Imprimer
Catégorie : Livres

François NOUDELMANN : Le toucher des philosophes.  Sartre, Nietzsche et Barthes au piano.  Essai.  NRF/Gallimard.  180 p., 16 €.

Il y aurait certes eu bien d’autres pianistes-philosophes à citer (Rousseau, Wittgenstein, Adorno, Jankélévitch…), mais Sartre, Nietzsche et Barthes sont emblématiques d’intimes contradictions.  Si Sartre, par exemple, se plaisait à discourir sur Schönberg, Xenakis ou Stockhausen, c’est toujours vers Chopin ou Debussy – ses compositeurs de prédilection - que ses doigts l’entraînaient.  Anti-modernisme inavouable ?  Peut-être…  « L’unité du moi est une construction qui masque des dissonances et des rythmes intimes avec lesquels nous ne cessons de composer » note fort justement François Noudelmann, philosophe lui-même, enseignant à Paris VIII.  Et de développer la thèse selon laquelle les activités érotico-musicales intimes de Sartre, Nietzsche et Barthes contrevenaient étrangement à leurs préoccupations affichées.  Iconoclaste et passionnant !