Michel TABACHNIK : De la musique avant toute chose.  Préface de Régis Debray.  Buchet/Chastel.  14 x 20,5 cm, 506 p., 24 €.

Manière de plaidoyer pour la musique contemporaine, cet ouvrage propose au lecteur le « concert idéal » de qui fut successivement le disciple de Markevitch, Karajan puis Boulez.  Ce dernier ne lui confia-t-il pas la création de l’Ensemble Intercontemporain ?  Concert virtuel certes, programmant : Terretektorh du « frère aîné » Xenakis, Les Noces de Stravinsky, Le Marteau sans maître du « père spirituel » Boulez, Musique pour instruments à cordes, percussion et célesta de Bartók et « œuvre absolue » : Vier letzte Lieder de Richard Strauss.  Livre également de souvenirs, où ne sont qu’en creux évoqués les médiatiques déboires dont une quête spirituelle ingénue aura été le catalyseur...  Éblouissante préface, à l’ordinaire du « médiologue » Régis Debray.