Jean Cras, Polymath of Music and Letters.

Paul-André BEMPÉCHAT : Jean Cras, Polymath of Music and LettersAshgate (www.ashgate.com).  En anglais.  Relié toile sous jaquette, 16 x 24 cm, 570 p., ex. mus., cahiers de photos n&b.  £45.00

Jean Cras (1879-1932) fut, à bien des égards, un homme d’exception : héros de la Grande Guerre, ce contre-amiral de la marine française, scientifique et inventeur, philosophe et moraliste, fut aussi un compositeur fort estimé de son vivant, quasiment à l’égal de Fauré, Debussy ou Ravel.  Puis disparut de nos mémoires…  Pourquoi faut-il, encore une fois, que ce soit une maison d’édition anglo-saxonne qui prenne l’initiative de publier pareille somme sur un compositeur français injustement relégué aux oubliettes – et cela, bien sûr, sous la plume d’un chercheur étranger, ici d’un enseignant à Harvard…  Deux grandes parties : « The life of Jean Cras ».  « The works : struggle and evolution » (très nombreux exemples musicaux).

Martha Argerich

Olivier BELLAMY : Martha Argerich.  L’enfant et les sortilèges.  « Musique », Buchet/Chastel.  14 x 20,5 cm, 272 p.  23 €.

« Génie du piano », l’expression n’est ici nullement outrancière.  Née à Buenos Aires en 1941, Martha Argerich fut un enfant prodige.  En Europe, elle remporta successivement les concours de Bolzano, de Genève et de Varsovie.  Personnalité irradiante et atypique, ingérable, incapable de se plier à quelque discipline que ce soit, elle sut toujours garder une totale liberté, artistique et humaine : amours, amitiés et compagnonnages jalonnent un parcours imprévisible et fascinant.  Mais qui ne connaît et admire celle qui est, sans doute, le plus grand pianiste de notre temps ?  Work in progress, passionnant est le parcours ici relaté…

 De la note au cerveau

Daniel LEVITIN : De la note au cerveau.  L’influence de la musique sur le comportement.  Essai traduit de l’anglais (Canada) par Samuel Sfez.  Éditions Héloïse d’Ormesson (www.editions-heloisedormesson.com).  Distr. Interforum.  14 x 20,5 cm, 363 p., schémas. 23 €.

Dans le présent essai, Daniel Levitin - neuroscientifique de réputation mondiale & professeur de psychologie cognitive à l’Université McGill de Montréal - tente de comprendre le pouvoir de la musique sur l’esprit et les relations de celle-ci avec l’activité cérébrale.  Comment notre cerveau perçoit-il la musique ? Que nous apprend la musique du fonctionnement du cerveau ?  Comment, en tant que déclencheur d’émotions, la musique nous éclaire-t-elle sur le fonctionnement de la mémoire ?  L’auteur aborde aussi, non sans humour, des thèmes tels que classification de la musique par genres, oreille absolue ou mémoire instinctive que l’on peut avoir d’une pièce musicale.  Extraordinairement éclairant !

 

Échelles musicales & proximité des harmoniques

Max YRIBARREN : Échelles musicales & proximité des harmoniques.  « Les Carnets de Sonatine », Zurfluh (www.zurfluh.com).  15,5 x 24 cm, 176 p., tableaux n&b et couleurs, ex. mus.  15 €.

Ou comment le tempérament égal – base de la plupart des musiques d’aujourd’hui – trouve sa justification dans la proximité des harmoniques naturels.  Nouvel argumentaire qui n’aurait certes pas déplu à notre maître à tous, Jacques Chailley.  En sept chapitres : De l’instrument de musique à l’oreille / Harmoniques & intervalles / Découpage optimal du spectre sonore / Principales divisions de l’octave dans la musique occidentale / Proximité harmonique des échelles occidentales de douze notes / Proximité harmonique des échelles chinoises de douze notes / Échelles de sept notes.  Étude assortie de savantes annexes & d’une bibliographie sélective.

Petit dictionnaire énervé des profs et de l’école

Olivier ROLLOT : Petit dictionnaire énervé des profs et de l’école.  Éditions de l’Opportun (12, rue Dupetit-Thouars, 75013 Paris. Tél. : 01 53 26 42 10).  12,5 x 18 cm, 224 p., 12,90 €.

