Imprimer
Catégorie : Livres

Christophe CASAGRANDE : L’Énergétique musicale. Sept études à travers la création contemporaine [de Varèse à Schaeffer]L’Harmattan, 2009.  261 p. 24 €.

« Cet ouvrage nous invite à comprendre la musique sous l’angle impensé, écrit Christophe Casagrande, du concept d’énergie, de présence, de passage et de travail de forces ».  L’auteur se positionne résolument en tant que musicologue.  Pour autant, le concept employé brise les paramètres traditionnels de la musicologie (« Espace, Matière, Temps »), jugés à la fois primordiaux et insuffisants.  Pour lui, la notion d’énergie est « non englobante » et « non fourre-tout ».  C’est une différence d’intensité qui passe au travers de la matière, se situe « entre » : ce n’est pas une synthèse résultante de différentes forces.  Il s’agit de la ressentir et de la penser en tant qu’intervalle.  Le cadre théorique est fondé sur des références deleuziennes,

chères à l’auteur.  Christophe Casagrande invite le lecteur - qui accepte de faire l’effort de rentrer dans sa pensée - à écouter à nouveau les œuvres d’une manière différente.  Sept études observent des « sensations » des « affects », des « intuitions », « ce qui créé la relation » dans des œuvres du XXe siècle, de Varèse, Boulez et Stockhausen, Cage et Feldman, Xenakis, Ohana et Schaeffer. Elles illustrent cette thèse et forgent salutairement de nouveaux fondements épistémologiques aux savoirs musicaux.  Cette démarche à une visée qui s’apparente, en partie, aux travaux d’un chercheur tel que Jean-Luc Leroy.  D’une certaine manière, c’est aussi celle de nombreux pédagogues qui revisitent nécessairement les classifications habituelles, parce que - dans la classe, avec des élèves, quelque soit leur âge - la « tripartition sémiotique » (compositeur, œuvre, auditeur/récepteur/interprète) vole en éclat : les acteurs sont constamment en étroite synergie.