Philippe Entremont, pianiste et chef d'orchestre

Six mille concerts ! Pianiste d'exception ! Chef d'orchestre pendant 29 ans de l'Orchestre de Chambre de Vienne, Philippe Entremont comptait parmi les 10 pianistes de renommée internationale choisis pour jouer au « Piano Extravaganza of the Century » lors des jeux olympiques de Pékin en 2008.

 

En tant que chef, il a été directeur musical de l'Orchestre Philharmonique de la Nouvelle Orléans entre 1981 et 1986, puis de l'Orchestre Symphonique du Colorado à Denver. Il a également été chef permanent de l'Orchestre de Chambre d'Amsterdam jusqu'en 2002 après avoir été directeur musical et chef permanent, (il est devenu le chef lauréat à vie, « auf Lebenszeit ») de l'Orchestre de Chambre de Vienne.

Le compositeur Cyrille Aufort

Titulaire de plusieurs Premiers Prix du Conservatoire National de Musique de Lyon et de Paris, ce musicien d'à peine quarante ans a tout d'abord composé de la musique pour des documentaires et des courts-métrages. Il a fait ses premières armes dans le cinéma en qualité d'orchestrateur. Il a collaboré avec Alexandre Desplat (Otage), Yvan Cassar (Massaï, Quartier VIP, l'Odyssée de l'Espèce), avant de se voir confier la composition de la musique originale de longs métrages, Ombline, de Stéphane Cazes, L'âge de Raison de Yann Samuell, 9A de Reza Rezaï ou Hell de Bruno Chiche, et de téléfilms tels que La Maison Tellier d' Elisabeth Rappeneau. Il a composé pour le magnifique documentaire de Jacques Perrin L'Empire du Milieu, une belle composition musicale. C'est parce que nous avons apprécié la musique de l'Homme Idéal (Cf. NL de 4/2015), que nous sommes allés le rencontrer dans son petit studio en banlieue parisienne, surplombant le parc de Sceaux. Il nous a reçu de manière décontractée entre deux compositions.

PROPOS PARTAGES  Haut  Avec Françoise Levéchin-Gangloff,  organiste titulaire à l'église Saint-Roch

Laurence Renault Lescure : L'église Saint-Roch a une belle histoire…

 

 

 

Françoise Levéchain-Gangloff : C'est Louis XIV qui, avec sa mère Anne d'Autriche, pose la première pierre de l'église à l'emplacement d'une ancienne chapelle. L'idée était d'avoir non loin du Louvre un lieu voué à la fois à la vie spirituelle et artistique. L'église va être construite en plusieurs étapes et ne sera terminée qu'en 1755 donc bien après la mort de Louis XIV. Sur les bases de l'ancienne chapelle on a jeté les plans d'une petite église, cette petite église a brulé, on l'a reconstruite puis elle s'est vu attribuer des adjonctions à plusieurs reprises au fur et à mesure que le quartier prenait de l'ampleur. Elle changera même de sens !

Mathieu LAMBOLEY

Pianiste et compositeur de trente cinq ans, Mathieu Lamboley a étudié successivement au Conservatoire régional de Paris et au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris - CNSMDP - où il finit son parcours musical brillamment avec 5 premiers prix : Harmonie, Contrepoint, Fugue et Forme, Orchestration, et Piano. Il sera notamment l'élève des pianistes Michel Beroff, Éric Lesage, Brigitte Engerer, Olivier Gardon, Yves Henry ou encore Denis Pascal. Pour la composition il recevra les enseignements d'illustres maîtres comme Thierry Escaich, Marc André Dalbavie, Jean François Zygel, Jean-Claude Raynaud ou DeCrepy.

LA RELEVE !

LA RELEVE !

 

Stéphane Gassot (SG), Maël Oudin (MO) et Arthur Ouvrard (AO)

 Ils sont des jeunes compositeurs de musiques pour l'image, ils sont 9, encore au CNSMDP dans la classe de Laurent Petitgirard. Nous les avions rencontré au concert de la classe de composition en présence de Patrice Leconte. Nous allons, au fur et à mesure, faire un entretien de ces futurs compositeurs avec trois d'entre eux. 

