Sa directrice en dévoile les grands axes

 

 En ce précoce mois de juillet qui voit Paris battre tous ses records de canicule, c'est dans son bureau, en dépit d'un emploi du temps surchargé, que Myriam Mazouzi reçoit avec la plus parfaite cordialité l'auteur de ces lignes. Lequel, de surcroît, s'est trompé d'heure ! Mais la passion se moque heureusement de ces petits aléas de la vie, une passion qui transparaît dans chaque mot, chaque expression, chaque geste de la jeune directrice de l'Académie de l'Opéra Bastille, l'un des piliers de la nouvelle politique mise en œuvre par son directeur Stéphane Lissner. En quelques minutes, d'innombrables sujets sont ainsi abordés, qui vont de l'indifférence grandissante du monde politique à l'endroit de la sphère artistique jusqu'à la place de l'art dans la civilisation contemporaine, en passant par ce constat nuancé d'inquiétude, mais aussi d'un vigoureux optimisme, qu'à chaque recul de l'art, c'est la liberté qui subit une défaite. Puis l'entretien s'organise, Myriam Mazouzi ayant à cœur de présenter sous le jour le plus explicite les grands axes de l'action qu'elle entend mener à la tête de l'Académie, dès la rentrée de septembre 2015. Un maître-mot en la matière, la transmission. Par l'éducation artistique, par la formation professionnelle des jeunes artistes, par la prise en compte de toutes les facettes de l'activité lyrique : mise en scène, chorégraphie, direction d'orchestre, etc. Avec, latente, cette conviction que l'art n'est pas (seulement) divertissement ! Et qu'en conséquence, il devrait exister, dans tout état qui se respecte, un "droit à l'art" comme il existe déjà un "droit à l'éducation".

 

 

 

 

 

L'éducation Musicale : Myriam Mazouzi, en tant que directrice de l'Académie de l'Opéra de Paris, comment définissez-vous votre tâche à la tête d'une institution dont le public croit surtout comprendre, pour le moment, qu'elle a pour fonction d'encourager, d'encadrer et de favoriser la jeune création ?

 

 

 

Myriam Mazouzi : Tout commence par un certain nombre de questions, aussi simples que décisives. Comment, par exemple, un jeune metteur en scène, aborde-t-il la mise en scène si particulière de l'opéra ? Comment se forme-t-il ? Avec quels moyens s'exerce-t-il, se confronte-t-il à la partition, au livret ? Comment, pour prendre un autre exemple, un jeune chorégraphe aborde-t-il l'écriture chorégraphique d'un ballet ? Comment se confronte-t-il au groupe, à l'espace ? Comment, enfin, un jeune musicien, un jeune chanteur affrontera-t-il le monde de l'opéra, sa diversité artistique, la création contemporaine ?

 

 

 

C'est très précisément pour répondre à ce triple bouquet de questions que l'Académie de l'Opéra national de Paris a été créée. Le projet s'est construit autour de trois objectifs : la transmission, la formation et la création. L'Académie fédère toutes les initiatives originales développées au sein de l'Opéra national de Paris dont les missions sont liées à la transmission : l'Atelier Lyrique, Dix mois d'école et d'opéra, le Service jeune Public et Opéra @ Université avec, pour ambition avouée, de passer – dès septembre 2015 – à une nouvelle étape en développant un programme de formation pour metteurs en scène, chorégraphes et musiciens d'orchestre lyrique.

 

 

 

Structurée en deux pôles, Formation professionnelle et Éducation artistique, l'Académie s'attachera ainsi d'une part à accompagner de jeunes artistes dans leur parcours professionnel et leur apprentissage, d'autre part à permettre à des élèves – de la maternelle à l'Université – de découvrir de façon active le monde de l'Opéra et du ballet, les multiples métiers artistiques et techniques indispensables, chaque soir, au bon déroulement du spectacle.

 

 

 


Myriam Mazouzi / DR

 

 

 

L'Éducation Musicale : Est-ce dans ce cadre que vous vous apprêtez à développer de façon considérable le principe de la résidence pour les jeunes artistes ?

