Imprimer
Catégorie : Livres

Joëlle LÉANDRE : À voix basse.  Entretiens avec Franck Médioni.  Préface de Philippe Fénelon « Léandre ou la ferveur ».  Éditions MF (www.editions-mf.com).  Œuvres commandées, discographie, index, table. 160 p. 10 €.

Autant dire que Joëlle Léandre renouvelle ici le genre de l’entretien. La narratrice n’a pas d’autre interlocuteur que le lecteur à qui elle relate sa carrière de musicienne, compositrice, improvisatrice, contrebassiste et performeuse, sur les plus grandes scènes internationales. Mais beaucoup plus que le simple témoignage d’une vie de labeur, de contraintes, de rigueur mais aussi de bonheurs et de rencontres passionnantes, la force des textes qui se succèdent en tableaux et défilent comme un diaporama impressionne : les images qui jaillissent des mots projettent non seulement les sons mais aussi le rythme frénétique qui animent la riche pensée créatrice de la musicienne.  De ses années de formation au CNSMDP jusqu’à son « exil » forcé

mais ô combien salutaire, aux États-Unis en raison d’un système culturel français jadis encore trop fermé à la « déviance » musicale (notamment lorsque celle-ci est pratiquée par une femme), ce livre est une somme considérable de données et de références sur l’histoire du jazz et de l’improvisation plus généralement, mais aussi sur l’interdisciplinarité dont le travail de la virtuose reste un exemple singulier.  Cet ouvrage questionne également les motivations et les attentes des institutions et du public consommées par la culture de masse au détriment des nouvelles générations d’artistes, mais reste une main tendue aux organismes subventionnaires pour promouvoir les musiques créatives.  Au fil de ces pages se dessinent finalement la motivation liminaire d’une artiste dévouée à son art et tournée vers les autres : ouvrir de nouvelles avenues sonores en reliant musiques savante et populaire par la voie de l’improvisation non idiomatique.  La discographie sélective en annexe nous le confirme : c’est mission accomplie.