Gréco CASADESUS : Suppléments d’âme (2008) pour soprano & quintette à cordes.

Gréco CASADESUS : Suppléments d’âme (2008) pour soprano & quintette à cordes.  Pierre-André ATHANÉ : Quatuor à cordes n°1 (2007).  Baudine JAM : Les Horizons perdus (2007) pour mezzo-soprano & quatuor à cordes.  Lys Nordet, soprano.  Hermine Huguenel, mezzo-soprano.  Quatuor Prima Visa + Daniel Grimonprez, contrebasse.  Opus Millésime : GCK 20091.  Distr. Codaex. TT : 62’00. Qualité peu répandue dans les musiques d’aujourd’hui, l’élégance fait assurément lien entre ces trois jeunes compositeurs.  Ainsi des Suppléments d’âme (« Le second souffle », « Lumières cardioïdes », « Trois tentatives pour trouver la source ») de Gréco Casadesus – nouveau fleuron d’une

Sonatines pour clarinette & piano.

ARNOLD, BACRI, CHEVREUILLE, HOROVITZ, MARTINŮ, POOT, SANCAN : Sonatines pour clarinette & piano.  Ronald Van Spaendonck (clarinette), Éliane Reyes (piano).  Fuga Libera : FUG 558.  TT : 63’26. Certes varié est le répertoire contemporain pour clarinette & piano.  En témoignent ici le « tube jazzy » qu’est la Sonatine de Malcolm Arnold (1951).  Celle de Bohuslav Martinů (1956) est l’une des pièces maîtresses du répertoire clarinettistique d’aujourd’hui – mélodisme et surprenantes harmonies…  Créée aux Flâneries musicales de Reims, la Sonatina lirica de Nicolas Bacri (2008) a droit, par ses deux dédicataires, à une magnifique interprétation.  Élégante et racée, la Sonatine de Pierre Sancan (1963) est

« Une jeunesse intrépide ».  Johannes BRAHMS

« Une jeunesse intrépide ».  Johannes BRAHMS : Ballades op.10.  Thème et variations en mineur.  Sonate en fa mineur op.5.  Nicolas Stavy, piano.  Hortus : 068.  TT : 80’54. Il s’agit là de trois œuvres composées par un homme de vingt ans, entre 1853 et 1854, alors que s’éteignaient les derniers feux du premier romantisme.  Le Thème et variations, œuvre d’une seule coulée, était à l’origine le mouvement lent du 1er Sextuor à cordes ; sa transcription pour piano, de la plume même de Brahms, est dédiée à Clara Schumann.  Les quatre Ballades sont d’une surprenante gravité chez un aussi jeune compositeur. Du très grand Brahms, déjà !  Quant à sa 3e Sonate op. 5 - soumise au jugement de Schumann durant sa gestation -, elle est, de par sa plénitude, remarquablement aboutie.  Alternativement méditative ou passionnée, l’intériorité de l’interprète convient admirablement à ces œuvres charnières, ouvertes sur un monde nouveau.

Airs et scènes d'opéra.

Wolfgang Amadé MOZART, Franz SCHUBERT, Ludwig van BEETHOVEN, Richard WAGNER : Airs et scènes d'opéraJonas Kaufmann, ténor. Michael Volle, baryton basse. Margarete Joswig, mezzo-soprano.  Coro del Teatro Regio di Parma.  Mahler Chamber Orchestra, dir. Claudio Abbado.  Decca : 478 1463. TT : 69'07. Voilà bien un disque enthousiasmant du ténor allemand Jonas Kaufmann que les grandes scènes s'arrachent désormais, alors que deux de ses illustres confrères sont plus ou moins sur la touche.  Dans un répertoire qui présente son répertoire actuel et celui auquel il aspire… Les deux extraits de La Flûte enchantée peuvent se réclamer de l'art de Fritz Wunderlich pour lequel Kaufmann voue

Thomas ADÈS : The Tempest.