 

 

 

Myriam Mazouzi : C'est effectivement l'une des pistes essentielles de notre travail. Chaque saison, l'Académie accueillera une trentaine de jeunes artistes (douze chanteurs, quatre chefs de chant, un metteur en scène, dix musiciens et quatre chorégraphes) dans le cadre d'une résidence au cours de laquelle ils côtoieront des spécialistes, bénéficiant ainsi de leur expérience. Il leur sera également donné de s'exercer, dans des conditions quasi professionnelles, à l'Amphithéâtre et au Studio de l'Opéra Bastille. Car le premier objectif de l'Académie est de favoriser rencontres et confrontations artistiques, permettant ainsi l'émergence d'une génération renouvelée de metteurs en scène, chorégraphes, chanteurs, musiciens d'orchestre.

 

 

 

Dans le cadre de l'Atelier Lyrique, Christian Schirm, directeur artistique de l'Académie, fera appel, dès leur sortie du Conservatoire, à douze chanteurs et à quatre chefs de chant, recrutés sur audition internationale, leur donnant ainsi l'occasion de compléter leur formation par un cursus leur offrant une meilleure connaissance de la scène et du répertoire. Pour cela, il sera fait appel à des professionnels reconnus et à des artistes confirmés, soucieux de transmettre leur savoir au gré de concerts et de récitals donnés à l'Opéra de Paris comme sur d'autres scènes, parisiennes ou régionales, selon le principe du partenariat. Parallèlement à leur activité à l'Académie, les artistes de l'Atelier Lyrique seront régulièrement distribués sur les deux scènes de l'Opéra. Et les aspirants chefs de chant pourront être associés au travail de chefs de chant éprouvés pendant les répétitions, sous la direction de Philippe Jordan.

 

 

 

Nous procéderons de façon analogue pour les metteurs en scène, les chorégraphes et les musiciens. Aux côtés de praticiens invités à l'Opéra, un (ou une) jeune metteur en scène sera à même de découvrir le processus de création d'une production inédite. Le but est aussi d'offrir aux débutants une meilleure compréhension du langage musical des œuvres lyriques et du rapport entre dramaturgie et musique par l'organisation, tout au long de l'année, de sessions de travail avec des artistes reconnus. L'Académie offrira également une résidence à quatre chorégraphes qui, choisis par Benjamin Millepied, suivront toutes les étapes de la création du ballet de leur choix, assistant notamment aux réunions techniques (fabrication des costumes et des décors, création d'un plan lumière, etc.). L'accent sera aussi porté sur la collaboration nécessaire entre le chorégraphe et le metteur en scène, notamment à l'occasion de la création d'un opéra. Dans le cadre précis d'une collaboration avec le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris et d'élèves de l'École de danse de l'Opéra national de Paris, chaque chorégraphe disposera pendant deux à trois semaines d'une équipe de jeunes danseurs pour mener à bien un work shop, session de travail autorisant les chorégraphes à solliciter la collaboration des musiciens en résidence, jeunes artistes frais émoulus du conservatoire et recrutés sur audition.

 

 

 

Pour ces derniers, ce sera surtout l'occasion de compléter leur formation professionnelle, en immersion au sein de l'Orchestre de l'Opéra national de Paris. Sous l'autorité musicale de Philippe Jordan, ils seront même appelés à jouer en "surnombre" dans six productions, chacun ayant bénéficié du tutorat d'un musicien titulaire de l'orchestre, et à se produire dans des concerts de musique de chambre tout en participant aux manifestations chorégraphiques et lyriques, à l'Amphithéâtre comme au Studio de l'Opéra Bastille. Par ailleurs, Christian Schirm et moi-même proposons une saison de concerts, de récitals et de Work Shop à l'amphithéâtre et au Studio Bastille, permettant au public de retrouver les artistes sortis de l'Atelier Lyrique et découvrir les jeunes artistes en résidence à l'Académie. Il est enfin à relever que, tout au long de la saison, ces artistes bénéficieront d'un contrat de professionnalisation d'un montant brut de 1870 euros par mois, ce qui leur permettra de suivre un cursus organisé par l'Académie reconnu et soutenu par l'Afdas (Assurance Formation des Activités du Spectacle) : cours d'analyse chorégraphique, sur le répertoire lyrique, d'initiation à la direction d'orchestre, de théâtre, etc. dans une perspective de décloisonnement des disciplines et d'ouverture.

