Imprimer
Catégorie : BO en CDs

Ce film sans prétention aux allures de teen movie avec de jolies filles, des adolescents binoclards sympas est une sorte de cauchemar éveillé, non dans le style Freddy, mais plutôt dans un univers à la Carpenter, Linch, avec des clins d'œil au cinéma classique de fantastique – Tourneur et la scène de la piscine -.

Dans le film de genre on peut se permettre d'être expérimental et c'est ce qu'ose David Robert Mitchell. Qui suit ? Qui sont ces sortes de Zombis qui lorsque vous avez fait l'amour, vous veulent du mal ? Quel rapport existe-t-il avec le sexe et ces suiveurs ? Tout le film réside dans ces interrogations. Mitchell laisse la porte ouverte à toutes les interprétations. La découverte de la sexualité engendrerait-elle une peur panique chez les adolescents ? Est-ce une métaphore sur sexe et sida ? La première scène du film est glaçante d'effroi, elle donne le ton. Le film est construit pour distiller de l'angoisse dans l'environnement totalement banal d'une petite ville américaine. Tout cela est fort bien maîtrisé par ce jeune réalisateur, et la direction d'acteur est exemplaire. Il en ressort à la vison du film une impression de fatalité, une mélancolie, comme si passer à l'acte sexuel entraîne la perte de l'innocence, de l'enfance. Mitchell met en scène ici des angoisses typiquement juvéniles, associées à la sexualité et à un mal être existentiel. On sait que dans les films de genre la musique est essentielle. Si à la construction, Mitchell louche vers Carpenter, avec la musique il n'y a aucun doute : Disasterpeace compose de la musique vintage totalement à la Carpenter. Elle apporte un climat d'angoisse sans forcer le trait.

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=R2fNCSYQZb0