Charlotte POULET et Nicolas BÉNARD (dir.) : Chant pensé, chant vécu, temps chanté. Formes, usages et représentations des pratiques vocales. Sampzon, DELATOUR FRANCE (www.editions-delatour.com ), 2016, BDT0001, 426 p. 32 €.

 

Le chant « dans tous ses états », sujet d'actualité, a suscité une vaste littérature s'adressant à un lectorat artistique et scientifique multiple et qui bénéficiera d'approches diversifiées, parfois inattendues mais complémentaires. Charlotte Poulet, anthropologue sociale, ethnologue, et Nicolas Bénard, spécialiste de l'histoire des musiques extrêmes, ont réuni une vingtaine d'études autour du chant privilégiant, entre autres, les rites et les rituels, l'interprétation et l'écoute, l'action et l'identité nationale du chant en liaison avec les « notions de temps » (selon Paul Ricœur). Les divers auteurs convient les lecteurs à un parcours géographique, ethnomusicologique, anthropologique à la fois dans le temps et dans l'espace. Pour mieux comprendre ces réflexions, ils auront intérêt à consulter le Lexique (p. 423-424) et des ouvrages de base connus (J. During : contraintes sociales ; A. Hennion : pratique de la musique ; M. Segalen : rites et rituels ; P. Zumthor : chanson et poésie des Trouvères). À l'appui de nombreuses observations prises sur le vif, d'illustrations et de descriptions judicieuses, ce volume si dense souligne les propriétés formelles du chant, de la pratique vocale, ou encore de la danse, des joutes oratoires, bref : la médiatisation du chant aussi en tant que « pratique sociale ».

 

Le chant « pensé et vécu » confère un sens à l'expérience individuelle et collective ; il transmet les émotions, peut solliciter l'imagination, évoquer, entre autres, le passé, des souvenirs, la séparation et la douleur, l'oppression, la passion amoureuse, la mélancolie à travers les rites et rituels, les mythes associés aux problèmes de langage et d'identité. Le chant propose une vision du monde ; il est tributaire de mises en situation dans le temps et dans l'espace, depuis la voix du rossignol jusqu'à celle du ténor mythique. À des degrés divers et en fonction de leur état de curiosité, les musicologues et ethnomusicologues, interprètes et chanteurs, sociologues et anthropologues trouveront une mine de renseignements et de descriptions (sessions de chants, troupes dansantes, hommages, célébrations diverses, funérailles, pèlerinages).

 

Ce condensé de pratique vocale concerne un immense champ d'investigation dans tant de pays : Tunisie, Congo, Burkina Fasso, Îles Seychelles, puis Kosovo, Turquie, Grèce, Inde, Laos ou encore au Tadjikistan… mais aussi en Irlande. Ces diverses manifestations sont regroupées autour de trois axes principaux de réflexion : « Chant pensé : l'expression d'un imaginaire » ; « Chant vécu : le partage et l'échange » et « Temps chanté : histoire(s) et mémoire(s) ». Les enjeux sont donc d'ordres musical, artistique, rituel, profane, religieux voire politique, situés dans le temps et dans l'espace. Que de spéculations variées autour du chant multiséculaire…