L’Ircam était ‘officiellement’ à Darmstadt cette année, pour la première fois depuis 2002, et présentait ses technologies aux étudiants, sous forme d’ateliers. Demo Schwartz y expliquait CatArt, une application de synthèse concaténative par corpus. Thor Magnusson proposait un atelier de "live coding". Norbert Schnell, Fred Bevilacqua et Benjamin Matuszewski présentaient SoundWorks, un environnement consistant à transformer les téléphones portables des participants en instruments de musique, samplers et autres synthétiseurs granulaires.

Le projet de recherche ANR CoSiMa (Collaborative Situated Media), qui a permis le développement de SoundWorks, pose plusieurs questions importantes, sur la définition d’un instrument de musique en premier lieu, préfigurant ce que pourrait signifier, dans un futur proche, faire de la musique ensemble. L’un des atouts de ce dispositif est qu’il repose entièrement sur des technologies web. Les participants, connectés sur la même

L’Ircam était ‘officiellement’ à Darmstadt cette année, pour la première fois depuis 2002, et présentait ses technologies aux étudiants, sous forme d’ateliers. Demo Schwartz y expliquait CatArt, une application de synthèse concaténative par corpus. Thor Magnusson proposait un atelier de "live coding". Norbert Schnell, Fred Bevilacqua et Benjamin Matuszewski présentaient SoundWorks, un environnement consistant à transformer les téléphones portables des participants en instruments de musique, samplers et autres synthétiseurs granulaires.

Le projet de recherche ANR CoSiMa (Collaborative Situated Media), qui a permis le développement de SoundWorks, pose plusieurs questions importantes, sur la définition d’un instrument de musique en premier lieu, préfigurant ce que pourrait signifier, dans un futur proche, faire de la musique ensemble. L’un des atouts de ce dispositif est qu’il repose entièrement sur des technologies web. Les participants, connectés sur la même page html en WIFI, peuvent interagir musicalement, au moyen des multiples capteurs (audio, tactiles, gyroscopique, accélérométrique,

Gilles CANTAGREL : De Schütz à Bach.

Gilles CANTAGREL : De Schütz à Bach. La musique du Baroque en Allemagne. Fayard/Mirare.  250 p.  14 €.

D’une plume alerte, dans le style vivant et avec le sens de la synthèse qu’on lui connaît, Gilles Cantagrel mène ses lecteurs sur une voie royale allant de Heinrich Schütz (1585-1672) à Jean-Sébastien Bach, bref sur des chemins qu’il a si souvent parcourus. Le titre mérite d’être souligné : il s’agit de la « musique du Baroque » (et non du stéréotype de la « musique baroque ») implantée en Allemagne après les affres de la Guerre de Trente Ans (1618-1648). L’auteur fait preuve d’une large ouverture, ne perd jamais de vue les divers contextes historiques, théologiques, sociologiques, au milieu des polémiques religieuses de la Réforme et de la Contre-Réforme. Il divise « le Baroque » en trois âges : premier, médian et tardif jusqu’à la mort

41e Festival Heinrich Schütz & Colloque (2008)

41e Festival Heinrich Schütz & Colloque (2008)

Pour son Festival, son Colloque, son Assemblée Générale, sa célébration du Centenaire de la naissance de Hugo DISTLER (1908-1942) - dont le destin tragique est bien connu -, la Société Internationale Heinrich SCHÜTZ a sélectionné la Ville de La Haye, centre actif de pratique chorale. Lors de l’ouverture, Cornelis van ZWOL, Vice-Président de la Société, a souhaité la bienvenue aux participants, et le Prof. Dr. Walter WERBECK, Président, a introduit ces manifestations.

Le Colloque a été inauguré par la communication du Prof. Dr. Stefan HANHEIDE sur « La composition dans les années particulièrement dangereuses », situant les deux musiciens Heinrich SCHÜTZ et Hugo DISTLER par rapport à l’histoire