Imprimer
Catégorie : Articles

De larges pans de mystère enveloppent la personnalité de Claude Debussy…  Et cela, quel que soit le nombre de savantes études qui lui furent consacrées, telles celles de Léon Vallas, Edward Lockspeiser, Marcel Dietschy, Christian Goubault et surtout François Lesure - dont on ne saurait trop louer la « biographie critique », assortie d’un catalogue raisonné de l’œuvre (Fayard, 2003).  Ouvrage où, en regard du génie de l’artiste, ne sont jamais dissimulées les faiblesses de l’homme…

 

 

 

De par son dédain même du clinquant et de la rhétorique, ce musicien – l’un des plus grands qui furent – n’en demeure pas moins, de tous, le plus français.  Même si l’ardent consumérisme de nos contemporains ne les porte guère à reconnaître pareilles qualités…

 

 

 

Le dossier que nous lui consacrons aujourd’hui comporte, outre une Chronologie minutieusement circonstanciée, des entretiens avec Jean-Michel Nectoux (commissaire de l’exposition « Debussy, la musique et les arts ») & Denis Herlin (rédacteur en chef, pour le CNRS, des Œuvres complètes de Claude Debussy, en 36 volumes), un article sur « la pure modernité sonore de Debussy », une analyse de La Damoiselle élue, une approche poétique de L’Après-midi d’un faune de Mallarmé, un parallèle (influences et coïncidences) entre Debussy et Ligeti.

 

 

 

Sans préjudice d’un entretien avec le compositeur Alain Bancquart, d’un plaidoyer pour le chant choral en tant que remède à l’Attention Deficit Disorder, de considérations sur César Franck, musicien religieux, et de la conclusion de notre étude sur le traitement de la voix chez Pink Floyd…