Concerto en ré majeur

Ludwig van BEETHOVEN : Concerto en  majeur  pour violon et orchestre op. 61. Bärenreiter : TP 919.

Cette œuvre a fait évidemment l’objet de très nombreuses éditions. La version de poche présentée maintenant après la publication en 2009 du conducteur, des parties d’orchestre et d’une réduction violon/piano, reprend la copieuse préface et les précieuses indications de cette véritable édition critique qui est retournée aux sources manuscrites et éditoriales les plus sûres.

Havanaise

Camille SAINT-SAËNS : Havanaise  pour violon avec accompagnement de piano op. 83. Bärenreiter : BA 9426.

Comme il est agréable de retrouver préface et commentaire en français ! Voilà donc une nouvelle édition de cette pièce célébrissime. La version violon/piano est la version originale. La version orchestrale lui est postérieure. On lira avec beaucoup d’intérêt les commentaires historiques et stylistiques de Christine Baur, notamment ceux concernant le tempo. Nous avons la chance de posséder un enregistrement de cette œuvre par Saint-Saëns lui-même en 1919, enregistrement réédité en CD en 2001 chez APR.

Anatole le pingouin

Claude-Henry JOUBERT : Anatole le pingouin  pour violon avec accompagnement de piano. Niveau : fin de première année. Lafitan : P.L.2364.

Notre pingouin, présenté au début de la pièce, permettra aux interprètes d’imaginer toute une histoire… à moins qu’il ne rappelle aussi la fameuse cadence du même nom !

Cette pièce n’engendre certes pas la mélancolie !

 

Arlequinades

ean-Jacques FLAMENT : Arlequinades  pour violon et piano. Préparatoire. Lafitan : P.L.2002.

Chatoyante et bigarrée, comme l’habit du personnage, cette pièce joyeuse et pleine de vie devrait séduire ses deux interprètes. Voilà de quoi combattre tout découragement : l’effort débouche sur une bien réjouissante joie de vivre.

L’île de Ré

François BOCQUELET : L’île de Ré  pour violon et piano. Préparatoire. Lafitan : P.L.2285.

L’île de ré ? L’île de Ré ? Sans doute les deux : le titre en majuscules ne permet pas de trancher… mais l’écriture de la pièce accrédite la thèse du jeu de mots puisqu’il s’agit en fait d’un thème en mode de ré à l’état natif puis transposé successivement en la, mi et sol pour revenir sagement au ton de ré initial. Cette jolie pièce peut permettre un passionnant cours de solfège. Mais oui, le solfège peut être passionnant quand il fait comprendre la musique !

Allegro in G.

Joseph-Hector FIOCCO : Allegro in G.  Bärenreiter’s Concert Pieces : BA8977.

Édité et doigté également par Kurt Sassmannshaus, cet Allegro fort agréable mettra à contribution les qualités de vélocité du jeune violoniste. C’est en effet souvent la première pièce de vélocité abordée au cours des études. Elle est ici remarquablement présentée et doigtée.

Schülerkonzert in D-Dur op. 22

Friedrich SEITZ : Schülerkonzert in D-Dur op. 22  pour violon et piano. Bärenreiter’s Concert Pieces : BA8979.

Ce concerto du violoniste allemand de la fin du XIXsiècle, Friedrich Seitz, fait également partie de l’initiation des jeunes violonistes pour les conduire vers les grandes œuvres du répertoire. L’éditeur indique les connaissances requises pour aborder cette œuvre, véritable petit concerto en trois mouvements.

Marcia op. 44, Rondo op. 22/3

Oskar RIEDING Marcia op. 44, Rondo op. 22/3 pour violon et piano. Bärenreiter’s Concert Pieces : BA8982.

On connaît l’importance des œuvres d’Oskar Rieding pour le jeune violoniste. Les deux pièces ici proposées le sont dans une édition éminemment pédagogique de Kurt Sassmannshaus. Elles sont complétées par des exercices et des conseils donnés sur le site www.violinmasterclass.com .

 

Concerto pour violon & orchestre

Alban BERG (1885-1935) : Concerto pour violon & orchestre  « À la mémoire d’un ange ».  Partition d’étude.  Breitkopf Urtext (www.breitkopf.de) : PB 15122.  16,5 x 22,5 cm, 90 p.  Préface & édition : Michael Kube. 14 €.

Dédié à la mémoire de Manon Gropius, fille d’Alma Mahler décédée prématurément, ce concerto a été composé en collaboration - pour la partie technique des solos - avec le commanditaire de l’œuvre, le violoniste Louis Krasner.  La présente édition est la seule à se référer à la partition autographe ; elle est ainsi débarrassée des nombreuses erreurs que comportaient les précédentes éditions, que Berg – mort lui-même peu après la création de l’œuvre - n’avait pu corriger.

 

Pour le plaisir

Jean-Jacques WERNER : Pour le plaisir  pour 3 violons ou plus.  Delatour : DLT1943.

Cette pièce ludique de moyenne difficulté a été écrite pour une association de violoniste et est destinée, par exemple, à une classe dans le cadre d’un concert ou d’une audition d’élèves. Longue de seulement 35 mesures, elle permet cependant aux jeunes violonistes de déployer tous les charmes de leur instrument dans une alternance de séquences mesurées et de séquences libres.