Ce 3 septembre 2016, en face de la magnifique cathédrale XII ème siècle Notre Dame de Laon, on pouvait entendre venant des fenêtres de La Maison de la Culture et des Loisirs, un orchestre, La Symphonie des Siècles, qui répétait « Les Danses Symphoniques Opus 45 » de Rachmaninov. Cette œuvre est la dernière composition symphonique qu'a écrite ce compositeur, en 1940. C'est le chef assistant Mathieu Romano qui dirige cette répétition. Mais cet orchestre n'est pas comme tous les autres, il est unique ! Il est composé de jeunes musiciens, même très jeunes - certains ont 11, 12 ans - de professeurs de musique des conservatoires de l'Aisne et de musiciens professionnels qui viennent de l'orchestre fameux, Les Siècles, créé en 2003 par François-Xavier Roth. Le 4 septembre 2016 La Symphonie des Siècles devait donner un concert dans la cathédrale réunissant ces Danses Symphoniques et le Concerto n°4 de Beethoven avec au piano Vanessa Wagner.

 

 

 

La Symphonie des Siècles a résulté en 2009 du projet de l'ADAMA (Association pour le développement des activités musicales de l'Aisne) de développer les activités de son Atelier départemental d'orchestre symphonique. Grâce au soutien du Conseil départemental de l'Aisne, de la DRAC des Hauts de France, de la fondation Daniel & Nina Carasso,  à la pugnacité de Jean-Michel Verneiges, délégué départemental à la musique et directeur artistique de l'orchestre, et à la collaboration engagée avec Les Siècles, une formation inédite, pédagogique, a vu le jour. Cet orchestre accueille, sans sélection, des jeunes qui ont cinq à six ans de pratique instrumentale, et leur permet d'aborder le répertoire symphonique. Deux stages de cinq jours organisés pendant les vacances de printemps et d'été à l'abbaye de Saint-Michel en Thiérache précèdent la production des concerts envisagés. François-Xavier Roth consacre une grande part de son activité à la pédagogie. Il est le mieux placé pour parler de cet orchestre qu'il soutient malgré un emploi du temps bien chargé !

 

 

 


Cliché : Stéphane Loison

 

 

 

Il a repris la répétition des mains de son assistant et entre deux services, il en parle.

 

 

 

François-Xavier Roth : C'est la huitième année que je suis avec ces jeunes mélangés avec les musiciens des Siècles. C'est vraiment un projet unique en France. On peut partager une grande partie orchestrale et symphonique sur ce territoire où les élèves des écoles de musique, des conservatoires, des musiciens amateurs viennent jouer sans sélection. Dans l'Aisne il n'y a pas une grande pratique symphonique et donc c'est un projet qui nous tient très à cœur. Et c'est une partie très importante qu'on a voulu développer avec Les Siècles qui est en résidence dans ce département.

 

 

 

On dit que les Français n'ont pas l'âme de musiciens. Vous qui dirigez dans toute l'Europe, qu'en pensez-vous ?

 

Les Français sont de très bons musiciens. Simplement, et il n'y a pas si longtemps que cela, ils ont développé plus leur individualité musicale que collective. Mais cela n'a pas toujours été le cas, on a eu de très grands orchestres par le passé. Ce n'est ni une fatalité, ni un constat d'échec, on le prouve bien à notre échelle. J'ai la faiblesse de penser que la musique est une discipline qui est faite pour être partagée avec les autres. Jouer tout seul et très bien dans sa cuisine ce n'est pas une fin en soi. Lorsqu'on fait de la musique et surtout des instruments de l'orchestre, le premier but, logique, c'est de jouer ensemble. Une chose à laquelle je suis très attaché c'est d'arriver à sensibiliser de manière très active tous ces jeunes, ces musiciens amateurs, ces étudiants, au plaisir et à l'incroyable défi que reste la pratique d'orchestre.

 

 

 

Pendant les répétitions, est-ce que vous parlez différemment à ces jeunes quand vous donnez des indications ?

 

Je ne crois pas ! Je garde une semaine par an pour m'occuper de cet orchestre même un peu plus et le reste du temps je dirige des orchestres professionnels et je crois que je leur parle de la même manière. Simplement il y a des choses qu'on doit expliquer plus en détail, quoique quelques fois aussi je devrais le faire dans un contexte professionnel. Ici on explique plus le rôle de chacun, des choses plus basiques telles que la tenue, comment fonctionne cette incroyable machine qu'est un grand orchestre symphonique, quel est le rôle du chef, comment ils doivent prendre mes indications etc.. Je prends plus de temps à expliquer mais je m'adresse à eux de la même manière qu'à n'importe quel orchestre professionnel.

