Gilles MARTIN : Multicolores.  Suite en 6 mouvements pour cor en fa et piano. Fin 1er cycle. Sempre più : SP0157.

Multicolore, cette suite l'est incontestablement par le style. De la marche à la valse en passant par d'autres genres connus, l'ensemble se termine par un tango de la meilleure venue et qui donnera des démangeaisons dans les jambes aux auditeurs et peut-être même aux instrumentistes. L'ensemble est fort agréable et plaisant.

 

Nous laisserons aux exécutants et aux spectateurs la surprise finale de cette pièce pleine de bonhommie. Disons seulement qu'on pense à l'andante de la symphonie « Les adieux », ce que sous-entend d'ailleurs le titre. C'est en tous cas plein d'humour et de bonne humeur et devrait mettre une joyeuse ambiance dans des auditions d'élèves.

Chti Romance  pour cor fa ou mib et piano.

André DELCAMBRE : Chti Romance  pour cor fa ou mib et piano. Préparatoire. Lafitan : P.L.2946.

Une très jolie mélodie, très mélancolique, se déroule sur un accompagnement de piano qui la soutient et parfois lui répond. L'ensemble crée une ambiance un peu brumeuse, peut-être celle du Nord ? Mais l'ensemble est fort beau et devrait toucher les jeunes interprètes et leur public.

 

Andantino misterioso  pour cor naturel en mib et piano. 3ème cycle

Anthony de WARENS : Andantino misterioso  pour cor naturel en mib et piano. 3ème cycle. Sempre più : SP0151.

Cette pièce de facture classique est bien tonique et bien réjouissante. Elle comporte une cadence du plus bel effet. Le titre résume pleinement le contenu. Il y a beaucoup de plaisir en vue tant pour l'interprète que pour les auditeurs.

Un jardin japonais  pour cor et piano.

Pascal PROUST : Un jardin japonais  pour cor et piano. Fin 1er cycle. Sempre più : SP0125.

Les paysages se succèdent avec bonheur dans ce jardin. La promenade commence « Maestoso » puis se poursuit andante et allegro avant de revenir à une fin plus apaisée. L'ensemble est empreint de poésie et de lyrisme. Le tout est fort agréable.

 

Fanfare, choral et final.

Claude-Henry JOUBERT : Fanfare, choral et final.  Divertissement pour 3 cors en fa ou un ensemble de cors multiple de 3. 2ème cycle. Sempre più : SP0154.

Voici un triptyque fort bienvenu. A une brillante fanfare succède un choral qui évoque évidemment le grand Jean-Sébastien. Sans doute sera-t-il nécessaire de faire entendre aux élèves quelques chorals bien choisis pour qu'ils soient capables de suivre les conseils de l'auteur (nuances et phrasés sont à la discrétion des interprètes) avec un minimum de discernement… On s'estimera heureux s'ils ne disent pas « qu'une chorale, ça s'écrit avec un e ». Quant au final, « joyeux », il réjouira, n'en doutons pas, les jeunes interprètes.

 

Concerto de cor simple  pour cor naturel (ou cor chromatique) et piano

Charles-Ferdinand DUBOIS : Concerto de cor simple  pour cor naturel (ou cor chromatique) et piano. Restitution : Jean-Louis Couturier. 3ème cycle. Sempre più : SP0118.

Cet auteur prolixe de la fin du dix-neuvième siècle (1849-1899) a surtout écrit de la musique « de genre », polkas, quadrilles, mazurkas (y compris une mazurka électorale…) mais aussi un concerto pour cor et piano. C'est ce concerto qui nous est restitué ici. Les différents mouvements s'enchaînent sans interruption, avec des caractères variés. Le piano, véritable orchestre, n'est pas un simple accompagnateur mais prend sa part comme il est normal dans un concerto. L'ensemble s'écoute avec un intérêt certain.

Rémi MAUPETIT : Johan  pour cor fa ou mib et piano. Débutant. Lafitan : P.L.2874.

L'écriture rappelle ces petites pièces que Schumann intitulait « mélodie ». Ce titre conviendrait bien ici : le cor déroule une grande mélodie de style choral que le piano accompagne en monnayant l'harmonie. Tout ceci est par ailleurs fort agréable et devrait faire le bonheur des jeunes interprètes : la partie de piano est vraiment très abordable.

 

Cantabile  pour cor anglais et piano

Leonello CAPODAGLIO : Cantabile  pour cor anglais et piano. Deuxième cycle. Sempre più : SP0131.

 

Dans un langage qui pourrait faire penser à Fauré, ce « cantabile » porte bien son nom, lui qui fait chanter l'instrument tout au long de la pièce tandis que le piano égrène une nappe de triolets.

Pascal SAINT-LEGER : Nostalgia pour cor en fa ou mib et piano. Elémentaire. Lafitan : P.L.2761.

Voici une bien jolie nostalgie : les ambiances se succèdent : valse, swing… La nostalgie n'engendre pas la mélancolie et les deux partenaires, piano et cor, prendront certainement beaucoup de plaisir à ce dialogue plein de charme et d'humour.