Ancien directeur des Éditions de l’Étudiant, Olivier Rollot possède parfaitement son sujet.  De A comme Absences à Z comme Zep, en passant par le G de Grèves, le O d’Orientation, le P de Professeurs ou bien le I d’IUFM), ce Petit dictionnaire fourmille d’informations, souvent inédites, sur le métier d’enseignant, aussi bien que sur celui de parent d’élèves.  Il comporte, en outre, nombre d’anecdotes, qui n’en disent pas peu sur les maux de l’école, naguère fierté de notre pays.

 L’Orphéon du caricaturiste.

Solange VERNOIS : L’Orphéon du caricaturiste.  Regards sur la pratique musicale dans les périodiques humoristiques illustrés français (1832-1930).  « Musique-Musicologie » n°41.  Librairie Honoré Champion (www.honorechampion.com).  15 x 22 cm, 328 p., ill. n&b, 25 €.

Réjouissant en diable, ce volume nous replonge dans ce qui fut probablement l’âge d’or de l’image satirique en France, avec – extraits du Charivari, de La Vie parisienne, du Rire, du Journal amusant, de L’Éclipse, des Maîtres humoristes, de L’Assiette au beurre, du Hanneton, etc. de merveilleux croquis signés Draner, Métivet, Mailly, Monnier, Granville, Willette, Cham, Caran d’Ache, Steinlein, Gill et bien d’autres… Tout cela naturellement mis en perspective historique.  Trois parties : Le défi de la transcendance / La chute d’Orphée ou la musique au quotidien / Au diapason de l’humour : réconciliation du matériel et du spirituel.

Les Cahiers du jazz n°6, 2009

Les Cahiers du jazz n°6, 2009.  Outre Mesure (36, rue Pascal, Paris XIIIe. Tél. : 01 47 07 06 21.  14,5 x 21 cm, 144 p., ex. mus., tableaux, ill.n&b.  12 €.

Au sommaire du n°6 de cette excellente petite revue à vocation musicologique, nous sont proposés divers articles signés des meilleurs spécialistes : L. Malson, J.-L. Chautemps, G. Krom, J. Hernandez & G.-H. Rivière, A. Legrand, A. Gerber, Ph. Fréchet, R. Imbert, L. Florin, J. Aboucaya, G. Genette, G. Moussaron, A. Pailler, E. Parent, Fr. Médioni.  Plus quelques « Anachroniques », signées G. Auric, Cl. Lévi-Strauss et J. Bellemin-Noël. 
Voir : www.outre-mesure.net

 L’art du jazz

Francis HOFSTEIN (Sous la direction de) : L’art du jazz.  Le Félin (www.editionsdufelin.com).  20,5 x 26 cm, 272 p., ill. n&b et couleurs.  29 €.

Montrer comment le jazz - musique de traverse, rigoureuse et ouverte - irrigue, inspire ses amants d’un jour ou d’une vie, tel est le projet de cette superbe publication, réalisée avec le concours d’une trentaine de spécialistes et/ou passionnés de jazz - parmi lesquels Chr. Béthune, J.-Y. Bosseur, J.-M. Albert, A. Tercinet, Y. Buin, N. Cerf, D. Soutif, B. Dixon…  Magnifiques maquette & illustrations.

Sound, Society and the Geography of Popular Music

Ola JOHANSSON & Thomas L. BELL (Edited by) : Sound, Society and the Geography of Popular MusicEn anglais.  Ashgate (www.ashgate.com).  Hardback.  15 x 24 cm, 306 p., tableaux, ill. n&b.  £60.00

Prenant argument de l’actualité des musiques populaires aux États-Unis, Canada, Australie, Royaume-Uni et dans la Caraïbe, cette étude montre l’influence décisive de leurs divers contextes géographiques.  Six chapitres : Music, space & political activism (Billy Bragg, John Lennon) / Tourism & landscapes of music (Pèlerinages à Graceland ; Musique, méditation et lieux touristiques en Australie) / Mapping musical texts (Topographie symbolique du reggae ; Carte mentale de l’auditeur en Californie) / Place in music, Music in place (Rythmes des barrios à La Havane ; le Los Angeles des « Red Hot Chili Peppers » ; Géographie des « Canadian Shield Rock ») / Local music in a connected world (Radio et connections culturelles sur Internet ; Scènes musicales indépendantes et implications ; Localisation des nouvelles scènes musicales aux USA) / The geography of genres (Hip-hop ; Techno ; Nouvelles musiques chrétiennes).

