Imprimer
Catégorie : Concerts

DR A l’auditorium du magnifique Musée Dapper d’art africain, Gabriel Urgell Reyes, jeune quarantenaire cubain a interprété un programme très original, de compositions d’origine ibérique. Né à La Havane, de formation musicale russe, il a ensuite étudié au CNMDP de Paris. Bardé de prix, à 25 ans professeur à l’Instituto Superior de Arte à La Havane, il aime jouer, faire découvrir ces compositeurs latino-américains du XXème siècle peu interprétés dans les récitals. Avec verve et douceur, et un doigté sûr, il a donc joué d’Alberto Ginastera (1916-1983), « 12 Préludes américains op.12 » et « Trois danses argentines op.2 ». Cet Argentin, compositeur d’opéras, de symphonies, de cantates s’est réfugié en Suisse dans les années 70 pour fuir la dictature de la révolution de son pays.

Les œuvres entendues passent de rythmiques ahurissantes à des moments d’une infinie tendresse ou contemplative. Sous les doigts de Urgell Reyes, elles paraissent d’une évidence à jouer ! « Les 12 Chansons et Danses » du catalan Federico Mompou (1893-1987), avec une écriture parcimonieuse, sont en total décalage avec les compositions de Ginastera. Mais Urgell Reyes est aussi à l’aise avec ces écriture minimalistes qui frôlent l’hermétisme. Il proposa ensuite des extraits sympathiques de

« Piezas Familiares », de sa composition, dont une dédiée à sa femme qui amoureusement tournait les pages des partitions. C’est avec une fougue toute latino qu’il termina le concert avec « Danza de los Nanigos », « Ante el Escorial » et « Y la Negra Bailaba » d’Ernesto Lecuona (1895-1963). Lecuano est un compositeur cubain qui est mort aux Canaries, ne voulant pas rentrer dans son pays devenu communiste. Ses œuvres sont empreintes de la culture cubaine et ce fut un feu d’artifice de doigtés extrêmement complexes et de rythmes endiablés que Gabriel Urgell Reyes nous offrit ! Le bis fut plus européen avec une petite sonate de Scarlatti, une pure merveille.
Deux albums existent depuis peu avec des compositions de Ginastra et Mompou. Le premier a reçu un Diapason d’or !