LANG LANG : Le piano absolu. L'éducation d'un prodige. « Pocket », Lattès.  Texte intégral.  277 p.

À 26 ans et déjà auteur de sa propre biographie ! Rien ne peut étonner de la part de ce pianiste aujourd'hui couvert de gloire, coqueluche médiatique, qui a tôt fait sien ce credo « numéro un, numéro un, numéro un ». Virtuose, mais à quel prix. Voilà ce qu'il nous conte au fil d'un texte qui se lit comme un roman, même si la dernière partie, celle du succès enfin reconnu à l'international, est plus que rapidement survolée.  Une enfance tout sauf facile, gouvernée par un père dictatorial au point d'en devenir violent envers celui qu'il protège. Car,système éducatif chinois oblige, il faut aller toujours plus haut, être le premier partout, au prix de terribles privations. Le sacrifice de la vie d'un enfant qui aurait pu être comme les autres, l'étude forcenée du

piano chaque jour, les concours enchaînés les uns après les autres, abordés avec des œuvres toujours plus démontratives. Jusqu'au jour où un mentor convainc père et fils que l'important est le cheminement, le travail sur le long terme, et non la recherche du prix et la posture de bête de concours. Viendra une adolescence marquée par les coups de la chance, les rencontres providentielles - tel ce compatriote fortuné à Francfort, ou le pianiste Garry Graffman qui l'introduit au Curtis Institute de Philadelphie - le remplacement chanceux enfind'André Watts, qui lui ouvrira les portes des grands orchestres américains. Christophe Eschenbach, interdit devant un tel prodige, et Daniel Barenboim, peu avare de précieux conseils, seront de formidables cartes de visite. Un mot revient en boucle au fil des pages : le goût de la compétition. Mais aussi la satisfaction de soi au-delà du simple narcissisme, l'insensibilité à la critique. Le parcours de ce gamin du nord de la Chine parti conquérir la capitale puis l'étranger, l'Europe furtivement, l'Amérique sûrement, et patiemment le monde - il est déjà ambassadeur de l'Unicef – est certes, un objet d'étonnement, mais a quelque chose d'effrayant presque dans cette insatiable envie de gagner.