Imprimer
Catégorie : Livres

Association Maurice & Marie-Madeleine DURUFLÉ  : Bulletin, n°14/2014,  Paris, Association Maurice & Marie-Madeleine Duruflé (www.durufle.org ), 2015, 344 p. –  28 €. CD encarté : 73' 40.

Les partis-pris d'interprétation évoluent dans le temps, selon la facture instrumentale et les écoles (française, allemande…), comme le démontre le CD encarté reproduisant les versions historiques (1957, 1963) réalisées par Maurice et Marie-Madeleine Duruflé (élève de Marcel Dupré), proposant une sélection d'œuvres de J. S. Bach (Préludes de chorals, Passacaille et Fugue en ré mineur, ainsi que deux Préludes)enregistrées à l'orgue de St-Étienne du Mont (Paris).

Ce CD permet aussi de découvrir la version pour deux pianos (Henriette Roget et Claudine Martinet) des Trois Danses (op. 6) de Maurice Duruflé (élève de Paul Dukas), objet d'un Dossier de présentation signalant la genèse de l'œuvre pour orchestre, la recherche d'un orchestre, l'accueil réservé en 1936 par la presse à cette pièce « attrayante, charmante agréable, équilibrée », ainsi que les nombreuses exécutions par les grands Orchestres aussi bien à Paris qu'en Province et à l'étranger. À noter également les contrats aux Éditions Durand pour la version à deux pianos et celle pour orchestre (1960, 1997). L'article très documenté, rédigé par Alain Cartayrade, est accompagné d'une analyse très fine étayée d'exemples musicaux marquants et de plusieurs tableaux synoptiques (p. 31-78) : excellente introduction à l'audition du disque encarté qui présente cette œuvre sous le signe : « L'univers de l'enfance » (21' 22). Le dossier principal, faisant suite à l'article sur le même sujet publié en 2013, présente « Les organistes français au concert à Paris » en trois volets complémentaires : L'orgue à Paris en 1880, Concerts au Trocadéro  par Pierre Olivier ; Les concerts au Palais de Chaillot pendant la Seconde Guerre mondiale par Alain Cartayrade ; Portraits de musiciens français dont Henriette Roget, Maurice Duruflé, Jean-Jacques Grunewald, Jean Langlais, Olivier Messiaen… par le regretté Armand Machabey. À signaler, en outre — en liaison avec le CD (programme Bach) — l'article circonstancié de François Sabatier : Bach à la Cathédrale de Soissons, instrument de facture française avec mutations, mixtures et jeux d'anches éclatants.

En rapport avec la version pour deux pianos des Trois Danses, Jean-Marc Leblanc propose  un échange épistolaire d'Henriette Roget avec son maître Charles Tournemire. Rappelons qu'elle a aussi été l'élève de Noël Gallon en composition (Prix en 1928) et de Marcel Dupré. Les lecteurs trouveront également des programmes de concours avec les membres des jurys, connaîtront les événements qui ont jalonné la carrière d'une jeune compositrice avant la Seconde Guerre mondiale et ses réactions relatives à son salaire et son avenir, sa crainte que le Cinéma ne menace « le roi des instruments » et son constat que la littérature musicale actuelle, spécialement religieuse « est si pauvre » et qu'elle « n'est plus faite pour ce monde ». Il s'agit de la situation en 1930 et, dans sa réponse, Charles Tournemire lui fait part de ses recommandations et  de ses encouragements : « Vous êtes un soldat de l'art », « restez perchée [sic] à la tribune de l'orgue » (p. 328). À la fin de cette rubrique, les Sources, lieux de conservation des archives et la Bibliographie générale (avec publications plus récentes autour de 2010-2012) permettront aux mélomanes d'en savoir davantage sur Henriette Roget, devenue Henriette Puig-Roget. D'une manière générale, les Bulletins de l'Association Maurice & Marie-Madeleine Duruflé, dont le Secrétaire général est Alain Cartayrade, sont un modèle du genre de publications associatives ; ce volume de 2014 (avec disque historique) s'impose tout particulièrement par sa cohérence : une formule à retenir.