 

Dark Side of the Tune : Popular Music and Violence

Bruce JOHNSON & Martin CLOONAN : Dark Side of the Tune : Popular Music and Violence.  En anglais.  « Ashgate Popular and Folk Music Series », Ashgate (www.ashgate.com).  15,5 x 23,5 cm, 238 p.  £16.99

Refusant la niaise romantisation – par les milieux notamment académiques - de la musique populaire, cette étude met, bien au contraire, en lumière ses plus sombres aspects.  Après une introduction comparative : « Musical violence & popular music studies », l’étude comporte huit volets : « The sound of music », « Music & violence in history », « Technologized sonority », « Music accompanying violence », « Music & incitement to violence », « Music & arousal to violence », « Music as violence », « Policy ».  Musica mores emollit, disiez-vous ?

 

Petits secrets de musiciens

Marc-Olivier DUPIN : Petits secrets de musiciens pour réussir examens et concours.  2009, Paris.  Tsipka Dripka (www.tsipkadripka.eu).  19 €.

Ce livre clairement présenté, fourmillant de citations humoristiques et de références, propose certes des conseils précieux, mais n’est pas destiné à qui recherche quelques « trucs » à la veille d’une épreuve.  Sous son apparence modeste, il touche aux grands problèmes de l’évaluation, du contrôle, voire de la compétition, dans un monde où l’on aimerait qu’ils n’existent pas, celui de l’art.  Partant de la « sanction », il ne peut qu’inviter le lecteur à réfléchir sur la pédagogie.  C’est pourquoi cet ouvrage, s’il concerne le cursus des études spécialisées, se révèle être une saine lecture pour toute personne impliquée dans l’enseignement de la musique.

Une vision de la musique.

Rémy LOUIS, Thierry SOVEAUX & Olivier BORUCHOWITCH : Une vision de la musique.  L'histoire de Deutsche Grammophon.  Illustrations : Yannick Coupannec.  Verlhac Éditions, 2009.  224 p.  39.95 €.

La firme discographique Deutsche Grammophon (1898-2009) fête son opus 111 de diverses manières dont l'une, originale, est la parution en langue française d'un ouvrage richement illustré qui en retrace l'histoire.  La célèbre maison de Hambourg, identifiable par le fameux cartouche jaune poussin et son bouquet de tulipes, se raconte à travers son parcours, séquencé par époques, et des interviews de ses acteurs, qu'agrémente une collection exhaustive de photos de pochettes de couverture ou de séances d'enregistrement dans quelques lieux mythiques (la Jesus-Christus Kirche à Berlin, par exemple, où se déroulèrent tant de glorieuses captations).

L’éventail de Saturne

Alain CASABONA : L’éventail de Saturne, roman.  Calmann-Lévy (www.calmann-levy.fr).  14 x 21 cm, 240 p., 18 €.

Nous connaissions la rare efficacité d’Alain Casabona à la tête du Comité national pour l’enseignement artistique (CNEA) – organisme désormais domicilié dans l’atelier de Picasso (sis à Paris, rue des Grands-Augustins) –, non moins que l’acuité de sa plume (lire notamment ses hilarantes Histoires à dormir Dubout, Prix Alphonse Allais, aux éditions du Rocher).

Gesualdo da Venosa

Orsola TARANTINO-FRATENALI & Kathy TOMA (Sous la direction de) : Gesualdo da Venosa.  Avec un essai de Claudio Abbado.  En italien.  Éditions Luciano de Venezia, Salerne, 2009 (www.devenezia.it).  30 x 21,5 cm, 335 p., ill. n&b et couleurs.  58 €.

Sur la vie – à tout le moins tumultueuse - et l’époque du compositeur Carlo Gesualdo (ca 1560-1613), prince de Venosa, voilà une somptueuse monographie établie avec le concours de musicologues, d’historiens et de costumiers, illustrée de centaines d’images provenant de bibliothèques et musées d’Europe.  Où revit une brillantissime vie de cour, riche d’extraordinaires soirées musicales, de bals masqués, de représentations théâtrales, de tournois et de palios – parmi hommes et femmes illustres : les Gonzague, Este, Medici, Fürstenberg, Pernstein, Philippe II d’Espagne, saint Charles Borromée, les papes Pie IV, Sixte V, Clément VIII…).  Publié en italien, cet ouvrage est téléchargeable sur : www.gesualdodavenosa.com ou bien, via Google, sur : « Fasti Gesualdo ».

