Imprimer
Catégorie : Opéras

Staatsoper (Berlin) im Schiller Theater.  Singspiel en trois actes (1782) de Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) sur un livret de Gottlieb Stephanie Le Jeune.  Staatskapelle & Staatsopernchor de Berlin, dir. Friedrich Haider.  Mise en scène : Michael Thalheimer.  Sven Lehmann (Selim), Susan Gritton (Konstanze), Anna Prohaska (Blonde), Kenneth Tarver (Belmonte), Florian Hoffmann (Pedrillo), Reinhard Dorn (Osmin).

Une production qui, outre sa qualité musicale et vocale, vaut par l’intelligence de sa mise en scène, laquelle malgré une scénographie extrêmement dépouillée, réduite à de très beaux éclairages, met parfaitement en valeur les deux aspects de cette œuvre composite : opera seria et opera buffa.  Représentée pour la première fois à Vienne, le 16 juillet 1782, on lui reprocha de manquer d’unité, mélange des genres dû aux aléas de sa composition, plusieurs fois reprise et enrichie de nouveaux airs.  Si le livret paraît assez faible, toute l’attention  du spectateur est retenue par la qualité de la musique et de la mise en scène.  Musicalement, la Staatskapelle dirigée par Friedrich Haider sait parfaitement, par les nuances et les sonorités orchestrales, rendre compte de la niaiserie ou de la fureur d’Osmin, de la passion de Belmonte à laquelle répond Konstanze par de périlleuses vocalises, de la féminité et de l’espièglerie de Blonde brillante dans le suraigu, de la bonne humeur de Pedrillo.

 

 

 

 

Susan Gritton ©Sarah Connoly

 

 

 

Des aspects comiques, d’autres sérieux, voire tragiques, retrouvés dans la musique, vocalement exigeante, voire virtuose, et reproduits dans la mise en scène, séparant la scène en deux étages, faisant évoluer les chanteurs dans la salle, usant de costumes adaptés, smoking et robe du soir blancs pour Belmonte et Konstanze, costumes de marionnettes pour Blanche et Pedrillo, dans un souci constant de clarifier un ouvrage qui, malgré les critiques qu’il engendra, reproduit à chaque représentation la magie et le génie de la musique de Mozart.