Imprimer
Catégorie : Livres

David LEDENT : La révolution symphonique. L’invention d’une modernité musicale. Préface de Peter Szendy. « Esthétiques », L’Harmattan. Bibliographie, index. 262 p., 25 €.

Les formes musicales, formes symboliques, entretiennent avec les formes sociales des « relations intelligibles » que révèlent les discours sur la musique et les formes de perception de la vie musicale.  C’est ainsi que la « forme symphonique » repose sur l’invention du concert public au XVIIIe siècle ou sur la possibilité nouvelle au XIXe siècle de « contempler les œuvres pour elles-mêmes », hors des catégories héritées de la société de cour, mais dans le cadre de l’idéalisation ambivalente de l’individualité (figure romantique du mélomane) et de l’égalité (démocratie).  Cette contribution à une « sociologie historique des formes musicales », rigoureuse et d’une clarté exemplaire, se fonde sur un impressionnant appareil théorique appuyé, entre autres, sur Weber ou Elias.  Un livre tout à fait remarquable.