Johann Sebastian BACH : Luther-Lieder (Chorals de Bach pour chœur à 4 voix), Klaus HOFMANN (éd.), Stuttgart, CARUS  (www.carus-verlag.com ), 2016, CARUS 4.023 (coll.). 40 p. – 14, 90 € (achat en nombre : prix dégressif).Dès la Réforme, Martin Luther (1483-1546) a préconisé pour les fidèles le chant en langue vernaculaire (et non plus en latin). Ce volume avec les harmonisations à 4 voix de Jean Sébastien Bach sera très apprécié des cantors, chefs de chœur, chanteurs et également des pasteurs soucieux de trouver des chants pour les concerts ou les cultes. Les harmonisations de chorals luthériens pourront même servir pour véhiculer les paraphrases françaises, strophiques, rimées chantables sur les mélodies d'origine, élaborées par Yves Kéler : Les 43 chants de Martin Luther, Paris, Beauchesne, Collection Guides Musicologiques n°7, 2013 (cf. Lettre d'information, n°75, décembre 2013).

 

Parmi les mélodies catholiques antérieures à la Réforme, figurent, entre autres : Christ lag in Todesbanden, d'après la séquence Victimae paschali laudes de Wipo (XIe siècle) ; Du bist drei in Einigkeit, d'après le texte : O lux beata Trinitas (IXe siècle) et la mélodie datée : Milan,  v. 650 ; Christum, wir sollen loben schon, d'après l'hymne A solis ortus cardine de Caelius Sedulius (Ve siècle) ; Komm, Gott Schöpfer, Heiliger Geist, d'après l'hymne Veni Creator Spiritus (809) de Raban Maur, adaptée par Luther en 1529 ; ou encore Nun komm, der Heiden Heiland, d'après le texte de l'hymne Veni redemptor gentium (v. 386) de Saint Ambroise de Milan et la mélodie d'Einsiedeln (XIIe s.) reprise par Luther en 1524...

Martin Luther a aussi emprunté des mélodies à ses contemporains : Ludwig Senfl, pour le Psaume 67 : Es wolle Gott uns gnädig sein (1522) ; Johann Walter, pour le Psaume 14 : Es spricht der Unweisen Mund wohl (1524). Ce volume a le mérite de proposer deux mélodies (parues en 1524) et harmonisations du Psaume 130 : Aus tiefer Not schrei ich zu dir : celle du musicien strasbourgeois Wolfgang Dachstein et celle de Luther comme, d'ailleurs, le célèbre Psaume 46 : Ein feste Burg ist unser Gott (texte et mélodie). De plus, il renvoie — sans toutefois préciser le temps de l'Année liturgique ou la circonstance — aux numéros correspondants dans le Recueil officiel : Evangelisches Gesangbuch, en usage au XXIe siècle en Allemagne.

Ces Chorals et Psaumes luthériens sont reproduits avec les harmonisations de J. S. Bach et précision du BWV, ainsi que toutes leurs strophes. Ils sont extraits de l'édition intégrale en 4 volumes : Johann Sebastian Bachs vierstimmige Choralgesänge (neue Bachausgabe, 1954-2006). Les harmonisations sont d'abord pensées pour accompagner le chant des fidèles (le cantus firmus planant à la partie supérieure), mais aussi pour les organistes  et les chefs de chœur (quelques tessitures trop graves pour la voix de basse sont signalées). L'harmonisation est : soit en contrepoint simple note contre note, avec quelques rares notes de passage expressives dans les parties médianes (ténor, alto) ; soit en contrepoint fleuri, avec de longues vocalises et des mélismes.

Ces 30 Luther-Lieder peuvent donc être interprétés à 4 voix par une chorale spécialisée ou simplement chantée à l'unisson par les fidèles accompagnés à l'orgue lors de célébrations et de concerts. Leur consultation est facilitée par la Table des matières alphabétique (p. 11), et surtout par la Table des correspondances avec le Recueil en usage (p. 36), renvoyant aux pages de ce volume très bien présenté et gravé. Son utilité n'est évidemment pas à démontrer.