de J. S. Bach (1750), avec l’avènement de l’harmonie tonale. Il souligne l’apport de Martin Luther : traduction allemande de la Bible, place du choral, rôle de la Parole ; jette un clin d’œil sur les carrières des musiciens, l’édition, les recueils, les formes (cantates, passions, opéra spirituel…), la rhétorique. L’aventure « singulière » du Baroque est illustrée par une chronologie, l’index des lieux et celui des noms ; elle aboutit à l’édification d’une Europe musicale : de quoi satisfaire les adeptes du Baroque les plus exigeants.