire, cette polka déjantée ! Si la structure est bien celle d’une polka, elle surprend immédiatement par son aspect « jazzy », ses modulations et sa grille peu conventionnelle, même si le rythme un peu canaille de la polka se trouve scrupuleusement respecté. C’est ce décalage qui fait toute l’originalité et tout l’intérêt de cette pièce. Les interprètes mais aussi les auditeurs devraient y prendre un grand plaisir.
Daniel Blackstone

Ces trois Nocturnes en hommage à Debussy s’adressent aux élèves de 3ème cycle. « Ils auront plaisir à développer une véritable relation de musique de chambre avec leur partenaire pianiste pour acquérir calme et vigilance dans une conscience commune de l’équilibre des tempos ». Il utilise des matériaux musicaux présents dans les Préludes de Debussy « Des pas sur la neige », « la fille aux cheveux de lin » ainsi que dans sa rapsodie pour saxophone et orchestre pour composer cette allégorie de la nuit. Ces trois Nocturnes sont dédiés à Claude Delangle et Odile Catelin-Delangle. Le premier utilise des illustrations comme « Lontano, Evocativo, Arcaico, Luminoso », le second, «Misterioso, Capriccioso, Sarcastico ». Le dernier, « Evocativo et Lontano » nous accompagne tranquillement vers le calme lumineux du silence qu’on entend la nuit à la campagne.
Marie Fraschini

Certes, le propos pourra étonner, mais on sera surpris de voir comme elles se suffisent. Les différentes pièces sont présentées succinctement. Il sera expédient de présenter l’auteur aux saxophonistes, peut-être même de leur faire voir le film Tous les matins du monde… et surtout de leur faire écouter de la musique de Marin Marais. Faire jouer ces pièces sans un travail préliminaire d’écoute et de mise en condition serait un non-sens. En revanche, elles peuvent contribuer à ouvrir les élèves sur d’autres musiques, et ces adaptations très respectueuses du texte peuvent y contribuer grandement. On peut voir un extrait de la partition sur le site de l’éditeur.
Daniel Blackstone