Imprimer
Catégorie : Livres

Sophie HERR : Geste de la voix et théâtre du corps.  Corps et expérimentations vocales à la croisée des pratiques artistiques du XXe siècle à nos jours. « L’art en bref », L’Harmattan.  141 p., 14 €.

La voix est un geste du corps. Sophie Herr insiste sur le lien indéfectible qui unit le corps, la voix et le souffle. L’ambivalence de la voix, c’est d’une part la voix comme objet sonore et d’autre part le geste vocal comme praxis corporelle.  Le geste vocal fait entrer le corps dans une danse et, inversement, la danse du corps permet le chant de la voix. Au XXe siècle, la voix s’affirme non plus comme spectre d’un Verbe qui lui préexiste, mais comme présence d’un corps (corporéité de la voix).  Au travers du geste vocal, c’est le corps qui opère le lien entre visible et audible. Un nouveau champ d’expérimentation s’ouvre avec la médiation machinique ; tout ce qui ressemble à la voix n’est plus nécessairement voix, simulée par une technique de synthèse,

la voix rompt tout lien avec le corps, elle déploie toutes les possibilités mais également toutes les impossibilités du corps humain, elle devient abstraite et orpheline par la dissolution du corps, elle évoque désormais l’universel et le symbolique voire le divin. Enregistrée, dupliquée, archivée, la voix devient objet, rompant le lien intersubjectif entre locuteur et auditeur ; objet de toutes les manipulations, la voix artificielle convoque l’imaginaire d’une plasticité du corps sans limites dans un avenir ouvert aux ambiguïtés et aux différences par fusion de l’organique et du mécanique. La voix et la technique révèlent une dialectique dont l’aboutissement espéré est de « chanter » l’humain, car, hors de notre expérience corporelle, la voix n’a pas de sens, ni d’espace de résonance pour son chant.