Compositeur Jerry  Goldsmith. 1CD Edition limitée La-La land records : LLLCD 1109

Un homme d'âge mur, déçu par son existence monotone, reçoit un jour un coup de téléphone d'un ami qu'il croyait mort. Celui-ci lui propose de refaire sa vie en simulant sa mort. Il finit par signer un contrat qui lui permet de changer de visage et de repartir de zéro mais tout a un prix et cette nouvelle existence n'ira pas sans poser quelques problèmes. Ce film de 1966, ressort sur les écrans dans une version restaurée et c’est tant mieux. Au départ le réalisateur pensait que Rock Hudson n’était pas l’acteur idéal pour ce genre de rôle tant il était associé aux comédies romantiques.

A l’arrivée c’est une des meilleures prestations de Hudson. A l’époque, le film n’a pas eu le succès espéré, ce qui est dommage car c’est un excellent film. La SF, le thrilleur, même l’horreur sont mélangés adroitement. La mise en scène de Frankenheimer est énergique. Jerry Goldsmith avait déjà travaillé pour Frankenheimer sur « Seven Days In May ». La musique qu’il a composée pour « Seconds » est efficace, discrète, sombre surtout. Sur le générique de Saul Bass - un des plus célèbres graphistes de génériques et d’affiches (« Vertigo », « L’Homme au Bras d’Or », « Autopsie d’un Meurtre », « Psychose », « West Side Story »… ) - l’orchestration du thème annonce la couleur du film. Avec un orgue électrique, des cordes stridentes, Goldsmith crée quelques choses de liturgique dans ce climat glauque. L’orgue sera souvent présent au cours des morceaux. Le thème mélancolique du film sera interprété soit au piano, soit à la harpe avec une nappe de cordes d’une grande tristesse. Sur le CD, la BO est couplée avec une autre musique de Goldsmith : I.Q. de Fred Schespisi. Là on est dans le registre de la comédie. En prenant le thème de « A Vous dirais-je Maman » Goldsmith s’amuse à créer une ambiance drôle, sympathique, pour cette histoire d’amour entre Tim Robbins et Meg Ryan sous le regard bienveillant de Walter Matthau- Einstein. Ce disque montre l’éclectisme et l’immense talent de Jerry Goldsmith. Un collector.

 

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=DQhlCRpuX8Y