A PROPOS DE LA PSYCHOPHONIE

« Pour moi, la psychophonie c'est savoir écouter, savoir observer, prendre en compte la globalité de l'être pour ensuite avoir un regard plus fin. Mes moyens d'action sont la voix chantée, le travail du souffle et de la posture, la voix parlée. J'étais musicienne : apprentissage de  la trompette puis du piano au conservatoire de Lille, bac musical. Je ne savais où aller ensuite. Je me suis inscrite en  psychologie à la faculté. Juste en face se trouvait le C F M I (Centre de formation aux intervenants en milieu scolaire). Comme j'avais l'habitude d'animer des colonies de vacances, que j'aimais les enfants et que j'avais le niveau requis, je suis entrée au C F M I . Durant ces deux années on a travaillé l'histoire de la musique, la culture musicale, l'analyse, l'instrument, l'improvisation,  toutes sortes de répertoires et le chant.  C'est là que j'ai découvert la psychophonie. »

 

(Brigitte Delzenne)

Franck Sforza, compositeur

Compositeur autodidacte, atypique, la quarantaine, passionné de musiques en tout genre (il a écrit, entre autres, pour le tour de chant de Jean Claude Dreyfus), de jazz en particulier, Frank Sforza est, à force de conviction, un compositeur reconnu dans le monde du court-métrage. Souvent récompensé il est aujourd'hui dans plusieurs commissions pour l'aide aux courts-métrages. Il nous a reçu dans son studio.

Comment devient-on compositeur de musique de film ?

 

 Dans mon cas c'est plutôt comment on devient musicien, car j'ai commencé très tard à faire de la musique, à dix neuf ans. J'avais écouté Jean Jacques Goldman qui avait un super saxophoniste, Philippe Delacroix Herpin, dit Pinpin. Sur « Petite  fille » il a fait une impro qui m'avait impressionné. Comme j'ai raté mon bac, mes parents m'ont demandé ce que je voulais faire à la rentrée. Je leur ai dit saxophone et ils m'ont dit ok !

Directrice musicale d'Insula orchestra et Accentus, phalanges respectivement orchestrale et vocale de réputation mondiale, Laurence Equilbey s'est imposée à l'échelon international par son exigence musicale, son ouverture esthétique, autant que par son perfectionnisme artistique. Appelée à diriger sur les scènes françaises (Lyon, Rouen, Orchestre de chambre de Paris) et étrangères (Akademie für alte Musik Berlin, Bucarest, Brussels Philharmonie, Francfort, Leipzig, Liège, Concerto Köln, Camerata Salzburg, etc.), elle est également artiste associée au Grand Théâtre de Provence et en compagnonnage avec la nouvelle Philharmonie de Paris. Tout en poursuivant son étonnante aventure dans le grand répertoire de la musique vocale avec Accentus, elle soutient la création contemporaine et assure la direction artistique et pédagogique du département supérieur pour jeunes chanteurs du Conservatoire à Rayonnement Régional de Paris, rue de Madrid. C'est cependant à sa seule activité de chef d'orchestre que L'Éducation musicale a choisi de consacrer cet entretien.

Rob, un musicien atypique...

Rob, un musicien atypique...

 

De son vrai nom Robin Coudert, alias Rob, est né en 1978 à Caen. Ce musicien atypique nous a accordé un entretien dans son studio Porte des Lilas au milieu d'une multitude d'instruments « vintage ».

Une Histoire de Lutherie...

Une histoire de lutherie rare, originale, audacieuse, en même temps qu'une belle aventure humaine que l'histoire de « Raphaël », le violoncelle de Giverny. C'est en effet lors du dernier festival de Musique de Chambre de Giverny (2014) que fut initiée, puis réalisée la construction d'un violoncelle dont la particularité fut d'être construit de façon collégiale par une équipe de neuf luthiers confirmés, réunis et dirigés par Frank Ravatin, un des grands noms de la lutherie mondiale actuelle, qui releva le défi de fabriquer en deux semaines de résidence à Giverny, un violoncelle présenté et joué lors du dernier concert du festival par Michel Strauss. Une expérience unique en matière de lutherie mais surtout un moment de solidarité, de partage et d'amitié. Cet Entretien avec Frank Ravatin, luthier réputé, diplômé de Crémone, lauréat de plusieurs concours internationaux, nous en dit plus.

