Grâce à cette nouvelle réalisation originale, voici un concert Bach comme jadis, à Leipzig, au célèbre Café Zimmermann, le vendredi soir, dès 1738. L’Ensemble Café Miry a repris cette tradition à Gand « pour la récréation [Ergötzung] des amateurs ».
Ce disque illustre les nombreuses possibilités du Traverso (flûte traversière) avec le concours de Patrick Beuckels (flûtiste belge), d’Élisabeth Joyé (claveciniste française), de Romina Lischka (gambiste autrichienne), de Dirk Vandaele (violoniste belge) et de Toshiyuki Shibata (flûtiste japonais) : bref, un plateau international. Ils jouent des instruments historiques (vers 1730) — donc contemporains de J. S. Bach — ou reconstitués. Le clavecin franco-allemand et la basse de viole (d’après un modèle français à 7 cordes) datent de 2001.


Deux types d’émotion coexistent : celle ressentie par les interprètes et celle ressentie par les auditeurs en écoutant ce programme exceptionnel. Il comprend une sélection de Sonates bien connues en 4 mouvements pour flûte et basse continue (BWV 1034), pour 2 flûtes et basse continue (BWV 1039), pour flûte, violon et basse continue (BWV 1038) et — conformément à la tradition — une œuvre interprétée par le Cantor de Leipzig, en l’occurrence la Toccata de la Partita n°6 pour clavecin en mi mineur (BWV 830). Moment historique, tradition du XVIIIe siècle — à l’opposé du Caf’conc’— à revivre intensément.
Édith Weber
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2019