 

 

 


Logo de Dix mois d'école et d'opéra / ONP DR

 

 

 

 

 

L'Éducation Musicale : Comment comptez-vous élargir cette mission de transmission et d'éducation au-delà des cercles traditionnels de l'art lyrique ?

 

 

 

Myriam Mazouzi : L'Académie propose trois services exclusivement dédiés à l'éducation artistique : Dix Mois d'École et d'Opéra, en partenariat avec l'Éducation Nationale, le Service Jeune Public et Opéra @ Université. Tous trois doivent permettre au plus grand nombre de découvrir le monde de l'opéra et du ballet, dans sa tradition et dans sa modernité, artistique autant que technologique. Dans un cadre scolaire ou familial, des parcours d'initiation à l'opéra et à la danse sont proposés sous la forme de spectacles, de rencontres et d'ateliers de pratique artistique. Il s'agit pour ces jeunes ainsi que pour les adultes qui les accompagnent de découvrir une œuvre lyrique ou chorégraphique, d'en comprendre l'essence et de ressentir l'émotion qu'elle suscite, de découvrir tout ce monde professionnel qui unit les métiers artistiques et techniques

 

 

 

S'inscrivant dans une démarche résolument citoyenne, l'Académie inscrit la transmission au cœur de ses objectifs. Transmission d'une culture et d'un patrimoine, certes. Mais aussi transmission d'un savoir-faire multiple, autour de métiers techniques et artistiques que l'Opéra s'emploie à faire connaître et à valoriser auprès d'élèves venus de tous horizons. Ainsi, les métiers de la perruquerie peuvent offrir une spécialisation aux élèves en CAP coiffure ; ou encore, les futurs bacheliers en maintenance industrielle peuvent découvrir un débouché professionnel dans les professions liées au génie scénique. L'Opéra, entreprise citoyenne, riche de son histoire et de ses 1500 salariés, propose ainsi, via son Académie, des parcours de découverte et d'initiation à l'opéra et au ballet, adapté à tous les cursus scolaires (dont SEGPA – Sections d'Enseignement Général et Professionnel Adapté – et EREA – Établissements Régionaux d'Enseignement Adapté), à tous les publics, dans le cadre familial ou scolaire. Avec ses ateliers pratiques artistiques, « L'artiste, mes parents et moi » par exemple, elle s'emploie à développer du lien social, à créer des ponts entre les artistes et le public, à offrir aux adultes et aux enfants des moments de partage.

 

 

 

Au cœur de l'Opéra, la mission de l'Académie s'inscrit complètement dans la démarche de la Ministre de la culture et a à cœur de valoriser son patrimoine et ses outils de production à destination de tous les publics y compris les plus éloignés du monde culturel. Il s'agit pour nous d'accompagner les jeunes publics dans leur découverte de la musique, du chant et de la danse, mais aussi de conduire des artistes en début de carrière afin qu'ils acquièrent une autonomie et un savoir-faire leur permettant de relever les défis de la vie professionnelle. Espace de partage et de liberté, l'Opéra se veut, en ce temps complexe, un vecteur d'excellence et d'ouverture sur le monde d'aujourd'hui, sa diversité, son évolution technologique.

 

 

 

 

 

L'Éducation Musicale : Après la saison de transition 2014-2015, l'Académie se consacrera donc à l'insertion professionnelle des jeunes artistes et à l'éducation artistique du jeune public, donnant ainsi une ampleur nouvelle à l'action que l'Opéra national de Paris conduit depuis plusieurs années. Revenons plus précisément aux outils permettant d'assurer cette mission de sensibilisation artistique et de pédagogie à destination du public scolaire et des familles.