Entretien avec ERIC NEVEU

Éric Neveu est le compositeur, entre autres, de « Ceux qui m'aiment prendront le train », « Intimité », « Persécution », de Patrice Chéreau, « Just like a woman » et « La voie de l'ennemi » de Rachid Bouchareb, « Les vacances du Petit Nicolas » de Laurent Tirard, « Graziella » de Mehdi Charef, « Un beau dimanche » de Nicole Garcia, « Il était une forêt » de Luc Jacquet, « L'attentat » de Ziad Doueiri, « Les Kaira » de Franck Gastambide... Il travaille régulièrement pour la télévision sur des séries de prestige : « Borgia », « La Commune », « Un village français », « Le vol des cigognes »… 

Le réalisateur Patrice Leconte

Patrice Leconte passe son enfance à Tours. A l'âge de 20 ans il monte à Paris, il entre à l'IDHEC, participe aux Cahiers du Cinéma et se lance dans le court-métrage. Parallèlement il contribue au journal Pilote dans les années 1970-74. En 1975, il réalise son premier film « Les Vécés Étaient Fermés de l'Intérieur » en adaptant des personnages de Gotlib, avec Jean Rochefort et Coluche. C'est le film « Les Bronzés », un des plus gros succès du cinéma français, qui fait sa renommée. Réalisateur, scénariste, cadreur il a réalisé une trentaine de longs-métrages. Souvent nommé aux Césars, il a obtenu celui du meilleur réalisateur pour « Ridicule »

ENTRETIEN AVEC PATRICK SIGWALT

Compositeur de musiques à l’image, venu du rock, Patrick Sigwalt a obtenu en 1987, le César de la musique de film avec Bernardo Sandoval, pour « Western » de Manuel Poirier. Aujourd’hui il est président de l’Union des Compositeurs de Musiques de Films (UCMF)

JEAN-LUC GODARD et la musique de ses films

Jean-Luc Godard vient de sortir «  Adieu au Langage »,  un film récompensé au dernier festival de Cannes avec un petit prix ; une récompense dont il n’a que faire. Un film de Godard ne laisse jamais indifférent. Ce qui nous intéresse ici, par rapport à ce réalisateur, c’est la manière dont il aborde les musiques dans ses films et s’il est possible de les écouter hors de leur contexte. Selon les époques, Godard a tenu des discours, comme il sait le faire, changeants, radicaux, paradoxaux. La musique de film ne veut rien dire pour lui. Ce qui existe c’est la bande sonore qui comprend les dialogues, les ambiances et la musique. Cette dernière peut être composée pour un film – c’est ce qu’il a fait à ses débuts - mais souvent elle est puisée dans la musique de répertoire – c’est ce qu’il a fait totalement par la suite. Dans son dernier film il a découpé la Septième Symphonie de Beethoven.

RENAUD BARBIER, compositeur du film « Le Dernier Diamant » d'Éric Barbier.

Cette musique avait été analysée récemment (cf. NL de 5/2014). Pour compléter nous avons réussi, ce moi-ci, à obtenir un entretien avec le compositeur.

 


DR

 

Comment êtes-vous entré dans le monde de la musique ?

 

« A huit ans à Brignoles, petite ville du Var, j’entends Beethoven, une musique avec une telle énergie qu’elle me donne envie de faire du piano et de jouer ce compositeur ! Je me débrouille pour acheter un piano par le biais de mes grands-parents, de la famille. Mes parents étaient assez ouverts sur l’art. Mon père était psychanalyste et ma mère maîtresse de maternelle. Elle accueillait les enfants le matin avec la musique de Morricone. Je pense que cela a dû jouer pour la suite. Dix ans de piano classique, pas de conservatoire, un professeur privé, pas d’harmonie, pas de solfège.

MUSIC BOX RECORDS est un label phonographique indépendant consacré à l'édition ou la réédition de bandes originales de films et de séries inédites en CD. Le label, créé en 2011 par Laurent Lafarge et Cyril Durand-Roger propose, sur CD et en édition limitée, des versions complètes de ces musiques en y intégrant autant que possible des morceaux inédits. Il existe très peu de sites de ce style pour les amateurs de musiques de films. On peut citer le site espagnol « Quartet Records » qui produit aussi des disques en phase avec les nouveaux films sortant sur les écrans. On trouve également « Ecoutez le Cinéma », chez Universal dont s’occupe Stéphane Lerouge, et qui sort des classiques de BO.

Manuel Bleton, compositeur de musique de librairie

De nombreux catalogues de « musique de librairie » (ex musique au mètre) proposent des musiques pour illustrer toutes sortes d’œuvres filmées. C’est un marché très important. Des groupes comme Césame Music Agency, Audio Network, Koka chez Universal, KPM chez EMI proposent des catalogues conséquents de musiques pour l’image. Ces musiques sont classées par genre et par durée. On y trouve des compositeurs très connus ainsi que des orchestres réputés. Aujourd’hui, grâce au progrès des machines, un compositeur peut créer seul un environnement musical de haute qualité. Souvent des réalisateurs de long-métrage emploient ces musiques soit pour leur montage, soit pour compléter leur musique originale, ou encore, par manque de budget, pour s’offrir une musique originale. Ces musiques sont souvent de bon marché.