Thomas ADÈS : The Tempest.  Opéra en trois actes.  Simon Keenlyside, Cyndia Sieden, Ian Bostridge, Kate Royal, Toby Spence, Philip Langridge.  The Royal Opera Chorus & Orchestra, dir. Thomas Adès.  2CDs EMI : 8 92234 2.  TT : 72'36 + 44'48. Thomas Adès est un musicien chanceux. Son deuxième opéra, créé en 2004 au Royal Opera de Londres qui en avait passé commande, est basé sur la pièce de Shakespeare, La Tempête. Pour traiter un sujet, illustré à la scène lyrique plusieurs fois depuis Purcell, Adès a fait appel à l'écrivain Meredith Oakes qui s'inspire de la pièce plus qu'elle ne la suit à la lettre, en condensant l'action pour en retrouver l'essence et les moments-clés.  La partie centrale de Prospero

Dimitri CHOSTAKOVITCH : Le Nez

Dimitri CHOSTAKOVITCH : Le Nez.  Opéra en trois actes.  Vladislav Sulimsky, Alexei Tanovitski, Tatiana Kravtsova, Andrei Popov, Sergei Semishkur, Gennady Bezzubenkov, Vadim Kravets.  Chœurs et orchestre du Théâtre Mariinsky, dir. Valery Gergiev.  2CDs Mariinsky : MAR 0501. TT : 50'41 + 50'56. Chostakovitch a, tout au long de sa carrière, voué au genre de l'opéra une passion non dissimulée.  Sa première tentative fut un coup de maître, car Le Nez, d'après la nouvelle de Gogol, ne pouvait mieux satisfaire son goût de l'ironie. Satire de l'époque de Nicolas Ier, peinture sans fard de la mentalité petite-bourgeoise, on y voit le major Kovalev perdre son nez et partir à sa recherche.  Effrénée, celle-ci donnera lieu à de multiples péripéties invraisemblables, retracées en scénettes cursives où une multitude de personnages se croisent, certains l'instant de quelques répliques.  Le texte, délivré sous forme de récitatif, est souvent haché, avec recours à

Richard WAGNER : Wesendonck-Lieder.

Richard WAGNER : Wesendonck-LiederSiegfried-Idyll.  Marjana Lipovsek, mezzo-soprano. Membres du Bayerisches Staatsorchester.  Wolfgang Sawallisch, piano & direction.  Farao Classics : B 108049.  Integral Distribution.  TT : 41'43. Ce programme enregistré lors d'un concert donné le 4 mai 1991, dans la Salle des chanteurs du château de Neuschwanstein, un des lieux favoris de Louis II de Bavière, rapproche deux œuvres « chambristes » de Richard Wagner, deux hymnes à ses tumultueuses amours.  Les cinq chants pour Mathilde Wesendonck forment une sorte de cahier d'études pour Tristan et Isolde.  Dans le troisième lied, apparaît le thème, tout de désolation, du prélude du IIIe acte de

Hector BERLIOZ : Requiem.

Richard WAGNER : Wesendonck-LiederSiegfried-Idyll.  Marjana Lipovsek, mezzo-soprano. Membres du Bayerisches Staatsorchester.  Wolfgang Sawallisch, piano & direction.  Farao Classics : B 108049.  Integral Distribution.  TT : 41'43. Ce programme enregistré lors d'un concert donné le 4 mai 1991, dans la Salle des chanteurs du château de Neuschwanstein, un des lieux favoris de Louis II de Bavière, rapproche deux œuvres « chambristes » de Richard Wagner, deux hymnes à ses tumultueuses amours.  Les cinq chants pour Mathilde Wesendonck forment une sorte de cahier d'études pour Tristan et Isolde.  Dans le troisième lied, apparaît le thème, tout de désolation, du prélude du IIIe acte de l'opéra, et dans le bouleversant cinquième, on distingue les harmonies des appels de Brangaene au IIe acte.  La partition originale pour piano & voix, jouée ici, est sans nul doute plus proche des intentions du compositeur que l'orchestration qui en