 

 

 


ONP DR

 

 

 

Myriam Mazouzi : Pour assumer ces missions, qui participent de l'objet statutaire de l'établissement, l'Opéra met en œuvre les trois dispositifs distincts qui, ainsi que je l'ai évoqué plus haut, permettent d'inscrire la rencontre entre l'enfant/l'élève et l'œuvre dans un parcours de découverte : la structure Dix mois d'école et d'opéra, les spectacles et ateliers Jeune public, le département Opéra-Université.

 

 

 

Développé depuis 25 ans par l'Opéra national de Paris et par le ministère de l'Éducation nationale, le dispositif Dix mois d'école et d'opéra s'adresse exclusivement aux établissements scolaires (de la deuxième année de maternelle au BTS) relevant de l'éducation prioritaire, dans les trois académies de Versailles, Paris et Créteil, chacune mettant à disposition un professeur en charge de développer le programme. Il concerne également les établissements scolaires spécialisés délivrant les diplômes de CAP, BEP et de baccalauréat professionnel. Trente-trois classes par an sont concernées par ce dispositif et les demandes de participation sont bien plus importantes que le nombre de places disponibles. Un soin particulier est apporté à la sélection des établissements afin de respecter une certaine équité géographique et de donner priorité aux établissements qui n'ont jamais participé au programme. Ce dispositif est porté d'une part par le personnel de l'Opéra, d'autre part par trois professeurs chargés d'assurer toute la partie pédagogique. Son originalité réside dans le fait que chaque projet imaginé par les enseignants doit en premier lieu utiliser comme support une dimension artistique et/ou technique de l'opéra ou du ballet, et en second lieu, intégrer cette dimension artistique et/ou technique dans les enseignements scolaires fondamentaux (le français, les mathématiques etc.). L'objectif, ambitieux mais nourri de l'expérience des équipes, est de transformer la pédagogie des enseignants et l'apprentissage des enfants par la rencontre avec une œuvre, une pratique artistique et/ou technique. Chaque classe suit un parcours qui, construit par ses professeurs avec l'aide des équipes de l'Opéra pendant deux ans, s'articule autour de visites des ateliers techniques, de rencontres avec des artistes, de répétitions, de représentations et également d'ateliers de pratiques artistiques et techniques hebdomadaires. Par ailleurs, tous les professeurs bénéficient en amont d'un stage d'immersion de trois jours à l'opéra qui leur permet d'imaginer et de construire leur projet.

 

 

 

Parmi d'innombrables exemples, je puis vous citer celui de l'école maternelle Marcel Cachin de Villejuif, où la professeure des écoles de la classe de moyenne section et sa directrice ont construit un projet autour de l'opéra Hänsel et Gretel d'Humperdinck qui sera donné à partir du 20 novembre au Palais Garnier. L'enseignante a mis en place un atelier de fabrication de bonbons avec l'aide d'une école de BTS Hôtellerie qui développe par ailleurs un autre projet avec l'Opéra. Cet atelier permet de mettre en œuvre une partie du programme de moyenne section sur les formes, les saveurs et les couleurs. Autour de cette expérience, qui durera toute l'année, des rencontres avec des artistes, des techniciens, des visites et des ateliers de pratique de danse seront organisés. Les enfants assisteront à des répétitions, étant trop petits pour assister de façon profitable à une représentation complète d'Hänsel et Gretel. Dans un ordre d'idées voisin, au mois de juin de chaque saison, trois spectacles réalisés par des classes encadrées par des artistes professionnels seront présentés au public, occasion pour le grand public et pour les familles de découvrir le travail des enfants. En juin 2014, quatre classes, venant d'Aubervilliers, Argenteuil, Laxou, près de Nancy, et Reims, ont ainsi présenté un remarquable spectacle 14+18 autour de la Grande Guerre qui a rencontré un grand succès public. Un DVD en a même été réalisé, en interne.