Pauline Viardot

Patrick BARBIER : Pauline Viardot (1821-1910).  Biographie.  Grasset (www.grasset.fr).  14 x 22,5 cm, 380 p., cahier de photos n&b.  20 €.

Après la biographie de La Malibran, reine de l’opéra romantique (Pygmalion, 2005), Patrick Barbier nous livre celle de sa sœur Pauline qui - par ses dons de compositrice, d’artiste lyrique et dramatique, aussi bien que par la vivacité de son esprit – devint l’une des figures marquantes du XIXe siècle.  Ne fut-elle pas intime de Chopin et de George Sand, de Clara Schumann, de Delacroix, Flaubert, Liszt, Berlioz ou Tchaïkovski, ne correspondit-elle pas avec tout ce que l’Europe comptait alors d’artistes et de hauts personnages, ne fut-elle pas la protectrice de Saint-Saëns, Gounod et Fauré ?  Ne fut-elle pas passionnément aimée – passion probablement malheureuse – par l’écrivain russe Ivan Tourgueniev ? 

L’analyse musicale, une pratique et son histoire.

Rémy CAMPOS & Nicolas DONIN (Sous la direction de) : L’analyse musicale, une pratique et son histoire.  Préface Philippe Dinkel.  « Musique & recherche », éditions Droz/Conservatoire supérieur de musique de Genève.  2009.  19 x 27 cm, 460 p., ill. n&b, tableaux, ex. mus.  40 CHF (32,03 €).

En trois principales propositions sont ici retracées cartographie et généalogie d’un savoir-faire universellement pratiqué (actes de lecture, d’écoute et d’écriture), mais dont l’histoire est, en revanche, fort mal connue.  La 1re proposition consiste en l’exploration d’archives inédites nous éclairant sur les diverses formes, souvent méconnues, qu’a pu prendre l’analyse musicale - de la littérature wagnérienne aux transcriptions d’œuvres électroacoustiques, en passant par les notices de disques.  La 2e proposition vise à comprendre les configurations nationales dans lesquelles se déploie l’activité analytique (différend Riemann-d’Indy, réception de Schönberg aux États-Unis pour la set theory, rôle des structures académiques dans le développement de l’analyse en France).

La Grande Guerre des musiciens.

 

Stéphane AUDOIN-ROUZEAU, Esteban BUCH, Myriam CHIMÈNES & Georgie DUROSOIR (Sous la direction scientifique de) : La Grande Guerre des musiciens.  « Perpetuum mobile », Symétrie (www.symetrie.com).  17 x 24 cm, 250 p., ill. n&b, exemples musicaux.  45 €.

L’histoire de la musique durant la Première Guerre mondiale était, jusqu’à présent, demeurée en dehors de toute investigation sérieuse.  Le présent ouvrage s’attache à mettre en lumière l’influence de ce conflit sur la musique aussi bien que la place qu’elle occupa parmi les belligérants.  Successives contributions : Le bruit de la guerre (Carine Trevisan), La meilleure façon de marcher : musiques militaires, violence & mobilisation (Didier Francfort), La vie quotidienne des pipes and drums (Dominique Huybrechts), Instruments de soldats : typologies, fonctions, transmission (Florence Gétreau), L’irruption magnifique : deux grands violons au cœur

 Enseigner la musique : un défi.

Raphaële VANÇON : Enseigner la musique : un défi.  Essai.  « Les carnets de Sonatine », Zurfluh (www.zurfluh.com).  14,5 x 20,5 cm, 250 p., ex. mus.  18 €.

Pour traiter essentiellement de l’enseignement de la musique dans les établissements spécialisés, cet ouvrage de Raphaëlle Vançon (musicologue, professeur de clavecin & de basse continue au CRR de Nice) n’en intéressera pas moins tout pédagogue confronté aux nouvelles problématiques engendrées par les nouveaux publics.  Trois parties dans ce brillant essai : L’enseignement spécialisé de la musique répond-il aux défis contemporains ? (Pourquoi enseigner la musique aujourd’hui ?  La musique plurielle, de nouveaux enjeux.  Analyse au regard d’une expérience personnelle) / Pourquoi vivons-nous une telle situation ? (La musique, vecteur d’identification identitaire.  Quand les valeurs divergent…) / Comment enseigner la musique pour répondre aux défis actuels ? (Procédures pédagogiques investies au cours de l’histoire. 

