Imprimer
Catégorie : Livres

La Société Belge d'Analyse Musicale a organisé, les 22, 23 et 24 mars 2011, un Colloque et plusieurs concerts proposant l'intégrale des Sequenze de Luciano Berio (1925-2003). Ces 24 Séquences ont fait l'objet de quatorze « Analyses en séquence » hautement spécialisées et élaborées par des musicologues et théoriciens de réputation internationale.

La Collection « Pensée Musicale » a, à nouveau, le mérite d'associer des approches méthodologiques et analytiques originales et neuves, complémentaires et croisées. Les Séquences, composées entre 1948 et 2002, reflètent l'évolution du langage et de la virtuosité instrumentale. Elles ont beaucoup marqué la production musicale dans la seconde moitié du XXe siècle. Présentées sous divers angles d'attaque avec des références multiples au jazz, à la voix, au « contrepoint virtuel », elles sont aussi tributaires de la perspective cognitiviste. Elles témoignent de « péripéties créatrices » en évolution, de toute la richesse de la pensée esthétique de Luciano Berio et de son état d'esprit particulier. Le compositeur a procédé à de nombreuses corrections ; il en existe plusieurs versions, la première étant plus spontanée, les suivantes plus raffinées et pour divers instruments : violon, violoncelle, alto, harpe, hautbois, trombone. Parmi ses partis-pris esthétiques figurent, entre autres, la « polyphonie métaphorique », les grands gestes pianistiques... Les analyses regroupent plusieurs Séquences : autour d'un motif conducteur, de l'apport sémantique de son langage, du rapport entre compositeur et instrument, mais aussi autour du discours entre percussion et résonance. Les lecteurs tireront grand profit de ces analyses multiples, à condition de confronter la lecture avec la partition, les exemples musicaux, figures et graphiques et, si possible, en écoutant ces Séquences. Tous, à des degrés divers, y trouveront leur compte : les analystes, les historiens du langage musical, les musicologues, les théoriciens et, au premier chef, les interprètes, familiarisés avec la terminologie spécifique de Luciano Berio et soucieux d'authenticité et de respect des multiples intentions compositionnelles, tireront grand profit de ces 14 analyses en séquence.

 

Comme l'exprime si judicieusement Dante Alighieri (1265-1321) dans son Convivio (Le Banquet) : « La musique est toute relative, comme on peut le voir dans les paroles harmonisées et dans les chants : l'harmonie n'est que plus douce, lorsque la relation est belle, car c'est en elle que l'essentiel se distingue : la musique attire vers elle les esprits humains qui sont presque principalement les humeurs du cœur, si bien qu'ils cessent toute activité : ainsi c'est l'âme toute entière lorsqu'elle entend la musique, et la vertu de presque chacun est attirée vers cet esprit sensible qui reçoit le son. » (p. 17). En effet : La musica è tutta relativa… : de quoi faire réfléchir à d'autres modes d'analyse, d'écoute et de perception de la musique contemporaine.