Johannes BRAHMS : Quatuor à cordes n°1 op.51

Johannes BRAHMS : Quatuor à cordes n°1 op.51.  Quintette pour piano & cordes op.34.  Akiko Yamamoto, piano.  Quatuor Rbène.  Virgin Classics : 216622 2 5. TT : 78'42. Après un formidable disque de musique française - qui vient de leur valoir le prix du Disque de l'année décerné par la prestigieuse revue The Gramophone - les Ebène se tournent vers le romantisme allemand. Leur Brahms est dépourvu d'épaisseur, comme en pleine lumière. Le Quintette pour piano & cordes est tout, sauf une lecture sage ; plutôt comme désacralisée de son aura romantique.  Le vaste premier mouvement est vif et fiévreux, et l'élan quasi orchestral souligné.  Le balancement équivoque de l'andante est peut-être un peu trop strict, de par le

Antonio VIVALDI : Farnace

Antonio VIVALDI : Farnace.  Dramma per musica in tre atti.  Furio Zanasi, Sara Mingardo, Sonia Prina, Adriana Fernandez, Gloria Banditelli.  Coro del Teatro de la Zarzuela.  Le Concert des Nations, dir. Jordi Savall. 3CDs Naïve : OP 30471. TT : 57'40 + 58'12 + 35'54. La collection des œuvres théâtrales de Vivaldi dans l'édition anthologique de la firme Naïve, s'enrichit avec Farnace d'un jalon essentiel. Il s'agit en effet d'une œuvre appartenant à la dernière manière créatrice du « Prete rosso », à laquelle il portait une affection particulière au point de la remanier à plusieurs reprises entre 1727 et 1738.  On y savoure une orchestration raffinée dans le traitement des cordes dont le langage marque une évolution par rapport aux œuvres précédentes. La composition renferme aussi de nombreux ensembles : chœurs, duos et même un quatuor. Bien sûr, les arias restent prédominantes, même si elles ne répondent plus exactement à la forme da capo. 

« Dans le jardin de Ravel » : Debussy, Ravel, Liszt, Satie

« Dans le jardin de Ravel » : Debussy, Ravel, Liszt, Satie.  Jacqueline & Jean-Pierre Carrière, pianos.  Indesens . INDE 016.  TT : 65’17. Un programme en forme de symphonie, tel est le souhait des interprètes, pour cet enregistrement faisant se succéder une entrée animée confiée à Satie : La belle excentrique (pour piano à quatre mains), une partie centrale associant Le prélude à l’après-midi d’un faune de Debussy (pour deux pianos) et Ma mère l’Oye de Ravel, version ballet (pour piano à quatre mains), avent de brillament terminer sur les Réminiscences de Don Juan de Liszt (pour deux pianos).  Ces trois compositeurs appartiendraient au « Jardin musical » de Ravel, expliquant ainsi le titre un peu énigmatique de l’album, évoquant sans doute Le Jardin féerique » qui clôt « Ma mère l’Oye ».  Un disque original, de grandes œuvres, une interprétation de qualité….

Felix MENDELSSOHN : Complete Works for Solo Piano

Felix MENDELSSOHN : Complete Works for Solo Piano.  Marie-Catherine Girod, piano. Saphir Productions : LVC 1089.  Coffret de 8 CDs. Marie-Catherine Girod fête magnifiquement le bicentenaire de la naissance de Felix Mendelssohn (1809-1847) avec ce coffret rassemblant l’intégralité de l’œuvre pour piano de celui que l’on a dit « la lumière de son siècle ».  Tâche redoutable mais valeureuse, nous permettant de découvrir nombre de pièces méconnues ou peu jouées, notamment les œuvres de jeunesse. Classement selon une thématique stylistique : Romances sans paroles, Préludes et fugues, Variations et Pièces de caractère, Caprices et Fantaisies, Sonates et Études, ainsi que les raretés - soit quelque dix heures d’enregistrement

Frédéric CHOPIN : Polonia.

