Gabriel FAURÉ : Œuvres concertantes. Solistes, Orchestre de Bretagne, dir. Moshe Atzmon.  Timpani : 1C1172.

C’est la première fois, sauf erreur, que les œuvres concertantes de Fauré sont réunies en un seul disque. Tout fauréen ne peut que se réjouir d’une telle initiative, même si, des sept partitions con cernées, quatre seulement ont été orchestrées par l’auteur du Requiem, qui avait en fait une certaine appréhension de l’orchestre.  La célèbre Élégie pour violoncelle est fort bien jouée, comme la Romance, par Henri Demarquette. On goûte également la Fantaisie pour flûte, confiée à Juliette Harel.  Jean-Marc Phillips-Varjabédian au violon nous charme avec la Berceuse et le Concerto.  La plus lourde responsabilité incombait au pianiste Jérôme Ducros, pour la magnifique Ballade et la non moins belle Fantaisie. J’avoue être là un peu déçu, particulièrement

dans la Ballade, et je préfère nettement l’excellente version d’Emmanuel Strosser (avec l’Orchestre de Picardie, dir. Edmon Colomer, CD Assai 222122).  Il faut par ailleurs, encore une fois, saluer le courage de Stéphane Topakian, qui défend résolument la musique française avec sa firme Timpani ; et ce disque est une nouvelle réussite.