Bruno SERROU (recueillis par) : Entretiens de Pierre BOULEZ 1983-2013. Château Gontier, Éditions AEDAM MUSICAE (www.musicae.fr ), 2017, 269 p.

La mémoire de Pierre Boulez (1925-2016) perdure : début mars 2017, Berlin a inauguré une nouvelle Salle de concerts à son nom et Daniel Barenboïm, dirigé un concert pour la circonstance. Parallèlement, en février 2017, les Éditions Aedam Musicae ont publié ces Entretiens recueillis par Bruno Serrou. Ce dernier réagit en journaliste (La Croix), en collaborateur de Revues musicales (La Lettre du Musicien…), en participant à des émissions radiophoniques (Radio France, France Culture) et en filmographe (Institut National de l’Audiovisuel) ; de plus, il compte une importante bibliographie à son actif.



Pierre Boulez, né à Montbrison en 1925, est mort à Baden-Baden le 5 janvier 2016. Après avoir étudié la musique et les mathématiques à Saint-Étienne et Lyon, il est, à Paris, l’élève d’Andrée Vaurabourg en contrepoint et d’Olivier Messiaen au CNSM. Sur le plan international, dès 1951, il se distingue aux Journées Musicales de Donaueschingen puis, l’année suivante, à Darmstadt. À partir de 1958, il débute une longue carrière internationale de chef d’orchestre, de pédagogue (Collège de France, masterclasses), d’organisateur et d’administrateur (IRCAM) selon les qualificatifs jalonnant ce livre. Homme structural, pragmatique, cultivé (littérature, peinture…), dépositaire d’un savoir, il est un « acteur visionnaire du monde musical ». Par ces Entretiens, il a voulu transmettre le métier de musicien. Forte personnalité publique et artistique, parfois excessive et intransigeante, admirée par certains, contestée par d’autres, Pierre Boulez a suscité des polémiques.

Les 16 Entretiens, répartis sur 30 années d’activités variées, bénéficiant de la judicieuse mise en valeur par Bruno Serrou, révèlent une certaine ambivalence dans le comportement de l’homme : affirmation / doute. Par le jeu de questions pertinentes et de réponses précises, il réagit en tant que chef et compositeur. Comme il le constate : « Le fait de diriger permet de savoir si ce que vous concevez fonctionne… » (p. 245). Le chef-compositeur « se rend compte de ce qui est plus difficilement exécutable par certains instruments ». Les textes proviennent d’émissions radiodiffusées (Radio Notre-Dame, France Culture), de divers magazines musicaux français et étrangers, du quotidien La Croix, du catalogue du Label Deutsche Grammophon « à l’occasion des soixante quinze ans du compositeur-chef d’orchestre ». Le 16e entretien (2013) représente sa dernière interview : « un exemple pour la postérité » (parution de l’Intégrale (DG) de son oeuvre en 2013).

Ce livre permettant de mieux appréhender la musique, les idées et les références de Pierre Boulez, se présente comme un va-et-vient entre direction, composition et exécution. Au fil des pages, il illustre les préoccupations et partis pris esthétiques (dodécaphonisme, musiques d’aujourd’hui…, mais aussi Orchestre de Paris, Messiaen…). Il offre une mine de renseignements pris sur le vif — dont l’Autoportrait (1999, p. 161 sq.). Il est complété par l’Appendice : bibliographie, discographie, filmographie sélectives — mais très instructives — et un copieux Index. Compositeurs, chefs, interprètes, historiens du langage musical et mélomanes pourront être intéressés par ces Entretiens loin des polémiques et controverses à la mode.