 

 

 


Cliché : Stéphane Loison

 

 

 

Ils sont très jeunes, on sait qu'ils ont moins d'attention. Vous les sentez toujours très attentifs ?

 

Cette idée qui pourrait être une idée préconçue ne se sent pas du tout. Ils ont ici une capacité de concentration étonnante, ils restent quelquefois six à sept heures par jour sur leur chaise à faire de l'orchestre. Et je dois dire que jusqu'à la dernière minute ils sont disciplinés, attentifs, et prennent toutes les informations que les musiciens des Siècles et moi peuvent leur offrir et ça je crois que c'est quelque chose typique de cette région et de ce département de l'Aisne que je connais bien maintenant. C'est un endroit de la France où il y a une sorte d'humilité dans le très bon sens du terme, c'est à dire qu'on ne prend rien pour acquis : tous les musiciens écoutent, sont intéressés et donnent leur maximum. C'est quelque chose que je trouve extraordinaire et typique de cette région. Peut-être cette grande attention, cette grande concentration, est-elle dûe au fait qu'ils se rendent compte de l'incroyable chance d'être ensemble dans ce projet, et de jouer le grand répertoire symphonique avec tous les instruments., Cela n'existe nulle part ailleurs. On connaît les orchestres de Conservatoire, de Grandes Écoles, d'amateurs dans les grandes métropoles comme Paris, Lyon, Marseille,  mais un orchestre qui mélange les deux, je n'en connais pas d'autre en France et cela me réjouit beaucoup qu'on arrive d'année en année à développer ce projet.

 

 

 

Vous qui voyagez beaucoup, avez-vous rencontré ce genre d'expérience ?

 

En Allemagne il y a beaucoup plus d'orchestres, d'orchestres d'amateurs également. Mais le modèle ici qui mélange un chef d'orchestre professionnel avec des musiciens d'orchestre qui connaissent mon travail, des professeurs d'écoles de musique et de conservatoires et des jeunes, c'est un projet unique ! Pour rejoindre ce que j'ai dit sur ce département et cette mentalité particulière qui existe dans l'Aisne, je crois que ce n'est pas un hasard si cela s'est fait bien évidemment grâce à l'énergie, l'opiniâtreté de Jean-Michel Verneiges qui est le Monsieur musique de ce département. Je cois que sans lui on ne serait pas arrivé à faire ce projet. Mais cela fait sens ici. On est dans un territoire rural où la culture n'a pas un droit d'entrée automatique. Et je pense qu'on prouve avec cet orchestre que la culture peut aider de manière définitive tous ces jeunes et ces musiciens amateurs dans leur vie de tous les jours. Et à quel point dans certains territoires où l'on pense avec des clichés du style '' ici on ne peut pas faire de la musique symphonique'', et bien au contraire quand on répète ici comme à Saint-Michel en Thiérache, et dans d'autres villages, on sent combien pour toute la communauté de ces villages, c'est quelque chose qui devient finalement très important. Dans ces départements où très souvent l'industrie est partie, où on sent les désastres de la mutation sociale, où le chômage est important, et bien la confiance que peut donner le fait de faire de la musique ensemble, de se surpasser collectivement, c'est quelque chose de bien plus essentiel que dans des régions riches. Il y a un impact décisif pour ces jeunes et leurs parents et ces musiciens amateurs que j'ai la joie de diriger.

 

 

 

Lorsqu'on vous a proposé ce projet insensé avez-vous dit tout de suite banco ?

 

J'ai tout de suite dit oui parce que j'avais une grande confiance en Jean-Michel Verneiges, et puis c'était un challenge qui entrait dans la conception de mon métier. Je trouve qu'en ce début du XXIème siècle s'ouvrent les décennies pour les amateurs ! Les amateurs ce sont des gens qui par essence aiment et  remettent les pendules à l'heure pour les professionnels !

 

 

 

Et pour le choix du répertoire ?

 

Il faut bien choisir et une fois qu'on est parti il ne faut plus avoir aucun doute ! (rires)

 

 

 


Cliché : Stéphane Loison

 

 

 

Ariane joue du violoncelle, elle a 11 ans et son instrument est bien plus grand qu'elle. Sa copine de pupitre, 12 ans, toute menue, vient d'un autre coin du département. Elles se sont rencontrées au stage. Pendant les répétitions elles se font des sourires, contentes d'avoir réussi un trait plus difficile, pour elles, les autres enfants et adolescents. C'est ici comme une grande colonie de vacances. Certains veulent devenir professionnels, d'autres jouent simplement pour le plaisir, personne ne les a obligés à pratiquer un instrument, à s'inscrire à l'orchestre. Ce qui leur importe et qui les excite le plus c'est de jouer ensemble. Mais ce soir du 3 septembre, veille du concert, ils ne dormiront pas bien…le tract !