La Musique en questions.

Michel SOGNY : La Musique en questions.  Entretiens avec Monique Philonenko.  2DVDs live inclus (pièces pour piano de Michel Soigny par Michel Soigny + pièces de Liszt à 4-mains par Michel Soigny & Elisso Bolkvadze).  Michel de Maule (www.micheldemaule.com) : 15 x 21,5 cm, 210 p.  25 €.

Citons la 4e de couverture : « Douze entretiens pleins de verve et d’exploration entre le compositeur-pédagogue Michel Sogny et la philosophe Monique Philonenko sur les aspects les plus variés de la musique, de son exécution comme de son écoute. […] Son aspect novateur dans la pédagogie […] a suscité l’enthousiasme des grands interprètes de notre époque (Martha Argerich, Paul Badura-Skoda, Aldo Ciccolini, France Clidat, György Cziffra, Cyprien Katsaris, Alexis Weissenberg…) »…  Convenu du propos, insipidité du répertoire, public frappé de courtoise stupeur : on croirait d’une blague ! (cf. www.michel-sogny.com )

 

Les musiciens enseignants au risque de la transmission : donner le la.

Muriel DELTAND : Les musiciens enseignants au risque de la transmission : donner le la.  Préface de Christophe Niewiadomski.  Postface de Thérèse-Marie Gilissen & Carlo Giannone.  « Histoire de vie et formation », L’Harmattan.  216 p., 20,50 €.

Docteur en Sciences de l’éducation & professeur d’Éducation musicale, Muriel Deltand décrit ici un univers professionnel relativement méconnu, à travers notamment l’analyse de parcours de musiciens confrontés à la double exigence des activités d’enseignant et de concertiste.  Source de contradictions identitaires entre leurs idéaux d’artiste, les réalités socio-économiques auxquelles ils sont soumis et les constantes réformes pédagogiques qu’on leur impose.  Trois parties : Contexte d’activité des musiciens-enseignants / Identités en question / Récits de vie.  Où sont enfin exprimés bien non-dits…

Lumières de l’Inde du Sud.

MAYA (Textes de).  Dominique GUILLEMAIN d’ECHON (Photographies de) : Lumières de l’Inde du Sud.  Voyage dansé au cœur des temples.  Préface de Roland & Sabrina Michaud.  Éditions Degeorge (www.editions-degeorge.com).  24,5 x 34 cm, 110 p., photos couleurs.  30 €.

Pour réaliser ce somptueux album, se seront associées deux femmes d’exception : Maya, danseuse de Bharata Natyam (www.natyamaya.net), & Dominique, maître du tir à l’arc, devenues l’une écrivain, l’autre photographe.  En Inde, en effet, les offrandes aux dieux ne consistent pas seulement en fleurs et en fruits, mais aussi en musiques (chants ordinairement accompagnés de la veena, sorte de luth) et en danses (nada yoga, yoga du son).  Grâce des visages, sensualité des corps, lenteur de la gestuelle, exigences de la rythmique, plénitude du silence, raffinement des temples, splendeur des paysages… tout n’est ici que séduction.  Sous cinq titres : La saveur du quotidien / Dans la vie des temples / Rythme & son / Trans-Maître / Au-delà des apparences.

 En Amérique.

Laurent CHALUMEAU (°1959) : En Amérique.  Chroniques.  Préface de Virginie Despentes.  Grasset (www.grasset.fr).  14 x 22,5 cm, 390 p.  20,90 €.

Parue en 1991, la première mouture de ces chroniques s’intitulait Fuck.  Manière de Fuck II, le présent volume fait retour sur cette Amérique que contribuèrent à créer Robert Johnson, Chuck Berry, Elvis Presley, Muddy Waters, Phil Spector, Bob Dylan, les Stones, sans négliger Tom Waits, Jerry Lee Lewis, Lou Reed et… Bruce Springsteen, « the Boss » !  Émaillés de savoureuses interviews, cinq chapitres composent l’ouvrage : « Des mains noires lui donnaient le juhur… », « Country roads », « On dirait le Sud… », « L’Ouest promis », « Poètes new-yorkais ».  Et cela, sous la plume du Français qui – sans doute plus que tout autre - aura connu l’univers du rock étasunien : guitar heroes, rappeurs mythomanes, escrocs, bluesmen, « wok’n’woll mangé aux mythes », etc.  Préface « allumée » de Virginie Despentes…