Frédéric CHOPIN : Polonia.  Didier Castell-Jacomin, piano.  Cristal Records Classic : CRC 906. TT : 59’25. Un disque consacré à Chopin, centré - selon les souhaits de l’interprète - sur le caractère épique de la musique d’un compositeur en exil, mettant en lumière toute la fragilité et la puissance du romantisme.  Il comporte Mazurkas et Polonaises, rappelant l’attachement de Chopin à son pays natal, mais également des Nocturnes et Préludes chargés de souligner l’élément poétique.  Programme alléchant, mais interprétation souffrant de tempos d’une lenteur désespérante, bientôt source d’ennui.  Le toucher est dur, la sonorité manque à la fois d’ampleur et de legato, restant souvent froide et sans nuance.  Mais peut-être d’autres auditeurs seront-ils plus indulgents…

« Une inauguration d’orgue en 1900 »

« Une inauguration d’orgue en 1900 ».  Philippe Sauvage à l’orgue Cavaillé-Coll de Saint-Pierre de Neuilly.  Claire Destremau (soprano), Hervé Lamy (ténor).  Ensemble vocal Cavaillé-Coll, dir. François Polgar.  Hortus : 066.  TT : 64’47. Pierre Sauvage nous fait ici revivre de grandes heures de la vie organistique du début du XXe siècle.  Programme s’inspirant de celui donné lors de l’inauguration, le 29 octobre 1900, des grandes orgues de Saint-Pierre de Neuilly, réalisées par Aristide Cavaillé-Coll.  En artisan-musicien, serviteur de la liturgie, Philippe Sauvage réconcilie Anciens et Modernes, en faisant se succéder des œuvres de Lefébure-Wély, Gounod, Dubois, Letocart, Vierne, Boëllmann, pour terminer sur une belle improvisation mettant en évidence toute la richesse de l’instrument.  Magnifique prestation, tant instrumentale que vocale.

Allons faire un tour à la banque

Allons faire un tour à la banque.  Chansons populaires du temps de Gustave Courbet. Ana-Maria Bell.  Arthemus : AR 102 / HORT : 543. TT : 42’57. Original était le projet d’associer des textes de « chansons populaires du temps de Courbet (1819-1877) » - porteurs de messages sociopolitiques - à des arrangements musicaux de styles jazz, slam, latino…

 

Albert HAMANN : Armatango

Albert HAMANN : Armatango.  Pièces pour bandonéon, guitare, piano & orchestre à cordes.  Jérémy Vannereau (bandonéon), Éric Franceries (guitare), Brigitte Bénété-Billault (piano), Forum Sinfonietta, dir. Jérome Devaud.  Explora Concept : EC001.  TT : 53’27. Hommage à Albert Hamann, bandonéoniste et compositeur disparu en 2003, regroupant ses pièces avec orchestre.  Un disque à écouter et à danser, où l’on retrouve toute la sensualité du tango, mêlée de violence, de mélancolie, de pathétiques accents jazzy…  Un plaisir de jouer qui nous transporte.

  « Classical Trumpet Concertos »

« Classical Trumpet Concertos » : Haydn, Hummel, Mozart, Telemann, Bach.  Éric Aubier, trompette.  Indesens : INDE 0018.  TT : 64’00. Un enregistrement qui permet d’apprécier les qualités expressives de la trompette, dans un répertoire limité, de la fin du Baroque au romantisme débutant : concertide J. S. Bach, Telemann, Leopold Mozart, Haydn et Hummel.  Une interprétation de qualité, agréablement classique…

Heitor VILLA-LOBOS : L’œuvre pour guitare.

