Davide PERRONE : « For day »Pour flûte traversière. Chanteloup-musique : CMP019.

Cette pièce, nous duit l’auteur, a été composée dans l’urgence. Construite comme un dialogue entre deux personnalités, elle se développe donc dans un discours à deux thèmes qui s’entrelacent. Ce n’est pas très difficile mais suppose de solides qualités expressives et un riche imaginaire. Mais n’est-ce pas l’essence même du musicien ?

Parfums

Octave JUSTE : Parfums. Onze fragrances sonores pour flûte. 1er et 2ème cycle. Sempre più : SP0206.

Nous ne résistons pas au plaisir de citer l'auteur lui-même : « Ce flacon-recueil est une tentative de mise en sons de différentes senteurs selon une approche consistant à distiller le pouvoir d'évocation de celles-ci vers ceux-là et vice versa. La méthode utilisée est tout à fait non-scientifique et absolument indescriptible. Le résultat final, quant à lui, éphémère et invisible, vous appartient. »

Souhaitons que beaucoup de flûtistes se laissent séduire par ces parfums pleins de charme et d'inattendu, et toujours assemblés avec un goût parfait…

 

Vocalise

Gilles MARTIN : Vocalise  pour flûte traversière et piano. Fin de 1er cycle. Lafitan : P.L.2971.

Quelle charmante vocalise, qui se déroule dans un Andantino avec un discours modulant sans cesse, tout en adoptant un discours tout à fait tonal. Mais après cette délicieuse promenade, c'est un Allegro giocoso tout guilleret et dans un do Majeur très affirmé, qui va nous conduire à une fin éclatante dans le registre aigu de l'instrument. La partie de piano est très facilement abordable. Ce sera une bien agréable manière pour les deux interprètes de s'initier à la musique de chambre.

 

Bernard COL : 10R2 Ravel.

Dix airs de Maurice Ravel arrangés pour 2 flûtes. Assez facile. Delatour : DLT2661.

Nous avons déjà dit à propos d'autres numéros tout le bien que nous pensions de cette collection. Voici donc ces arrangements pour deux flûtes traversières qui possèdent les qualités inhérentes à cette collection : les transcriptions sont d'une grande fidélité, le répertoire reprend des œuvres majeures de l'auteur. Outre l'intérêt qu'elles offrent pour la musique de chambre, ces pièces peuvent permettre une ouverture sur une véritable culture musicale.

 

Bernard COL : Sonatine  pour 2 flûtes traversières

Moyen. Delatour : DLT2534.

Délicieuse, primesautière, ce sont les adjectifs qui surgissent lorsqu'on écoute, sur le site de l'éditeur cette très jolie sonatine. Le second mouvement, plus rêveur, comme il se doit, ne contredit pas l'impression première. Quant au troisième, c'est un presto endiablé. Le tout se décline dans un langage qu'on pourrait qualifier de post-tonal. Mais ce qui importe, c'est que c'est tout simplement charmant.

Vincent FREPPEL : Paysage  pour flûte et piano ou orgue.

Facile. Delatour : DLT2523.

Un 6/8 langoureux déroule son rythme de sicilienne sur des harmonies aux couleurs changeantes, peignant les différentes faces d'un paysage qui se modifie sous nos yeux. L'ensemble se termine par une envolée lyrique aboutissant à un fortissimo, puis le calme revient, terminant par un rayon de soleil sur un accord de la Majeur.

Alexandre CARLIN : Bord de mer  pour flûte et piano. Débutant. Lafitan : P.L.2909.

On ne peut s'empêcher de penser à la chanson « Sur le pont d'Avignon » non pour la mélodie mais pour le rythme et la carrure. Ceci n'est pas une critique, bien au contraire ! Cette jolie mélodie se déploie paisiblement. Piano et flûte dialoguent avec bonheur, échangeant chant et contrechant. Cette promenade en bord de mer est donc tout à fait charmante.

 

Vincent FREPPEL : Voix  pour flûte et piano ou orgue. Assez facile. Delatour : DLT2404.

Piano ou orgue, on pourrait trouver l'alternative peu judicieuse, mais il se trouve que la partie de clavier peut parfaitement convenir aux deux instruments. Le début évoque Procol Harum… puis la flûte s'épanouit dans un balancement ternaire fait de repos et d'envolées lyriques du meilleur effet. La pièce est fort jolie, faussement classique, et pleine de charme.

Vincent FREPPEL : Ballade  pour flûte et piano ou orgue. Assez facile. Delatour : DLT2521.

On nous permettra de douter un peu de la facilité de cette pièce, surtout dans sa partie médiane. Quoi qu'il en soit, l'ensemble a des allures de sicilienne. Moyenâgeuse, comme le veut l'auteur ? Mais d'un moyen-âge qui s'apparente plus à Maurice Thiriet et « Démons et merveilles » des Visiteurs du Soir qu'aux savantes reconstitutions actuelles. Qu'importe ? L'ensemble est bien agréable et bien joli. La partie médiane a, pour la flûte, des allures d'improvisation qu'il faudra savoir rendre dans l'interprétation…

 

Rose-Marie JOUGLA : Le blanc berceau  pour flûte et piano. Niveau moyen avancé. Delatour : DLT 2519.

Il s'agit d'une transcription de la pièce pour alto recensée plus haut. Disons simplement qu'il s'agit d'une œuvre très intéressante qui mérite d'être connue et diffusée.