Imprimer
Catégorie : Livres

A l'occasion du centenaire de sa mort, Jean-Yves Clément nous propose cette courte et agréable biographie d'Alexandre Scriabine (1872-1915) comme une première approche de ce pianiste et compositeur russe, encore mal connu du grand public, personnalité atypique, volontiers mystique, véritable passeur, assurant la charnière entre les mondes du XIXe et du XXe siècle, repoussant résolument toutes les limites expressives et formelles entre romantisme total et modernisme radical.

Un œuvre conçue comme un véritable parcours initiatique, comme un long cheminement de l'Autre à Soi, où on se plait à reconnaitre, dans les compositions de jeunesse, les influences de Chopin, Liszt, Schumann, avant d'aborder aux rives de la maturité avec des œuvres plus originales, denses, d'une qualité extrême comme les dernières Sonates, le Poème de l'Extase, Prométhée ou le Poème du feu. Une musique qui à partir de la Sonate n° 5 consumera la forme, l'espace, l'harmonie, le rythme, pour tendre vers le cosmos musical, vers le silence, l'inaudible, l'ineffable et le rêve. Artiste-dieu créant un nouveau monde, influencé par Schopenhauer, Nietzsche, il est Prométhée et Dionysos, sa vie se confond avec la création pure jusqu'au point ultime où musique et silence se consument, unis dans la mort. Un itinéraire artistique passionnant que l'auteur nous invite à retrouver en suivant le fil conducteur des dix sonates pour pianos du compositeur russe. Issu d'une famille aristocratique dont la noblesse remonte au Moyen Age, Scriabine fait son apprentissage musical auprès de sa mère qui reconnait rapidement ses dons exceptionnels. Suivant la tradition familiale, il entre à l'école militaire de Moscou, puis au Conservatoire de musique de Moscou où il a pour condisciple Rachmaninov. Un accident neurologique, entraînant une paralysie partielle du poignet droit, mettra rapidement fin à ses espoirs de pianistes virtuose. Il sera compositeur, le piano restant son instrument privilégié. Il épouse, en 1897, la pianiste Vera Ivanovna Issakovitch, compose son Concerto pour piano et devient à 26 ans le plus jeune professeur du Conservatoire de Moscou. En 1901, Scriabine quitte Moscou, démissionne du Conservatoire et amorce une période de surabondance créatrice. En  1905, il quitte sa femme pour vivre avec sa maitresse Tatiana de Schloezer. Son œuvre, étalée sur une trentaine d'années, le guide, au travers de la danse, du rêve, de l'ivresse, vers l'extase finale. Elle comprend des œuvres pour pianos (Mazurkas, Préludes, Études, Poèmes et Sonates) et des compositions orchestrales d'une stupéfiante modernité (Divin Poème, Poème de l'extase et Prométhée) qui lui apporteront la gloire. A partir de 1911, l'œuvre du compositeur russe se recentre sur le piano avec le monument musical que constituent ses dernières sonates. Sa musique devient un appel vers un autre monde, une musique vers un au-delà de toute musique, vers Le Mystère et Vers la flamme. Prophète d'une nouvelle musique pour un nouveau monde, Scriabine meurt le 27 avril 1915 à Moscou, laissant une œuvre parmi les plus originales de toute la musique.

 

 

 

Une biographie facile de lecture, centrée sur les œuvres du compositeur russe plus que sur sa vie, agrémentée d'un index, d'une bibliographie et d'une discographie pour ceux qui souhaitent approfondir leur connaissance de ce compositeur hors normes. Un livre passionnant, didactique, indispensable en cette année anniversaire de la mort de Scriabine. Une occasion pertinente de s'attarder sur les autres volumes de la Collection Classica/Actes Sud qui fête ses dix ans d'existence.