À  Propos des Voix de Haute-contre et de Contre-tÉnor

Entretien avec Benjamin Clée, chanteur et pédagogue.

 

   

 

La voix de contre-ténor a traversé les époques et les styles. A la fin de l’époque classique ce type de voix a été un peu enterré. Le grand argument était : « Ce n’est pas une voix d’opéra romantique, ce n’est pas une voix lyrique ». Aujourd’hui on la considère comme une voix à part entière, comme les autres voix, et ceux qui pensent le contraire, à mon sens, se trompent.

 

(Benjamin Clée)

 

Par rapport aux autres voix d’hommes, à ces voix lyriques reconnues par l’histoire romantique, comment pourrait-on définir la voix de contre-ténor ?

 

 

 

Par son mécanisme. Comme pour les femmes, c’est une petite bascule au niveau du larynx qui rétrécit la longueur des cordes vocales, ce qui provoque une émission plus haute. C’est pour cela qu’on l’appelle voix de tête ; parce qu’elle résonne plus aigu. C’est cela qui donne une impression d’irréel. Peut-être parce que c’est ma voix, j’ai l’impression que c’est la plus proche de l’âme. On dit que c’est la voix des anges. Dans son histoire elle était attachée aux cours pontificales et les pratiques barbares de la castration étaient une volonté de maintenir chez les adultes la qualité des voix d’enfants.

Rencontre avec Jean-Michel Bernard

Jean-Michel Bernard obtient ses premiers prix de musique classique au Conservatoire de Paris à 14 ans et interprète parallèlement du jazz. Sa carrière de compositeur commence à 16 ans avec le dessin animé, puis il travaille avec Claude Villers à France Inter pendant 10 ans. Il collabore, entre autres, avec des réalisateurs tels que Claude Chabrol (« Jours Tranquilles à Clichy », « Madame Bovary »), Roland Joffé (« Vatel »), François Dupeyron (« La Chambre des Officiers »).

Alexandre Desplat au sujet de la musique de « La Vénus à la Fourrure

La Vénus à la fourrure est votre troisième collaboration avec Roman Polanski. Comment avez-vous travaillé avec lui sur ce film très dialogué où la musique est pourtant extrêmement présente ?

 

 

 

Comme d'habitude, sauf que là, encore plus que pour « Carnage », j'ai eu la chance d'aller sur le plateau, dans ce décor improbable et hallucinant de vérité. D'ailleurs, c'est amusant parce que je connaissais ce théâtre Récamier pour y avoir suivi les répétitions de « Papa doit manger », mis en scène par André Engel pour la Comédie Française. Pourtant, lorsque je suis arrivé sur le plateau de La Vénus..., tout était tellement beau, tout était tellement bien fait, des portes battantes de l'entrée jusqu'à la scène et aux dorures, que j'ai cru qu'il n'avait pas changé.

Entretien avec TAKIS CANDILIS

Réalisateur de cinéma, Takis Candilis devient en 1984 producteur dans différentes sociétés audiovisuelles (Prony, Tara Productions, Caméras Continentales, Ellipse, Hamster Productions). En 1999 il entre à TF1 comme directeur de la fiction, devient directeur général adjoint chargé de la fiction et des flux, puis président de TF1 production. En 2008 il rejoint le groupe Lagardère. En 2010 il est nommé Président Directeur Général de Lagardère Entertainment qui regroupe les activités de productions et de distributions audiovisuelles de Lagardère Active, soit plus de 18 sociétés. Lagardère Entertainment est la première société de production audiovisuelle française par son chiffre d'affaires. La musique classique ou celle pour la fiction a toujours accompagné ses diverses activités

Frédéric Porte, la quarantaine passée, compositeur prolixe pour la télévision, s’est fait connaître à travers les feuilletons de l’été de TF1, tels que « Zodiac »,  « Dolmen », « Mystère », et des séries comme « Le Juge est une Femme », « Avocat & Associés », « Les Cordier », « Femme de Loi », et plus récemment « Camping Paradis »…Il a à son actif plus de 700 partitions. Curieusement, ses musiques ne peuvent être écoutées indépendamment de l’image. Il est donc impossible d’apprécier sa musique dans sa plénitude.

Sous-catégories