Heitor VILLA-LOBOS : L’œuvre pour guitarePascal Boëls.  Calliope : CAL 9415.  TT : 79’24. Un disque qui associe, pour notre plus grand plaisir, les rares et redoutables Études (Paris 1929), les Préludes (Rio 1940) et une suite populaire brésilienne.  Occasion d’apprécier les diverses sources d’inspiration et différentes facettes de l’œuvre pour guitare du compositeur brésilien, faite à la fois de modernité, de classicisme, de poésie, et de mélancolie… révélant autant de « beautés désintéressées ». Une interprétation remarquablement virtuose, mais pas seulement…  Une réussite !

 

Clément SAUNIER : Album solo

Clément SAUNIER : Album solo. Cristal Records Classic : CRC 905. TT : 64’57. « La trompette dans tous ses états » pour un disque associant des œuvres de tous styles (classique, jazz), de toutes époques (baroque, contemporaine) et pour formations variées (orchestre de chambre, orchestre d’harmonie, jazz band, brass band).  Dans ce répertoire original, Clément Saunier fait preuve d’une assurance remarquable tant en ce qui concerne la virtuosité et la sonorité que dans l’interprétation, toujours juste, s’affichant ainsi comme l’un des trompettistes les plus doués de sa génération.  Un très beau disque.

Ô que c’est chose belle.

Ô que c’est chose belle.  Œuvres d’orgue du XVIe au XXe siècle, fondées sur les mélodies du Psautier Huguenot.  Association Calvin 2009.  Paris-Roquépine (5, rue Roquépine, 75008 Paris) : AC09-1.  TT : 77’54. À l’initiative de l’Église réformée du Saint-Esprit (Paris) et de son organiste titulaire, Kurt Lueders, ce CD paraît dans le cadre de l’Année Calvin (1509-1564).  Sa finalité est particulièrement intéressante : souligner, dans le répertoire organistique, l’exploitation d’une mélodie traditionnelle du Psautierofficiel de Genève (1562) à travers siècles et pays. L’enregistrement s’ouvre sur la version de Cl. Goudimel pour le Psaume 92 : Ô que c’est chose belle… qui a donné son titre à l’ensemble et permet

Thomanerchor Leipzig

Thomanerchor Leipzig : Werke von J. S. Bach, J. Brahms, F. Mendelssohn, W. A. Mozart... Rondeau (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) : ROP4030. TT : 76’05. Sous la direction de l’éminent Cantor G. Chr. Biller, le célèbre Thomanerchor de Leipzig vient de sortir un disque comprenant 11 pièces de J. S. Bach, des extraits du Requiem en mineur de W. A. Mozart. Le XIXe siècle est illustré par le Ps. 42 : Wie der Hirsch schreit (Comme le cerf aspire au frais des eaux) de Mendelssohn et Der Herr ist mein Hirt (Le Seigneur est mon Berger) de Gustav Schreck (1849-1918), dans le sillage de l’esthétique romantique allemande avec revalorisation de l’unisson, sensibilité et élans typiques au tournant du XXe siècle, entre autres. La musicalité de ces

Canti sacri di Sermanu.  Les Chantres de Sermanu en leur église

Canti sacri di Sermanu.  Les Chantres de Sermanu en leur église.  Gilles Perny Production (145, avenue de Cazouls, 34370 Maraussan) : GPP 061. TT : 64’47. Il y a quelques décennies, des chercheurs français - comme le regretté Felix Quilici - ont enregistré sur le vif des chanteurs qui, par voix orale, perpétuent une tradition multiséculaire : celle de la paghjella, commune au Bassin méditerranéen bien avant les influences grégorienne et byzantine.  Les chantres assurent instinctivement la Basse (Bassu), la Seconde (Seconda) avec la ligne mélodique et la Tierce (Terza), très ornée.  Ayant subi une certaine acculturation, ils font harmoniquement appel à des tierces et sixtes (au lieu des quintes et quartes de la musique