 

 

 


La classe des petits violons / ONP DR

 

 

 

Un autre volet du dispositif concerne La classe des petits violons de l'école Les Poissonniers (rue des Poissonniers dans le XVIIIe arrondissement de Paris). Ce programme permet à une même classe, à partir du CE1, d'avoir des cours hebdomadaires de violon à l'école et à l'Opéra (six heures hebdomadaires à l'école et deux heures hebdomadaires dans une salle de répétition de l'Opéra Bastille). Réservé à une seule et même classe, repris chaque année, il offre à l'élève de CM2 le bénéfice de quatre années de cours de violon. Chaque année, les enfants de la classe assistent également à une représentation d'opéra ou de ballet. Pour de nombreux enfants, je tiens à le souligner, la participation au dispositif Dix Mois d'école et d'opéra a été déterminante dans leur parcours personnel en les incitant, par exemple, à s'inscrire dans le conservatoire municipal de leur ville et en leur permettant de découvrir une pratique artistique qui est souvent une première ouverture au monde.

 

 

 

L'initiative placée sous le label Jeune public (coordonné par Agnès de Jacquelot avec l'aide de Cécile Boasson) permet à l'Opéra de programmer soixante représentations autour de l'art lyrique et de la danse, à destination du jeune public scolaire ou familial, à l'amphithéâtre et au studio de Bastille. Au total, ce ne sont pas moins de vingt mille places qui sont ainsi proposées, par saison. Cette offre s'adresse aux établissements scolaires, de la maternelle au lycée, des trois académies franciliennes. La venue au spectacle s'inscrit dans un parcours d'initiation à l'opéra et à la danse : visite du Palais Garnier et de l'Opéra Bastille, découverte des ateliers de fabrication des décors ou des costumes, rencontres avec des personnels artistiques ou techniques, assistance aux répétitions et aux ateliers de pratiques artistiques menés par les équipes participant à la programmation. L'enseignant est assisté dans sa démarche par les équipes de l'Opéra et par la mise à disposition de contenus pédagogiques.

 

 

 

L'Opéra participe également aux formations des enseignants dans le cadre des ESPE (Écoles Supérieures du Professorat et de l'Éducation). Les spectacles programmés sont produits par des compagnies de théâtre lyrique et de danse et font l'objet de contrat de cession. À ce titre, l'Opéra participe activement à l'économie globale des compagnies indépendantes de spectacle vivant en France. En décembre 2015, l'Opéra de Paris produira ainsi un opéra pour enfants écrit par une jeune compositrice anglaise Joana Lee et mis en scène par Katie Mitchell, The way back home (la traduction du titre et l'adaptation du livret sont en cours et confiées à la metteuse en scène qui sera en résidence au titre de l'Académie mise en scène). Dans le cadre d'une coproduction européenne avec l'English National Opera, l'Académie permettra aux jeunes solistes de l'Atelier Lyrique en résidence de s'exercer à la création contemporaine et de travailler avec une des plus grandes metteuses en scène de sa génération. La phalange sonore de cet opéra mêlant instruments de musique et bruits de la vie quotidienne permettra également aux enfants du programme Dix mois d'école et d'opéra de bénéficier d'ateliers de découverte des sons. Cette création contemporaine symbolise l'attachement de l'Opéra aux enjeux de démocratisation culturelle ainsi qu'à la formation et à l'intégration professionnelles des jeunes artistes.

 

 

 

Reste le dispositif Opéra-Université. Avec l'assistance de Nathalie Guilbaud, je lui donne pour objectif de faciliter l'accès des étudiants à l'opéra et au ballet, via des conférences, des visites, la présence aux répétitions, des rencontres avec des artistes et autres professionnels de l'opéra, etc. Il s'adresse à tous les étudiants, spécialisées ou non dans des filières artistiques. Des projets spécifiques autour des œuvres et sollicitant une participation active des étudiants sont élaborés en partenariat avec les établissements (conférences, tables rondes, expositions, concerts pédagogiques). En 2013, 2000 étudiants ont été concernés par cette initiative.

