Claud-Henry JOUBERT, La belle et la bette, Concerto végétarien pour violon avec accompagnement de piano, dédié à Maud Rouchaleou, Éditions Pierre Lafitan, collection Plaisir de jouer, P.L.3692

Un morceau ludique, puisqu’il est doté d’une petite histoire (en parlant de la bette il s’agit bien d’une plante comestible !) écrite au début de chaque section qui fait référence à un aspect technique spécifique à travailler.
Que ça soit un chant avec des points d’orgue qui laissent la place pour une éventuelle mini-improvisation, la vélocité, des liaisons longues avec des changements de cordes, des coups d’archet évoquant certains passages de musique baroque (doubles-croches avec la première détaché, puis trois ou sept liées), le texte peut éveiller l’imaginaire et aider ainsi à renforcer la musicalité. Par moment un dialogue est à réciter ou à chanter tout en jouant. Les nuances vont de p à f, mais, à mon avis, il ne faut pas hésiter à en rajouter.
La pièce serait destinée à une 4 e année, mais cette indication reste relative, car par sa longueur (3 pages), ses fréquents changements de tonalités (sol majeur – do mineur – do majeur – ré mineur – sol majeur), la nécessité de démancher constamment entre la 1 ère et 3 e (il y a même un ou deux endroits où la 2 e position serait la plus confortable) et une technique d’archet assez complexe, elle pourrait plutôt être destinée aux élèves en début du 2 e cycle.
La partie de piano est simple, construite sur des harmonies de base, ce qui permet une mise en place facile et aide à garder le rythme malgré tous les changements agogiques.
https://www.lafitan.com/
Anna Maria BARBARA
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2021