Fortunio ouvre la saison de l'Opéra-Comique

L'inspiration élégante, d'une finesse typiquement française, d’André Messager se vit comme une bouffée d'air frais.  Fortunio est un exemple parfait de comédie lyrique bien troussée. D'après la pièce Le Chandelier d’Alfred de Musset, adaptée par les fameux duettistes de la scène lyrique au tournant du XXe siècle, de Flers et Caillavet, Messager assimile, pour mieux les asservir, les conventions d'un vaudeville en forme de piquants jeux de l'amour.  Derniers feux du marivaudage d'une Belle Époque qui sut en faire étalage, la veine musicale est douce-amère, d'un subtil raffinement mélodique, non sans un zeste d'humour.  Belle idée de reprendre ce joyau si peu joué pour inaugurer la saison de l'Opéra-Comique, là même où il vit le jour, en 1907. 

Fière initiative d'en confier la mise en scène à Denis Podalydès, dont on sait le talent d'acteur, au sein d'une autre prestigieuse maison parisienne.

Renseignements et location : Opéra-Comique, les 10, 12, 14, 16, 18 décembre (20h00) et le 20 décembre (15h00).  1, place Boieldieu, Paris IIe. Tél. : 0 825 01 01 23 . www.opera-comique.com