 

 

 


« 14-18 Épisode 6 »  Spectacle de Dix mois d'école et d'opéra

 

©Agathe Poupeney / ONP

 

 

 

L'Éducation Musicale : Pour conclure, un peu de prospective…

 

 

 

Myriam Mazouzi : L'Académie a pour objet d'amplifier et de renforcer l'action que l'établissement conduit depuis de nombreuses années. Il n'y a donc pas ici rupture, mais volonté d'approfondissement et d'élargissement. Parallèlement à la mise en place de nouveaux projets, nous allons lancer un travail de recherche à partir des archives de Dix Mois d'école et d'opéra, accompagné d'une grande opération "Que sont-ils devenus ?". Cette étude aura pour objectif de mesurer l'impact de ce dispositif sur le parcours scolaire et personnel des enfants devenus adultes, d'en vérifier les atouts, d'en débusquer les faiblesses. Il recueillera la parole des enseignants pour mesurer en quoi il a participé à la transformation de leur approche pédagogique. La finalité de ce travail est d'une part de brosser un panorama humain de vingt-cinq années d'expérience, d'autre part de poser les bases d'une modélisation déclinable dans d'autres institutions. La mission de l'Académie reste avant tout celle de la transmission d'une mémoire et d'une pratique artistique en perpétuelle évolution. Il s'agit d'accompagner les jeunes publics dans leur découverte de la musique, du chant et de la danse et de conduire de jeunes artistes en début de carrière afin qu'ils acquièrent leur autonomie et tous les savoirs nécessaires pour affronter les défis qui leur seront proposés dans leur vie professionnelle. C'est dans le même esprit que nous envisageons le programme "Troisième scène numérique", support nous permettant la mise en œuvre de projets numériques pédagogiques et le développement de nouveaux modèles afin de rendre encore plus accessible nos actions artistiques.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PROGRAMMATION DE l'ACADÉMIE, SAISON 2015/2016

 

 

 

[Toujours à l'Amphithéâtre Bastille, sauf les 18 mars et 9 avril 2016]

 

 

 

- Concert de présentation de l'Académie, 24 septembre 2015

 

- Récital d'Agata Schmidt et de Tomasz Kumiega : Lieder de Brahms, 28 septembre 2015

 

- Récital de Cyrille Dubois : Songs et mélodies de Vaughan-Williams, Barber, Beydts, Poulenc, 9 octobre 2015

 

- Récital de Florian Sempey : Lieder et mélodies de Mahler, Berlioz, Poulenc, 21 octobre 2015

 

- Master class de Philippe Jordan, 5 novembre 2015

 

- Récital de Damien Pass : Songs de Britten, Bennett, Finzi, Barber, Bolcom, 12 novembre 2015

 

- Récital d'Andreea Soare : Mélodies de Berlioz, décembre 2015

 

- Récital des solistes de l'Académie : Mélodies de Fauré, Gounod, Debussy, Ravel, 7 janvier 2016

 

- Workshop Chorégraphie, 22 janvier 2016

 

- Récital d'Elena Tsallagova : Mélodies de Prokofiev, Moussorgski, Fauré, Debussy, 3 février 2016

 

- Masterclass de Philippe Cassard : Lieder de Mendelssohn, Schumann, Schubert, Liszt, Wagner, Wolf, 24-25 février 2016

 

- Récital des solistes de l'Académie : Mélodies de Tchaïkovski, Moussorgski, Rachmaninov, Chostakovitch, 16 mars 2016

 

- Concert des musiciens en résidence de l'Académie, Studio Bastille, 8 mars 2016

 

- Petite Messe Solennelle de Rossini, 22-24 mars 2016

 

- Vol Retour, 4 avril-19 avril 2016 – création ; mise en scène de Katie Mitchell.

 

- Airs de concert de Mozart, Palais Garnier, 9 avril 2016

 

- L'Orfeo, 11 mai-21 mai 2016 – création ; mise en scène de Julie Berès, direction musicale de Geoffroy Jourdain.

 

- Récital des solistes de l'Académie : Lieder de Richard Strauss, 30 mai 2016

 

- Workshop Mise en scène : Songs et scènes de Kurt Weill, 30 juin 2016