Imprimer
Catégorie : Livres

Marc-Mathieu MÜNCH (essais réunis par) : Forme et réception. Rencontres interartistiques de l'Effet de vie. Paris, Honoré CHAMPION (www.honorechampion.com), 2015, 269 p. – 60 €.

Marc-Mathieu Münch, Professeur émérite de Littérature et de Littérature comparée, a organisé — les 3 et 4 février 2012, à l'Université de Metz — ce Colloque dans le cadre des Rencontres de l'effet de vie qui, selon l'éditeur, « cherchent à savoir comment fonctionne — indépendamment des variants culturels qu'il n'est pas question de nier — le phénomène de l'effet de vie ».

Ces Actes, édités dans la série Colloques, congrès et conférences sur la Littérature comparée (n°24), sont consacrés « au rôle de la forme vive » qui « joue, en effet, un rôle important dans la réussite d'une œuvre d'art », en liaison avec l'effet de vie reposant principalement sur six corollaires : « le choix d'un matériau incitatif, le jeu créateur, la forme vive, la plurivalence, l'ouverture à la co-création et la cohérence de l'ensemble. »

Dans cette publication réalisée par Marc-Mathieu Münch — paraissant après son ouvrage sur La beauté artistique. L'impossible définition indispensable. Prolégomènes pour une « artologie future » (chez le même éditeur, 2014) —, « les arts concernés sont : la poésie, le roman, le théâtre, la musique, l'architecture, la peinture et [même] la vidéo ; les époques abordées vont du temps d'Eschyle [l'Orestie] au monde contemporain, et les civilisations traitées, du Japon aux États-Unis, en passant par l'Europe et par l'Afrique. » Lors de notre interview, il a insisté sur « l'heureuse collaboration entre les chercheurs universitaires et les créateurs. » Il a signalé que le metteur en scène Hermann Hofer « livre son expérience à propos de la mise en scène de La damnation de Faust de Berlioz, et la plasticienne Gabrielle Thierry, ses réflexions d'artiste. » Toutefois, Marc-Mathieu Münch estime qu'« une telle ampleur pourra évidemment choquer, mais il fallait que la logique de l'esthétique planétaire de l'effet de vie soit respectée. » Les intervenants français au Colloque proviennent des Universités du Littoral (Dunkerque), de Paris-Ouest (Nanterre), de Nice, de Lorraine (Metz), et représentent les disciplines suivantes : littérature comparée, philosophie, esthétique, architecture, lettres classiques, peinture, arts plastiques, science cognitive, psychologie, médecine et théâtre. Les intervenants étrangers appartiennent aux Universités de Bayreuth, Kyoto, du Québec, de Milan, de l'École Normale Supérieure de Yaoundé, et sont essentiellement issus de la littérature générale et comparée, de l'esthétique, de la théorie littéraire, de l'imagologie et de la didactique de la littérature.

En conclusion, comme nous l'a fait observer Marc-Mathieu Münch : « Globalement, ces travaux prouvent le rôle capital mais non exculsif de la forme dans la genèse de l'émotion esthétique, c'est-à-dire de l'effet de vie. Pour aller plus loin, le lecteur devra suivre les fils parfois ténus qui relient des époques, des styles et des arts complètement différents. Il découvrira sans doute alors qu'une forme est réussie lorsqu'elle est nettement repérable par l'esprit l'humain, lorsqu'elle combine la diversité de ses éléments en une forme d'ensemble, lorsqu'elle est issue du sujet à traiter et de l'humeur qu'il exprime et, enfin, lorsqu'elle se prolonge naturellement dans les cinq autres corollaires de l'effet de vie ». Ces contributions, tout en consolidant la théorie de l'effet de vie, ouvrent de très larges perspectives à propos de la forme et de sa réception. À suivre impérativement.