Brunella ERULI (Sous la direction de) : L’opéra des marionnettes.  Revue Puck, n°16 (2009).  Éditions Entretemps (www.editions-entretemps.com) & de l’Institut international de la marionnette (www.marionnette.com).  18,5 x 24 cm, 170 p., ill. n&b et couleurs.  24 €.

Médium qui condense les interrogations sur la vie et la mort, les rapports entre visible et invisible, entre esprit et matière, la marionnette ne cherche pas à imiter l’humain.  Elle autorise l’accès, grâce à la parodie, à des territoires par ailleurs inaccessibles.  Depuis le XVIIIe siècle, l’opéra a ainsi utilisé des comédiens de bois, déléguant volontiers leur partie vocale à des castrats ou à des sopranistes.  Vingt-trois chapitres composent cette remarquable livraison : Marionnettes à Venise, Les Bambocci de San Girolamo, La collection Grimani chez Goldoni, Lully & Polichinelle, Le vaudeville à la foire, Les marionnettes du Bairro Alto, Haydn au château d’Esterháza, Le Retable de Maître Pierre, voix divines & voix diaboliques, de Sophocle à

Aperghis, Licht de Stockhausen, Sylvano Bussotti, Monteverdi Método Bélico, etc.  Une révélation !