Imprimer
Catégorie : Autres

Comme chaque année le Festival Classique au Vert offre tous les week-ends du mois d'août de belles surprises ! Samedi 13, c'était le Trio SR9, trois jeunes percussionnistes auréolés de prix, - Alexandre Esperet, Nicolas Cousin, Paul Changarnier - qui ont eu le culot de monter un trio de marimbas ! Le problème est qu'il n'existe pas de réelles compositions pour ce genre de formation. Qu'à cela ne tienne, ils ont fait des transcriptions intelligentes du répertoire classique. Entouré d'une végétation luxuriante et ensoleillée, on a pu entendre ces timbres si exceptionnels de cet impressionnant instrument qui se monte et se démonte comme des legos. Face à leurs trois marimbas, ils ont interprété à leur manière un extrait de la Suite anglaise BWV 811, la Sonate en trio BWV 525 et l'Ouverture Française BWV 8113a de JS. Bach, trois Romances sans parole op. 67 de Mendelssohn, et Scherzo, Tango, Valse des Fleurs, Ragtime de Stravinsky. Le Trio SR9 a fait entendre des

sonorités étonnantes, tantôt suaves, tantôt abruptes, inconnues, des couleurs inédites et envoûtantes. Dans le parc deVincennes, cette musique, pourtant européenne, nous transportait ailleurs dans les Amériques du sud, l'Afrique, où cet instrument est né ! Était-ce du Bach, du Mendelssohn ? La Valse, le Ragtime, était-ce du Stravinsky ? Ces compositeurs se sont inspirés d'autres compositeurs, d'autres musiques en leur temps pour créer la leur. Le Trio SR9 n'a-t-il pas conçu sa propre musique en s'inspirant eux-aussi de ces compositions ? Le bis d'ailleurs nous a ramené vers le jazz, la musique de la transposition, de l'improvisation par excellence, comme était celle du baroque en son temps ! Le trio a interprété à sa manière une musique dont s'est inspiré Gershwin pour écrire Porgy And Bess. « I Got Plenty O' Nuttin' ».  « Je n'ai plein de rien » dit cet extrait; Alexandre, Nicolas, Paul, eux, sont pleins de tout. Ils sont jeunes, courageux, magnifiques, ont du talent à revendre. Vivement que des compositeurs leur écrivent des œuvres à part entière. Ils ont enregistré un disque d'après Bach, riche en inventions, chez Naïve. Pour mieux les connaître : sr9trio.com.

 

https://www.youtube.com/watch?v=Io2752yA0Ko

 


DR

 

Le lendemain, une autre surprise nous attendait : un orchestre d'amateurs, réunion de plusieurs instrumentistes d'orchestres amateurs sous la baguette du jeune et talentueux chef d'orchestre Marc Hajjar. Au programme : La Simple Symphony de Benjamin Britten, la Première symphonie de Sergei Prokofiev et la Première suite du Tricorne de Manuel de Falla. La Simple Symphony a été composée à partir de bribes de thèmes qu'avait écrits Britten ; elle fut jouée la première fois par un orchestre d'amateurs, belle coïncidence ! De nombreux extraits de cette symphonie ont été utilisés pour des génériques de télévision, pour la musique du film « Mauvais Sang » de Léos Carax et le fameux mouvement pizzicato pour le film « Moonrise Kingdom » de Wes Anderson.  L'interprétation était de bonne tenue. La Symphonie n°1 de Prokofiev, osons le dire, est mal foutue, on la nomme classique par sa structure, on est plus proche de Haydn ou même par moment de Beethoven. On n'est pas loin d'une pochade mais le second degré est si éloigné qu'on a plutôt l'impression d'une œuvre ratée! Alors comment interpréter cette partition ? On sentait l'orchestre pas très à son aise ; quand on ne part pas sur le bon pied, il est compliqué de se rattraper. Avec  Le Tricorne, l'orchestre était plus dans ses cordes et Marc Hajjar a su le faire sonner juste. Le public en redemandait ! C'est une belle aventure de mélanger ainsi, et pour un jour, des gens qui n'ont pas l'habitude de jouer ensemble mais qui aiment la musique. C'est bien le sens du mot ''amateur''. Dommage qu'en Province il n'y ait pratiquement pas de ce genre d'orchestre. Mais les problèmes de la culture en France et de la musique en particulier, ne sont plus à l'ordre du jour de nos politiques !